ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Un physicien animé d’une conscience environnementale - Par : Substance,

Un physicien animé d’une conscience environnementale


Achetée sur Gettyimages. Droits d’auteur.

C’est en observant les étoiles que Xavier Daxhelet a voulu comprendre le fonctionnement de l’Univers. Il empile les livres sur le sujet et consacre ses temps libres à lire sur la formation et l’évolution des corps célestes. Certes, il pourrait opter pour des études en astrophysique, mais l’horizon professionnel lui semble trop étroit. Comme les mathématiques sont une seconde nature pour lui, Xavier se tourne vers la physique appliquée. Dès le secondaire, il choisit sa trajectoire et il n’en a jamais dévié depuis.

Capturer la lumière dans les fibres

Après l’obtention d’un baccalauréat en mathématiques et physique de l’Université de Montréal, il poursuit ses études de maîtrise et de doctorat en génie physique à Polytechnique Montréal. Ses travaux de recherche portent sur la propagation de la lumière à l’intérieur des fibres optiques. Xavier Daxhelet explique qu’une fibre optique est constituée d’un cœur de silice dopé au germanium et entouré d’une gaine de silice pure. La lumière qu’on introduit dans le cœur, notamment par rayon laser, se propage, guidée par celui-ci, tout au long de la fibre. Un des principaux défis de la transmission de données par fibres optiques réside dans l’alignement extrêmement précis nécessaire au fonctionnement des nombreux composants.

Durant son doctorat, Xavier Daxhelet se penche sur la manière de guider la lumière d’une fibre à une autre en fabriquant des coupleurs. Pour vérifier le comportement des composants dans différents environnements, il utilise des outils de simulation informatique. Sa formation approfondie en mathématique lui a permis de développer une expertise en modélisation. Rendre visible le monde invisible.

« Les communications optiques représentent une avancée incroyable », s’exclame M. Daxhelet. La capacité des fibres optiques de transmettre une quantité phénoménale de données sur des distances impressionnantes explique la popularité des fibres optiques dans une multitude de domaines. « On utilise la technologie optique non seulement en télécommunication, mais également en médecine, en aéronautique, ou encore, en construction », reprend M. Daxhelet.

De chercheur à enseignant

Xavier Daxhelet, professeur-enseignant à l’École de technologie supérieure

Xavier Daxhelet, professeur-enseignant à l’École de technologie supérieure

Durant une dizaine d’années, Xavier Daxhelet travaille comme chercheur en génie physique tout en poursuivant sa carrière de chargé de cours à Polytechnique Montréal et à l’ÉTS. Il dépose plusieurs brevets dans le domaine des composants à fibres optiques. Puis l’éclatement de la bulle technologique l’incite à accepter un poste en enseignement à temps plein à l’ÉTS. Il ne l’a jamais regretté.

L’enseignement, source d’inspiration

« Trouver les moyens de vulgariser la complexité d’une théorie scientifique et voir la réaction des étudiants quand ils comprennent, c’est jouissif », déclare Xavier Daxhelet.

C’est parce qu’il cherchait une manière de démontrer concrètement des principes abstraits dans ses cours de mécanique des fluides et de physique des ondes que l’enseignant a commencé à créer des animations informatiques pour ses étudiants. Ces applications rendent les cours vivants et dynamiques tout en illustrant des phénomènes physiques — une onde acoustique dansant sur une corde de guitare ou un jet de lumière dévié par la réfraction dans un verre d’eau. Les étudiants et étudiantes apprécient à ce point sa démarche que Xavier Daxhelet reçoit le prix Méritas à trois reprises pour la qualité de son enseignement aux cycles supérieurs. « Je gagne un prix pour quelque chose que j’adore faire ».

Si le professeur Daxhelet aime surprendre ses étudiants, il cherche aussi à encourager leur réflexion sur l’impact de certains choix sociaux du point de vue d’un physicien. « Utiliser un véhicule qui pèse deux tonnes, équipé d’un moteur dont l’efficacité thermique est de 15 à 20 % pour déplacer 80 kilos de chair et d’os est absurde. C’est comme si chaque jour, on préparait trois dindes par repas pour deux personnes, et qu’on jetait les restes », se scandalise-t-il.

Constater, dévoiler et convaincre

Son passage au sein du parti Vert laisse des traces. Écologiste convaincu, Xavier Daxhelet traduit ses observations en formules mathématiques qu’il expose à la future génération d’ingénieurs. « On est loin du compte de ce qu’il faudrait faire par rapport aux dommages qu’on est en train de créer aujourd’hui », constate-t-il. Pour Xavier Daxhelet, les ingénieurs ont un rôle très important à jouer. Les étudiantes et étudiants en génie reçoivent une formation en environnement. Ils sont conscients des enjeux écologiques et connaissent des solutions. Mais comment en dire assez pour susciter l’intérêt, mais pas trop pour ne pas décourager? « Il s’agit de communiquer le mieux possible de façon non condescendante avec la population », résume Xavier Daxhelet.

Reconstruire la complexité du monde

C’est en contemplant la dynamique des étoiles que Xavier Daxhelet s’est intéressé à la physique. Comprendre, modéliser et étudier les phénomènes qui régissent l’infiniment petit comme l’infiniment grand. Aujourd’hui, c’est aux étudiantes et étudiants de l’ÉTS qu’il explique la complexité de notre monde à l’aide d’applications informatiques qu’il crée à leur intention. Il aimerait bien d’ailleurs commercialiser ces logiciels dans un avenir rapproché. En attendant, Xavier Daxhelet continue d’observer l’humanité avec son œil de physicien, mais également avec son regard d’écologiste.


Recevez les dernières actualités scientifiques de l'ÉTS
commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *