ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Top chrono : les 24h de l’innovation vues de l’intérieur - Par : Andree Harvey,

Top chrono : les 24h de l’innovation vues de l’intérieur


L’image d’entête  de cet article provient de l’auteur et de l’organisation des 24 heures de l’innovation

les-24h-de-innovationEn mai 2013, j’ai eu le privilège de pouvoir participer aux «24h de l’innovation», une compétition internationale organisée par l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal, qui met au défi des étudiants du monde entier de trouver des solutions créatives à des problèmes exprimés par des entreprises.

AH24h

Mon équipe, baptisée «QF Connexion» (pour Connexion Québec-France, parce que l’équipe est formée de natifs du Québec et de la France), regroupait les brillants cerveaux de l’ÉTS : Yohann Hernandez, Fred Scherer, Jean-Philip Poulin, Maria Ramoul et Charles Vanelslande. D’Algérie, Abdelaziz El-mohri s’est joint à l’équipe, à distance.

Voici la fabuleuse histoire de cette épopée, racontée d’heure en heure.

Les préparatifs

Yohann Hernandez, participant aux 24h heures de l’édition 2012, a créé le 9 avril 2013 un groupe privé sur Facebook et a lancé cette invitation : «Qui veut participer aux 24h avec moi?» Neuf candidats ont répondu à l’appel. La discussion s’est amorcé : qui va faire l’infographie 2D ? la modélisation 3D ? le montage vidéo ? Et qui apporte quoi ? On a besoin de «post-it» de couleur, de crayons, d’ordinateurs, d’une caméra vidéo, d’un appareil photo.

Un premier rendez-vous physique est donné à la cafétéria de l’ÉTS, pour faire connaissance et aller plus loin dans l’organisation. Sur les neuf candidats recrutés, sept poursuivront l’aventure.

Yohann prend le leadership de la rencontre. Comme il en est à sa deuxième participation aux 24h, il tient à faire profiter de son expérience : «L’an dernier, mon équipe a perdu beaucoup trop de temps à choisir un défi puis à trouver des idées.» C’est dans un souci d’améliorer sa performance que Yohann a décidé de se représenter en 2013. Son but : mener son équipe à la victoire!

La journée du prochain 24h est donc planifiée au quart de tour. Les consignes :

1. Prendre une heure maximum pour discuter et choisir un défi ;
2. La période d’idéation doit se terminer au plus tard à midi ;
3. La modélisation 3D et la scénarisation doivent se dérouler entre midi et 18h ;
4. Il faut débuter la vidéo au plus tard à 18h. On vise de terminer la vidéo à minuit.

22 mai – Le jour J

8h : l’équipe s’installe.

AHc2mtl1Nous nous rejoignons à l’Arsenal, où se déroule la grande Mecque de la créativité C2MTL qui, pour la deuxième année consécutive, a réservé un espace de travail à une équipe des 24h (les autres équipes se déploient dans le hall A de l’ÉTS).

C’est avec beaucoup de fébrilité que nous découvrons l’espace dans lequel nous cogiterons durant 24 heures. Surprise : les murs sont peints en noir pour qu’on puisse y écrire à la craie et les sièges sont des cubes de carton rigide turquoise et lime. On dirait une salle de jeu ! On réaménage l’espace pour être plus confortables, on s’installe. Des crayons et des post-its de couleur sont disposés sur les tables, les laptops s’ouvrent. Nous sommes prêts !

AHinterieur

9h : les défis sont dévoilés

Le professeur Mickaël Gardoni, l’organisateur en chef des 24h, lance une vidéo-conférence pour annoncer les défis que proposent chaque année une quinzaine d’entreprises. Les sujets sont des plus variés, allant de la création d’une pergola verte à une application mobile destinée aux femmes enceintes.

ahsujets

10h : un défi est choisi

Nous prenons du temps pour analyser chaque défi et faire un peu de recherche sur Internet. Quand tous les membres de l’équipe sont prêts, nous passons au vote. Le défi retenu est celui que propose Bombardier : «With an old Bombardier aircraft, reuse and integrate the most parts in urban furniture in the area of an innovation Quarter.» On nous demande de récupérer les pièces d’un vieil avion pour les transformer en mobilier urbain dans le Quartier de l’Innovation de Montréal, où se trouve l’ÉTS.

