ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
GKart : un jeu vidéo dans le monde réel - Par : Pierre-Luc Lefebvre, Alexandre Lemire,

GKart : un jeu vidéo dans le monde réel


Pierre-Luc Lefebvre
Pierre-Luc Lefebvre Profil de l'auteur(e)
Pierre-Luc Lefebvre est ingénieur électrique et détient une maîtrise en génie électrique de l’ÉTS. Il est spécialisé en homologation et en conception de produits hautement technologiques. Il est cofondateur de GKart.
Programme : Génie électrique 

Alexandre Lemire
Alexandre Lemire Profil de l'auteur(e)
Alexandre Lemire est ingénieur électrique, détient une attestation en gestion et un certificat en entrepreneuriat. Il a travaillé sur la conception de cartes électroniques et la programmation de microcontrôleurs. Il est cofondateur de GKart.
Programme : Génie électrique 

note3

Avez-vous déjà rêvé de jouer à votre jeu vidéo préféré dans le monde réel? GKart, une entreprise incubée au Centech de l’École de technologie supérieure (ÉTS), vous proposera bientôt un jeu vidéo de course et de poursuite qui se joue dans la vraie vie.

____________________________________

Description du jeu

Les modules développés par GKart vous permettent de viser l’adversaire pour le ralentir comme Mario le ferait dans Mario Kart ou encore de capter et de poursuivre le kart devant vous comme si vous étiez en pleine poursuite dans le jeu Top Gun. Vous pouvez aussi utiliser votre turbo boost pour accélérer votre kart et dépasser vos adversaires comme dans Need For Speed. Franchissez les flèches au sol pour gagner une accélération bonus comme dans Crash Team Racing. Ces exemples ne sont que quelques-unes des possibilités mises en place par l’entreprise GKart pour offrir une toute nouvelle expérience de karting.

Fonctionnalités de l’ordinateur de bord et des modules GKart

Le concept GKart est en instance de brevet. Sur l’ordinateur de bord ajouté aux karts locatifs, chaque coureur peut consulter en direct sa vitesse, son meilleur temps, ses pouvoirs d’accélération et de visée. Au moyen d’un réseau sans fil conçu par l’entreprise, chaque kart peut communiquer avec les autres pour lui permettre de connaître en direct sa position et le meilleur temps de la course.

OB_white background645

Les adversaires peuvent aussi faire durer le plaisir en consultant les données de la course sur le web et par la suite, au moyen de l’application mobile de GKart. « Qui m’a ralenti au deuxième tour? Combien de pouvoirs d’accélération ai-je captés? Quel est mon profil de vitesse? Est-ce que je me suis amélioré? Qui est le meilleur? »

Tout ce profilage sur le web est possible grâce au terminal cellulaire que GKart a conçu de bout en bout. Pendant et à la fin d’une course, les ordinateurs de bords montés sur les karts locatifs communiquent avec le terminal au moyen du protocole de communication sans fil propriétaire de GKart. Ensuite, le terminal crée une passerelle vers le réseau cellulaire 3G pour transmettre tous les profils sur internet, dans les serveurs de GKart.

Après plus de quatre versions de prototype, GKart est arrivé à un produit abordable pour l’industrie du karting locatif en innovant dans sa conception électronique et logicielle. Chaque module a été pensé pour diminuer les coûts puis maximiser la qualité et la robustesse. Les circuits électroniques et les algorithmes de communication et de traitement de signaux sont le fruit de plus de quatre années de développement. Le produit peut s’adapter à tout type de kart, qu’il soit électrique ou à essence. Les modules sont entièrement propriétaires, ce qui permet à GKart d’offrir un produit très accessible pour les exploitants de circuits de karting. Ils sont protégés par cinq boîtiers.

Texte_en_gras

Fabrication des boîtiers

Les boîtiers de plastique offerts sur le marché ne satisfaisaient pas les critères esthétiques et fonctionnels que GKart s’était fixés. Une première vigie technologique a rapidement écarté la production par injection de plastique dans des moules. En effet, le marché du karting étant relativement restreint, le niveau de production ne dépassait pas le seuil requis pour que cette solution soit économiquement viable. Les matériaux autres que les plastiques ont aussi été écartés pour des raisons de coûts. L’équipe s’est alors tournée vers l’impression 3D, une technologie qui ne cesse de gagner en popularité auprès du public et des industries.

Des prototypes ont alors pu être créés, mais des problèmes d’esthétisme et de résistance demeuraient. Grâce au raffinement des méthodes d’impression, essentiellement l’optimisation de paramètres tels que la vitesse d’impression, la température d’extrusion et les matériaux composant le lit d’impression, ces problèmes ont été résolus. L’équipe a réussi le tour de force qu’est l’impression de gros modules en ABS sans déformation. De plus, afin d’éliminer les problèmes d’esthétisme propres à l’impression 3D, GKart a développé des procédés de post-traitement de ses pièces. Un bain de vapeur de produit chimique fait fondre la surface de plastique uniformément et laisse un fini lisse et sans rayures. Cette surface est alors prête à être peinte et le produit final obtenu est aussi beau et solide qu’une pièce moulée par injection. L’entreprise peut donc produire ses modules très rapidement et à un coût extrêmement bas.

Figure1Figure2

De plus, elle utilise une technologie évolutive qui lui permet de s’adapter rapidement aux besoins particuliers inhérents à l’industrie du karting locatif. En effet, chaque client utilise des karts différents, ce qui rend le travail d’uniformisation très difficile. Avec l’impression 3D, l’entreprise n’est pas limitée par un design et peut s’adapter à toutes les configurations de kart. GKart a déjà créé ses modules pour les principaux karts sur le marché, mais si, par exemple, un support d’installation n’était pas adapté, aucun problème! Il suffit d’en dessiner un autre, de l’imprimer, de le tester et si tout fonctionne bien, d’en faire imprimer le nombre requis.

Conclusion

GKart a de grandes ambitions et est prêt à révolutionner l’univers du go-kart! Pour les chanceux qui habitent dans la grande région de Montréal, le produit sera offert en janvier 2016. Le déploiement se poursuivra durant l’été 2016 pour les pistes du Québec. Dès 2017, l’entreprise envisage d’attaquer les marchés nord-américain et européen. Des discussions avec des partenaires potentiels sont d’ailleurs déjà amorcées. Le rêve de ces deux entrepreneurs est de faire vivre et revivre l’expérience GKart à un maximum de gens, partout dans le monde.

Figure3corrigé

 

Pierre-Luc Lefebvre

Profil de l'auteur(e)

Pierre-Luc Lefebvre est ingénieur électrique et détient une maîtrise en génie électrique de l’ÉTS. Il est spécialisé en homologation et en conception de produits hautement technologiques. Il est cofondateur de GKart.

Programme : Génie électrique 

Profil de l'auteur(e)

Alexandre Lemire

Profil de l'auteur(e)

Alexandre Lemire est ingénieur électrique, détient une attestation en gestion et un certificat en entrepreneuriat. Il a travaillé sur la conception de cartes électroniques et la programmation de microcontrôleurs. Il est cofondateur de GKart.

Programme : Génie électrique 

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *