ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
La transformation numérique : au cœur de la relance économique - Par : Amin Chaabane,

La transformation numérique : au cœur de la relance économique


Le Conseil sur la stratégie industrielle du Canada concluait en 2020, dans un rapport intitulé Redémarrer, relancer, repenser la prospérité de tous les Canadiens : un plan de croissance ambitieux pour bâtir une économie numérique, durable et innovante, que la relance de l’économie post Covid-19 passait par la mise en place d’une économie numérique basée sur les données.

Amin Chaabane
Amin Chaabane est professeur au Département de génie des systèmes à l’ÉTS. Il s’intéresse aux problématiques d’ingénierie de la chaîne d’approvisionnement et de la logistique durable ainsi qu’à la planification et l’évaluation des systèmes.

Achetée sur Shutterstock.com. Droits d’auteur.

Un passage obligé…

Le virage numérique des entreprises est considéré comme un facteur décisif pour conserver notre compétitivité sur la scène internationale et maintenir un écosystème industriel fort au Canada. Diverses études pointent dans cette direction et les efforts liés à la transformation numérique se sont décuplés depuis la pandémie, accélérant encore plus le processus. 

La transformation numérique, aussi appelée industrie 4.0, repose sur l’intégration de plusieurs technologies de pointe, telles que l’Internet des objets, les systèmes cyberphysiques, l’infonuagique, la fabrication additive, la réalité virtuelle et augmentée, l’analyse des données massives et la science des données. Elle permet de définir une nouvelle organisation des usines afin de mieux servir les clients, grâce à une flexibilité accrue de la production et une optimisation de la chaîne d’approvisionnement. L’industrie 4.0 est, en quelque sorte, la consécration de l’avancement de la technologie, qui permet maintenant la connexion de nombreux objets pour assurer la traçabilité des équipements et des produits à des coûts raisonnables. La grande majorité des secteurs de l’industrie sont touchés. Toutefois, de nombreux défis restent à relever pour réussir cette transition.

… et parsemé d’embûches

Au cœur de cette transformation se trouvent des technologies complexes, qu’un nombre limité d’ingénieurs maîtrisent. De plus, les projets menant à la transformation numérique sont, à la base, fortement pluridisciplinaires. Leurs nombreuses ramifications exigent donc une vision plus large des tâches à accomplir et un plan de transition clair, basé sur un diagnostic précis et personnalisé de l’entreprise à accompagner.

Aussi, ces technologies avancées ont complexifié les systèmes, et créé des enjeux en regard de la sécurité, de la fiabilité et de l’intégrité de l’information. Ces goulots d’étranglement devront être désengorgés pour réussir le déploiement des technologies numériques et le passage à l’industrie 4.0.

Le gouvernement du Québec prévoit d’investir 130 millions de dollars d’ici le 31 mars 2022 dans des projets visant à accélérer le virage numérique des entreprises et à favoriser la croissance de PME innovantes grâce à un accompagnement spécialisé. De son côté, le gouvernement du Canada a alloué une enveloppe de 1,4 milliard de dollars au Programme canadien d’adoption du numérique pour, entre autres, octroyer aux PME des subventions afin d’accéder à des services-conseils. 

Nul besoin de dire que la demande, déjà importante, pour des ingénieurs bien formés dans ces domaines, ne fait que grandir.

Mise à niveau de la formation

La transformation numérique passe nécessairement par l’acquisition de nouvelles expertises afin d’en maîtriser tous les aspects. Les besoins de mise à niveau n’en sont que plus criants dans un contexte de pénurie de la main-d’œuvre. 

L’ÉTS offre un Programme court de 2e cycle en entreprise numérique multidisciplinaire, axé sur les besoins de l’industrie. Ce programme, élaboré de concert par les cinq départements de l’ÉTS, présente les différentes perspectives du milieu afin de former des spécialistes polyvalents. Il allie la maîtrise de la technologie à la gestion de projet pour mieux répondre aux besoins de l’industrie.

Cette formation est admissible au Programme pour la requalification et l’accompagnement en technologie de l’information et des communications du Gouvernement du Québec.

Amin Chaabane

Profil de l'auteur(e)

Amin Chaabane est professeur au Département de génie des systèmes à l’ÉTS. Il s’intéresse aux problématiques d’ingénierie de la chaîne d’approvisionnement et de la logistique durable ainsi qu’à la planification et l’évaluation des systèmes.

Programme : Génie de la production automatisée 

Laboratoires de recherche : NUMÉRIX – Laboratoire de recherche sur l’ingénierie des organisations dans un contexte d’entreprise numérique 

Profil de l'auteur(e)


Domaines d'expertise :

Fabrication avancée  Industrie 4.0 

Recevez les dernières actualités scientifiques de l'ÉTS
commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *