ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Les villages ReGen : durabilité et urbanités socio-responsables et intelligentes - Par : Hanen Hattab,

Les villages ReGen : durabilité et urbanités socio-responsables et intelligentes


Hanen Hattab
Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Et si on repensait nos villes en conjuguant développement durable, intelligence artificielle et prospective urbaine socio-responsable? En réponse aux phénomènes accrus de l’exode rural causé par la décroissance des opportunités économiques et l’extension des agglomérations urbaines sur les terres cultivables, James Ehrlich a créé un nouveau concept urbain qui verra le jour à la fin des travaux du premier village ReGen, qui ont commencé à Almere, aux Pays-Bas, à l’été 2016.

Urbanisme, développement durable et intelligence artificielle

Les premières réflexions architecturales et urbaines aux enjeux écologiques remontent aux travaux de l’architecte américain Richard Buckminster Fuller. On a pu apprécier ses idées révolutionnaires et monumentales en visitant, depuis l’expo 67, sur l’île Sainte-Hélène à Montréal, la biosphère, symbole de l’urbanisme léger et synergique. Dès lors, plusieurs concepts ont vu le jour et ont enrichi les secteurs de l’urbanisme durable. De l’architecture verticale verte aux villes flottantes autonomes, urbanistes, architectes et designers se projettent dans un avenir où il faut s’adapter aux éventuelles pénuries énergétiques et alimentaires.

Le village ReGen est le fruit de concepts transdisciplinaires qui figurent dans un dossier réalisé pour l’ONU, intitulé UN Sustainability Brief, coécrit par Ehrlich, technologue sénior à Stanford University, le professeur Larry Leifer et Chris Ford du Stanford Center for Design Research. Ce dossier porte sur l’intégration des technologies au logement afin de générer l’autosuffisance alimentaire des familles. Il est aussi issu des travaux de recherches découlant de la participation de la Stanford University à la compétition biennale internationale d’architecture, de design, d’urbanisme et d’ingénierie Solar Decathlon.

Les unités du plan urbain du village ReGen à Almere

Les unités du plan urbain du village ReGen

Le plan d’action du projet du village a été effectué au sein du Stanford Center for Design Research. Il consiste à concevoir et à planifier la vie au sein d’un complexe urbain durable en réalisant :

  • Des logements à énergie positive, c’est-à-dire, en gros, des habitats qui génèrent plus d’énergie qu’ils n’en consomment.
  • Des sources d’énergies renouvelables appropriées au besoin régional.
  • Un système aquaponique qui assure une production alimentaire biologique à haut rendement.
  • Des systèmes de gestion des eaux et des eaux usées, intégrant des composantes biologiques, pour canaliser, recycler et réutiliser l’eau.
  • Un programme d’incubation de nouvelles entreprises pour contrer les 47 % d’emplois qui vont disparaître d’ici 20 ans à cause de l’informatisation.
  • Un réseau de microcapteurs pour chaque village, intégrés aux équipements de production et aux  bâtiments, à savoir, les bassins de poisson, les lits de semence, les interfaces des systèmes d’énergie renouvelable, etc., qui diffusera des données en temps réel à une base de données infonuagique. Les informations seront traitées par des algorithmes de calculs cognitifs qui actionneront de manière autonome des réponses des systèmes locaux (logements) et régionaux (villages), ou solliciteront l’intervention humaine.
  • Des algorithmes pour l’actionnement semi-autonome de mécanismes d’optimisation. Il s’agit de rationaliser davantage les mécanismes d’intelligence artificielle et de robotique pour permettre aux résidents de cultiver une variété de sources de protéines tant pour leur subsistance que pour l’exportation. Ces algorithmes permettront aux communautés, aux chercheurs universitaires et aux différents paliers gouvernementaux de reproduire et d’optimiser le concept du village ReGen en prenant en considération les résultats et les informations collectés.

La réalisation du premier village ReGen

Ehrlich a demandé à l’entreprise d’architecture danoise EFFEKT d’imaginer un avenir où des communautés autonomes pourront cultiver leur nourriture et produire leur propre énergie suivant le plan d’action présenté ci-dessus. Les villages ReGen seront des collectivités hors réseau, conçues en réponse aux changements climatiques et à l’insécurité alimentaire par le biais d’une conception durable.

La superficie du premier village, en cours de construction à Almere, est de 15 500 m2. Vingt-cinq types  d’habitations sont déployés sur le plan circulaire du village. Les maisons sont équipées de panneaux solaires photovoltaïques. Chaque unité est conçue selon un plan qui lui permettra de profiter de l’énergie solaire passive. Celle-ci optimisera la consommation de l’électricité et assurera une température ambiante  agréable. Les familles cultiveront leurs propres fruits et légumes dans des serres reliées ensemble de façon à ce que les maisons forment un « écosystème local partagé ».

 

ReGen propose des logements à énergie positive

Les ouvertures et les vitrages qui permettent de profiter de l’énergie solaire passive et le système de collecte des eaux de pluie

Un terrain cultivable de 8 100 m2 subviendra aux besoins alimentaires d’une famille de trois membres. L’aquaponie réduira de 90 % l’utilisation de l’eau pour la production de nourriture. L’autosuffisance alimentaire éliminera de facto l’impact carbone des transports. Il y aura partout des bornes de recharge pour alimenter les véhicules électriques qui assureront le déplacement des résidents.

Des projets pilotes seront conduits en Suède, en Allemagne, en Norvège et aux Émirats arabes unis.

 

Hanen Hattab

Profil de l'auteur(e)

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Profil de l'auteur(e)