AHYohann_Fred_brainstorming

11h : tempête d’idées

Yohann déclare la période d’idéation ouverte. Un aide-mémoire pour rappeler les règles d’un brainstorming est collé au mur, à la vue de tous.

Je propose l’approche «tempête de post-its» où chaque participant, pendant 10 minutes, doit écrire le plus d’idées possibles, à raison d’une idée par post-it. Une fois la période écoulée, chaque participant colle ses post-its un à un sur le mur, en expliquant ses idées aux autres. Acceptée à l’unanimité. Go !

ahidees

12h : catégoriser les idées qui serviront de matière de base

Une fois les post-it collés et les idées présentées, un travail de regroupement des idées par thématique s’amorce. Trois thèmes se dégagent : le mobilier urbain, les espaces communs et les aspects techniques.

Pendant que des membres du groupe (les plus conceptuels) s’affairent à dessiner un diagramme pour imaginer un espace multifonctionnel, d’autres (les plus techniques) dessinent les parties d’un avion.

ahidees2

14h : se mettre dans la peau des utilisateurs

Le groupe décide de prendre du recul et de scénariser le parcours de deux personas, soit une femme célibataire de 32 ans qui vit dans le quartier et un père de famille de 40 ans qui vient y travailler chaque jour. Leurs activités du matin, du midi et du soir, incluant les [email protected], sont imaginées et inscrites au tableau noir. Ce scénario est baptisé «Une journée dans la vie de…»

Une fois ce travail terminé, nous faisons correspondre les étapes du scénario avec les idées regroupées par thématique et les parties de l’avion. Par exemple, nous imaginons que les sièges de l’avion seront récupérés pour créer une salle de cinéma ; que les ailes serviront de support à un potager communautaire ; que la carlingue, coupée en deux segments, se transformera en terrasse, etc.

ahtest

18h – minuit : la production de la vidéo

L’équipe se partage les tâches : pendant que Yohann et moi-même scénarisons la vidéo et rédigeons la narration, Fred, Charles et Maria en dessinent les plans-séquences et Jean-Philip les éléments 3D.

Comme il n’y a pas d’infographiste dans l’équipe, Abdelaziz El-mohri, un ami de Maria, est appelé en renfort. C’est à partir du lieu où il se trouve, en Algérie, qu’il complète son travail d’artiste.

Minuit-3h : le dernier droit

Minuit sonne, la vidéo n’est pas terminée. On profite de la nuit pour peaufiner le texte de la narration, pour l’enregistrer (Maria se porte volontaire) et pour faire le montage.

3h : la vidéo finale est déposée sur Youtube

Trois heures de retard sur notre horaire idéal (nous avions visé minuit), la vidéo est terminée et sera baptisée «A day in the sky».

3h-8h : le repos du guerrier

Chaque participant effectue une retraite dans ses quartiers, histoire d’aller se rafraîchir, se reposer et manger une bouchée, en prévision du verdict qui doit avoir lieu dans quelques heures.

AHinternational

9h : le jury international délibère

Les participants se réunissent à nouveau à l’Arsenal, où le jury international nommera les grands gagnants de la compétition selon cinq critères, pour un total de 100 points : Analyse des informations scientifiques et techniques (30 points) ; Innovation et créativité (30 points) ; Qualité de l’exposé (20 points) ; Éco-responsabilité (20 points).

10h : Et les gagnants sont…

L’équipe de QF Connexion arrive deuxième des équipes de Montréal! Malheureusement, elle n’arrive pas à se classer parmi les trois grands prix internationaux.

AHgagnants locaux

Le post-mortem

Dans les jours qui suivent, le groupe se questionne sur son classement. Des hypothèses sont lancées : «Je crois que nous avons perdu des points en éco-responsabilité et dans la clarté de la présentation», fais-je remarquer. «Ce sont les idées les plus simples qui ont gagné», dira Yohann. Fred rappelle une règle qu’il a apprise dans un cours de gestion des connaissances pour l’innovation, donné par le professeur Mickaël Gardoni : « Les équipes qui se démarquent travaillent habituellement les dix à douze premières heures sur une dizaine d’idées, avant de se concentrer sur L’IDÉE».

Le mot de la fin

Le mot de la fin revient à Yohann : « C’est sûr que je suis parti pour faire une troisième édition et remporter la première place ÉTS et mondiale !» On lui souhaite la meilleure des chances.


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *