ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Yhnova, la première maison imprimée 3D habitée - Par : Hanen Hattab,

Yhnova, la première maison imprimée 3D habitée


Hanen Hattab
Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Maison Yhnova à Nantes

L’image d’en-tête provient du dossier de presse de Yhnova, source.

Une famille de cinq personnes s’est installée en juillet 2018 dans sa nouvelle maison à Nantes en France. L’événement est loin d’être anodin. Bien au contraire, il marque une première au monde, soit l’occupation d’un logement social imprimé en 3D. Le secteur de l’immobilier abordable passe-t-il ainsi à une nouvelle ère après celle de l’architecture préfabriquée? En effet, il s’agit presque du même principe logistique puisque les éléments de l’ouvrage sont fabriqués hors site. Par ailleurs, l’impression 3D XL permet à l’architecture industrialisée et abordable plus de liberté formelle tout en réduisant l’impact écologique de l’habitat.

L’impression 3D au service d’une consommation énergétique responsable

La maison nantaise, de 95 m2, est baptisée Yhnova. Elle comprend cinq pièces et se caractérise par un design aux lignes organiques. Conçue dans le cadre du projet BatiPrint3D, la construction a débuté lors de la Nantes Digital Week en septembre 2017. Plusieurs partenaires universitaires et gouvernementaux, dont le Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes, LS2N (Université de Nantes, CNRS, Ecole Centrale, Inria, IMT Atlantique) et l’Institut de  Recherche  en  Génie  Civil  et  Mécanique, GeM (Université de Nantes, CNRS, Ecole Centrale) ont lancé cette expérience afin de proposer « des logements à prix abordable, adaptables au terrain, rapidement construits et économes en énergie », peut-on lire sur leur site Web.

BatiPrint3DTM est aussi l’appellation de la technologie de conception et de construction à la croisée du génie civil et de la robotique. En plus de la rapidité et de la précision de la construction des murs, l’impression 3D a permis de réaliser un habitat à énergie positive et à moindre coût. À ce propos, l’équipe a estimé que les murs contribueront à « une économie de chauffage de l’ordre de 50 % ». À savoir aussi que la maison a coûté « environ 200 000 euros, 20 % moins cher qu’un bâtiment de même taille, bâti de façon classique », selon un article de Business Insider.

Dessins et de fabrication

Les murs ont été construits à l’intérieur d’un hangar. Le robot polyarticulé dépose une triple paroi coffrante, isolante et structurante pour ériger les murs externes de la maison. Ceux-ci sont composés de deux couches de mousse de polyuréthane qui servent de coffrage à une troisième couche de béton. La mousse expansive assure l’isolation thermique interne et externe. L’imprimante robotisée a recours à la méthode de fabrication additive et utilise le procédé d’extrusion de matière.

Deux étapes ont permis de réaliser le modèle numérique de la maison. La première consistait à dessiner la représentation géométrique de l’architecture. Ce travail a été effectué par le cabinet d’architecture TICA. Les créateurs ont pu, grâce aux possibilités techniques de BatiPrint3DTM, jouer avec le rapport intérieur extérieur pour offrir une vue sur le paysage sans intervenir sur le terrain arborisé. « Les chambres du logement viennent effectivement se glisser entre les arbres, à distance suffisante afin de préserver le réseau racinaire, et sont reliées entre elles par de longs murs en courbes tendues délimitant un large espace de vie central ouvert sur l’espace boisé », précise Charles Coiffier, un architecte de TICA.

Affiche maison Yhnova

La deuxième étape consistait à concevoir le modèle numérique appelé Bulding Information Modeling (BIM). Celui-ci « rassemble toutes les caractéristiques fonctionnelles et physiques de la maison », comme l’indique la vidéo suivante. Le BIM « permet aux chercheurs de définir les commandes et les trajectoires du robot ».

Pendant la construction, l’imprimante a effectué ses déplacements sur la dalle du hangar en suivant un capteur laser connecté à la maquette BIM. L’impression a duré 54 heures. L’équipe a par la suite passé quatre mois pour achever la construction du toit et l’installation des portes et des fenêtres. Yhnova est équipée de technologies domotiques et de détecteurs qui permettront d’évaluer et d’analyser le comportement des matériaux, et la  qualité  thermique  et  acoustique  durant  sa  1re  année d’occupation.

En plus du suivi, le projet scientifique se poursuivra en expérimentant d’autres contraintes. En fait, LS2N et GeM souhaitent explorer de nouvelles pistes en adaptant la technologie BatiPrint3DTM à la construction d’habitats à un étage, à l’utilisation de matériaux biosourcés, etc.

Hanen Hattab

Profil de l'auteur(e)

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *