ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Les innovations 2016 les plus marquantes dans le domaine des quadricoptères - Par : Jérémy Brossard,

Les innovations 2016 les plus marquantes dans le domaine des quadricoptères


Jérémy Brossard
Jérémy Brossard Profil de l'auteur(e)
Jérémy Brossard a commencé un doctorat en génie électrique à l’ÉTS. Sa thèse vise à étendre les performances d’une méthode de commande brevetée en 2015, la commande B, au profit des quadricoptères pour en améliorer les performances.
Programme : Génie électrique 

La diversité des applications reliées aux drones de type quadricoptère a connu une augmentation fulgurante ces dernières années. L’accroissement du nombre de recherches associées au terme « drone » sous Google, avec un pic pour les périodes de Noël, démontre la popularité grandissante de cette technologie dans les domaines de l’industrie civile et de loisir. L’année touchant à sa fin, on peut se demander quelle a été la plus innovante parmi les applications qui ont émergé en 2016? Voici un tour d’horizon non-exhaustif des différentes innovations concernant les quadricoptères dans les secteurs médical, animalier, sportif et du transport.

Un drone pour sauver des vies

Encore bien souvent les drones sont associés à l’utilisation meurtrière que l’on peut en faire. À juste titre puisque les applications militaires sont les pionnières en la matière. Mais tout comme les avions, les télécommunications ou les ordinateurs, les drones font désormais leur apparition dans des secteurs relevant du civil et la finalité de leur utilisation a beaucoup évolué. Par exemple, le drone ambulance a pour vocation de sauver des vies en transportant un défibrillateur sur les lieux de l’urgence en cas d’attaque cardiaque. Le cerveau humain meurt généralement entre  4 et 6 min et le temps mis par une ambulance pour arriver sur les lieux de l’urgence est en moyenne de 10 min… Un triste résultat pour le million d’Européens souffrant de problèmes cardiaques chaque année. Le prototype de drone ambulance mis au point par Alec Momont, étudiant aux cycles supérieurs de la Delft University of Technology aux Pays-Bas, est capable de transporter sur les lieux de l’urgence un défibrillateur cardiaque à la vitesse de 100 km/h. Il met alors, dans un carré de 12 km2, moins d’une minute pour arriver sur place. Fournissant des instructions à la personne présente sur place, ce drone augmente les chances de survie de la victime jusqu’à 80%. Il reste néanmoins encore certaines étapes à franchir avant de voir circuler ces drones. En effet, certains dispositifs d’évitement d’obstacles sont encore à perfectionner. De plus, la législation hollandaise ne leur permet pas pour l’instant de circuler. Ces barrières devraient tomber au cours de la prochaine année.

Un drone pour sauver Bambi

Chaque année, les petits des biches helvétiques doivent faire face à un prédateur de taille : la moissonneuse-batteuse. Malheureusement, leur réflexe naturel lorsqu’ils sentent un danger est de se réfugier dans les hautes herbes et de se figer sur place. Le sinistre résultat avoisine les 2000 victimes par an chez les jeunes faons. Heureusement, la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires de Berne a développé un système de repérage des faons par des drones munis de caméra thermique. Lorsqu’un animal est repéré, un espace protégé est créé autour de celui-ci évitant ainsi une triste fin.

big-bend-80455_1280

Un drone pour faire des prises de vues sportives

La prochaine invention concerne les drones ayant pour vocation de faire des photos et des vidéos. Les possibilités de prises de vue depuis un quadricoptère ouvrent la porte à une créativité presque sans limites et les applications sportives sont un marché particulièrement visé par les fabricants de drones. Un des petits derniers à avoir fait son entrée sur scène en septembre dernier est l’Hexo+. Celui-ci propose de faire voler le drone entièrement avec son téléphone intelligent. Doté d’une interface « user-friendly », il permet de préprogrammer de nombreuses trajectoires de film, ce qui et rend cette technologie très facile d’utilisation. Il n’est alors plus nécessaire d’être un expert en pilotage pour réaliser des prises de vue aussi spectaculaires qu’originales.

Un drone pour se déplacer

Certes un peu futuriste, c’est néanmoins une innovation qui pourrait révolutionner le monde des transports et notre quotidien. Imaginez-vous pouvoir éviter les bouchons quotidiens du pont Champlain pour aller travailler à Montréal en volant au-dessus du fleuve Saint-Laurent à bord d’un quadricoptère. C’est le type de solution que propose la société chinoise Ehang. En effet le véhicule aérien Ehang 184 est capable de transporter une charge maximum de 100 kg, à une vitesse de pointe de 100 km/h sur une durée moyenne de 20 minutes à une altitude pouvant atteindre 3500 mètres. Tandis que l’atterrissage et le décollage sont entièrement automatisés, le reste du vol est géré par l’utilisateur au moyen d’une application téléchargeable sur téléphone intelligent. Il est alors possible de se déplacer par TapFly, soit en touchant avec son doigt la carte affichée à l’écran pour indiquer l’endroit où on veut aller. Une série de tests de cet appareil est effectuée avec le laboratoire Lung Biotechnology situé dans le Nevada, pour transporter des organes artificiels à travers 36 états américains. Une autorisation spéciale leur a été accordée en collaboration avec l’Institut du Nevada pour les Systèmes Autonomes et le Bureau du Gouverneur en Charge du Développement. Dans la perspective de développer ce projet à grande échelle, la société chinoise se heurte néanmoins aux barrières législatives. En effet, dans le cas où la juridiction venait à libéraliser l’utilisation de ce type d’appareil, des mesures de sécurité particulières seraient probablement à adopter par les pilotes licenciés en cas d’incident. L’entreprise vise à s’orienter vers un pilotage complètement automatisé de ses aéronefs pour éviter les erreurs humaines.

Après cette énumération, on peut aisément imaginer l’exploration de nombreux autres secteurs tels que l’inspection, l’audiovisuel, le transport de charge, la surveillance…. Nous verrons ce que l’avenir réserve au potentiel prometteur de ces engins volants qui pourraient, d’ici quelques années, faire partie intégrante du paysage urbain et de notre quotidien!

Auteur :

jeremy-brossardJérémy Brossard a commencé un doctorat en génie électrique à l’École de technologie supérieure de Montréal (ÉTS) en janvier 2016. Sa thèse vise à étendre les performances d’une méthode de commande brevetée en 2015, la commande B, au profit des quadricoptères pour en améliorer les performances aérodynamiques et énergétiques. Plusieurs  domaines ont déjà attiré son attention pour de futurs projets potentiels, notamment l’aéronautique, la robotique, le médical, l’environnement et le transport.

 

[accordion title= »Références des images  » close= »1″]

Photo d’en-tête : Crédit photo DigtialStorm

Vidéo Ambulance drone : YouTube TU Delft

Vidéo Hexo+ : YouTube Hexoplus Aerial Filming

Vidéo EHang 184 : YouTube Vidello Productions [/accordion]

 

Jérémy Brossard

Profil de l'auteur(e)

Jérémy Brossard a commencé un doctorat en génie électrique à l’ÉTS. Sa thèse vise à étendre les performances d’une méthode de commande brevetée en 2015, la commande B, au profit des quadricoptères pour en améliorer les performances.

Programme : Génie électrique 

Profil de l'auteur(e)