ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Une nouvelle classe de biomatériaux : Les nanocristaux de cellulose - Par : Substance,

Une nouvelle classe de biomatériaux : Les nanocristaux de cellulose


L’image d’entête et les deux autres images proviennent de Purdue University image, Pablo Zavattieri site.

Les nanocristaux de cellulose apparaissent maintenant comme un jalon important dans une nouvelle classe de biomatériaux susceptibles d’offrir une grande variété d’applications grâce à leur force et rigidité comparables à l’acier.   Un groupe de recherche de l’Université Purdue avec  Pablo Zavattieri, assistant-professeur en génie civil, vient de réaliser une caractérisation du comportement mécanique potentiel de la cellulose en procédant à une série de calculs basés sur sa structure atomique.

GBimage1

Cette étude représente une étape majeure dans le développement d’une approche de modélisation permettant la compréhension et la prédiction du comportement mécanique de ces nanocristaux de cellulose.  La technique utilisée par le groupe de recherche de Zavattieri met à profit la mécanique quantique permettant de mesurer les propriétés de ces cristaux de trop faibles dimensions pour avoir recours aux équipements réguliers de laboratoire.  L’industrie des pâtes et papiers  produit abondamment ces nanocristaux de cellulose comme résidus de ses opérations et qui se révèlent ainsi être une matière abondante, renouvelable, recyclable et biodégradable.

GBimage2

La possibilité de modéliser les interactions des nanocristaux de cellulose avec d’autres composés  ouvre la voie à la conception et à la fabrication de nouveaux matériaux.  Déjà, des compagnies privés et des groupes de recherche  envisagent d’employer ce nouveau bionanomatériau pour la production d’une large gamme de produits  améliorés par l’apport de propriétés mécaniques cellulosiques.  Les domaines d’applications potentiels sont vastes et regroupent toute une variété de polymères renforcés et de nouveaux matériaux composites dont on retrouve l’emploi dans de nombreux secteurs industriels dont les appareils électroniques, les mémoires d’ordinateurs, les textiles, les filtres de purification des eaux et les composants structuraux en génie civil et dans l’industrie aérospatial ne sont que quelques exemples.

L’industrie des pâtes et papiers est aussi à pied levé pour étendre ses activités dans la fabrication de ces biomatériaux, tel que le démontre une nouvelle compagnie basée au Québec, CelluForceTM,  spécialisée dans le développement de la nanocellulose cristalline (NCCTM).

Le potentiel de la nanocellulose cristalline (NCCTM), tel que proposé par CelluForceTM.


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *