ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Le transport sera électrique - Par : Substance,

Le transport sera électrique


Stationnement pour voiture électrique

Achetée sur Istockphoto.com. Droits d’auteur.

Qingsong (Charlie) Wang s’est intéressé à un très jeune âge à l’ingénierie automobile, en partie parce que les véhicules personnels s’avéraient une chose rare dans le petit village chinois d’environ 50 familles où il a grandi. Ce n’est que lorsqu’il a suivi un cours sur les structures de véhicules comme étudiant de premier cycle à l’Université Jilin qu’il a pu en étudier pour la première fois les différents éléments, soit le moteur, la transmission et le système de freinage, de plus près. 

Après avoir obtenu son baccalauréat en 2012, il a poursuivi ses études à la maîtrise, aussi en ingénierie automobile, à l’Université Tongji de Shanghai. Il y fut alors mis en présence de plusieurs projets de recherches d’envergure sur les véhicules électriques et y a acquis la certitude que « l’avenir de notre système de transport [sera] électrique. »

Ce constat allait entraîner un changement dans le cours de sa carrière universitaire et définir son domaine de spécialisation et de recherche : la propulsion de véhicule électrique et la mobilité durable.

Réorientation de son axe de recherche

Pour son mémoire de maîtrise, Wang a conçu un concept mécanique entièrement nouveau pour la propulsion de véhicule électrique (VE) : une machine de mémoire utilisant un aimant pourvu d’une fonction non linéaire de démagnétisation permettant une modification très flexible du flux entrant.

Cela a eu des conséquences majeures sur la propulsion de véhicule électrique à entraînement direct. Plutôt que d’avoir un moteur à combustion, « nous avons quatre moteurs distincts, chacun intégré à une roue ». Cette structure n’est pas seulement plus flexible, le retrait du moteur a aussi réduit le poids du véhicule et a libéré de l’espace intérieur pour loger plus de batteries. L’une des limites techniques des véhicules électriques, c’est qu’ils ne peuvent pas fonctionner sur une très longue distance. « Donc, si nous pouvons installer plus de blocs-batteries sur les véhicules, explique Wang, alors ils pourront faire plus de kilométrage. »

Camions électriques

L’axe de son mémoire de maîtrise a servi de transition naturelle pour son doctorat à l’Université polytechnique de Hong Kong, où Qingsong Wang a commencé ses études de troisième cycle durant l’été 2015 en génie électrique plutôt qu’en ingénierie automobile. Une machine de mémoire comme celle qu’il a conçue au cours de sa maîtrise « est seulement une sorte de machine à débit modulé et à flux contrôlable ». Durant son doctorat, Wang a travaillé pour en développer toute une série, dont une incluant une machine à aimants permanents doubles et une machine à excitation hybride à courant continu sans bobine.

Puis en 2018, un groupe de recherche de l’Université de la Colombie-Britannique a recruté Wang pour travailler sur une bobine à autorésonance pour son système de transfert de puissance sans fil. Le prototype que Wang a aidé à réaliser avec succès durant son année postdoctorale offrait approximativement la puissance pour recharger un objet comme un aspirateur résidentiel. Mais le concept possède des applications potentielles plus vastes. « Si nous en concevons un avec [plus de] puissance, alors peut-être pourrons-nous recharger le véhicule, mentionne Wang. Il y a cette possibilité. »

Ne jamais renoncer à un avenir meilleur

Qingson Wang, professeur au Département de génie électrique de l’ÉTS

Qingson Wang, professeur à l’ÉTS

Lorsque le professeur Wang est arrivé à l’École de technologie supérieure (ÉTS), il a continué à travailler à la conception de machines électriques avancées. Mais les voitures électriques ne sont que le premier pas. Il espère éventuellement élargir sa recherche pour le système de transport électrique dans son ensemble. « Maintenant, il existe des compagnies qui produisent des voitures et des autobus scolaires électriques », déclare Wang en faisant référence à Lion Électrique, un manufacturier basé à Saint-Jérôme. Il prédit que d’ici les 10 prochaines années, la plupart des véhicules sur la route, incluant des véhicules plus gros comme les camions de longue distance, seront électriques.

Lorsqu’on lui demande quelle réalisation le rend le plus fier jusqu’à ce jour, Wang ne mentionne pas l’une de ses nombreuses publications, sa participation à des conférences de premier plan comme celles de l’ITEC et de l’ISIE, ni sa récente recherche au sein du Centre for Advanced Low Carbon Propulsion Systems (C-ALPS) à l’Université Coventry, où il a œuvré en tant que maître de conférence et professeur adjoint depuis 2019.

« En fait, je ne pense pas aux réalisations, confie Wang. Je crois que ce dont je suis le plus fier dans tout mon parcours d’études, de ma recherche, [c’est que] je n’abandonne jamais. J’ai fixé mon but lorsque j’étais étudiant à la maîtrise. Cela fait plusieurs années, et je ne l’ai jamais changé. Et je crois finalement que le transport sera électrique. Alors, je vais continuer d’y travailler. »


Recevez les dernières actualités scientifiques de l'ÉTS
commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *