ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Fan de sciences : une école d’été spécialement pour les femmes - Par : Substance,

Fan de sciences : une école d’été spécialement pour les femmes


L’image d’en-tête appartient à l’organisation de Fan de sciences. Des droits d’auteurs s’appliquent.

Avez-vous déjà visité une école de génie? Si vous avez eu cette opportunité, vous avez sûrement remarqué qu’il y a beaucoup d’hommes et peu de femmes en génie. Pourtant, cette profession permet aux femmes de faire de belles carrières stimulantes présentant de nombreux défis. Les emplois dans ce domaine sont bien rémunérés et le taux de placement est excellent au Canada et dans plusieurs autres pays.

Fan de sciences

La présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ), Mme Katy Baig et Mme Anick Tremblay, directrice principale, Expertise, chez Hydro-Québec, ont discuté avec les cégépiennes de la profession d’ingénieure. Mme Dominique Piotte, ingénieure et maître d’enseignement à l’ÉTS, agissait à titre de maître de cérémonie lors d’une activité de lancement de Fan de sciences.

Pour intéresser les femmes à une carrière en génie, l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal a pensé leur faire connaître cette profession. Un comité de femmes de l’ÉTS regroupant des maîtres d’enseignement, des chargées de cours, une agente de recrutement et une agente d’information ont organisé cette année la première édition de l’École d’été « Fan de sciences », conçue spécialement pour les femmes. D’autres personnes de plusieurs services de l’ÉTS ont apporté leur aide à l’organisation de cet événement.

Fan de sciences

Le comité organisateur de l’École d’été « Fan de sciences » : De gauche à droite, Marie-Hélène Vaillancourt, technicienne en informatique, Marlène Clisson et Dominique Piotte, maîtres d’enseignement, Chantal Crevier, agente d’information, Hanan Smidi, maître d’enseignement, Olivier Bertrand, technicien de l’application technologique et informatique, Valérie Gouaillier, maître d’enseignement, Audrey Deschênes, agente de recrutement et Nathalie Dabin-Voix, chargée de cours (l’agente de recrutement Fanny Leblanc n’est pas présente sur cette photo de groupe).

Le comité a invité les étudiantes des cégeps et des collèges du Québec qui ont terminé leur première année en sciences de la nature à venir passer une semaine « rémunérée » en formation à l’ÉTS. Sachant que la plupart de ces femmes ont un emploi d’été, le comité organisateur a pensé leur offrir une somme d’argent équivalente au salaire d’une semaine de travail.

Les membres du comité organisateur espéraient recevoir un nombre suffisant de candidatures pour faire un groupe de 20 à 25 étudiantes. Elles ont reçu 83 candidatures! Un groupe de 40 étudiantes a été sélectionné pour cette première édition.

Des femmes au service des femmes

Les étudiantes ont fait de nombreuses activités dans le cadre de cette école d’été. Au menu de leur semaine d’initiation au génie, des conférences, des ateliers, des panels, des visites, des activités et des défis à réaliser. Fait particulier : ce sont des femmes en génie (maîtrisardes, doctorantes, chargées de cours, maîtres d’enseignement, professeures et autres) qui les ont initiées à la profession d’ingénieure.

Programmation de l’École d’été « Fan de sciences »

Lundi matin, la professeure en technologie de la santé Nicolas Hagemeister leur a parlé d’imagerie et d’orthopédie en leur donnant un exemple concret : elle leur a présenté la technologie GCG (graphie cinématique du genou) développée à l’ÉTS depuis 15 ans qui permet de soigner des milliers de patients souffrant de douleurs aux genoux.

Fan de sciences

La professeur Nicolas Hagemeister en discussion avec les étudiantes.

La professeure en génie mécanique Sophie Lerouge leur a expliqué comment les biomatériaux aident à améliorer la qualité et la durée de vie des patients.

La professeure Sophie Lerouge

Dans l’après-midi, les participantes ont fabriqué rien de moins qu’un feu de circulation en utilisant des relais temporisés. Cette activité leur a permis de mettre en pratique des compétences d’assemblage (génie mécanique) et d’électricité (génie électrique).

Fan de sciences

Mardi matin, les participantes ont visité le Laboratoire de technologies de réseaux. Les chercheurs de ce laboratoire trouvent de nouvelles façons d’accélérer la transmission et la qualité des données associées entre autres à l’Internet, à la télévision et à la téléphonie.

En après-midi, elles ont visité la centrale hydro-électrique de Beauharnois, une des plus puissantes centrales du type fil de l’eau.

Mercredi matin, des étudiantes aux cycles supérieurs leur ont fait découvrir des applications relatives au génie de l’environnement à la Station expérimentale des procédés pilotes en environnement STEPPE – ÉTS :

  • L’utilisation des microalgues pour produire de l’énergie verte et renouvelable;

Fan de sciences

  • La toxicité des différents types de café étudiée à l’aide de semences de laitue;

Fan de sciences

  • La production d’eau potable industrielle;
  • La problématique des microplastiques dans l’environnement
  • La technologie de transport appelée « Serpentine » pour transporter des personnes, des matières recyclables ou résiduelles, ou autres choses.

Le directeur du laboratoire STEPPE, le professeur Robert Hausler discutant du projet de serpentine avec les étudiantes.

Dans l’après-midi, elles ont visité l’atelier de fabrication et de prototypage des 26 clubs étudiants de l’ÉTS.

Jeudi matin, la professeure en génie de la construction Claudiane Ouellet-Plamondon, spécialiste en matériaux cimentaires et bétons innovants, leur a présenté son parcours professionnel et le rôle des ingénieurs en construction et en recherche.

Par la suite, la professeure de génie logiciel et des TI Sylvie Ratté leur a présenté le domaine de l’intelligence artificielle et le traitement de la langue naturelle pour le suivi des patients atteints d’Alzheimer.

En après-midi, un panel d’ingénieures a discuté avec les étudiantes de la profession.

Vendredi matin, elles ont exploré le domaine de l’acoustique appliquée à la santé auditive dans le cadre d’un atelier intitulé « Là pour l’ouïe », animée par Nathalie Dabin-Voix au laboratoire ICAR.

Fan de sciences

Tout au long de la semaine, les étudiantes ont dû faire preuve d’ingéniosité et de créativité pour réaliser en équipe des prototypes selon un cahier des charges précis dans le cadre du défi Génie génial. Vendredi après-midi, les prototypes ont été soumis à plusieurs rudes épreuves dans le bassin d’eau afin de déterminer l’équipe gagnante du concours. Des prix ont été remis et le comité organisateur a fait la clôture de cette première édition de l’École d’été « Fan de sciences ».

Fan de sciences

Fan de sciences

Conclusion

Est-ce que cette semaine passée à l’ÉTS pourra influencer le parcours de ces étudiantes et faire d’elles des ingénieures? Chose certaine, les participantes ont grandement apprécié cette semaine passée à cette toute nouvelle École d’été « Fan de sciences ».


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *