ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Les systèmes de transport cybernétiques au service des villes durables - Par : Substance,

Les systèmes de transport cybernétiques au service des villes durables


Transport cybernétique

Achetée sur Istock.com. Droits d’auteur.

Mathias Glaus, professeur au Département de génie de la construction de l’École de technologie supérieure

Mathias Glaus, professeur au Département de génie de la construction de l’ÉTS

Les enjeux liés au transport en milieu urbain sont nombreux. Pour répondre aux besoins des personnes, mais également à ceux du transport des marchandises et des matières résiduelles, il est nécessaire de dépasser la dualité entre transport en commun conventionnel et utilisation de véhicules individuels.

Les travaux de recherche de Mathias Glaus, ingénieur et professeur-chercheur en génie de l’environnement, se concentrent sur le déploiement de nouveaux transports pour répondre à la complexité des milieux urbains. « Les systèmes de transport cybernétiques (réseaux de routes intelligentes avec flottes de véhicules automatisés et gestion collective des véhicules) représentent une solution pour améliorer l’offre en matière de mobilité, tant pour les marchandises et les personnes que pour la collecte des matières résiduelles », explique-t-il.

Une mobilité collective individualisée en réseau

La vision du professeur Glaus est celle d’une ville où circulent de petits véhicules autonomes – sans conducteur – qui offrent en tout temps un service individualisé sur demande, sans transfert ni arrêt intermédiaire, et basé sur le partage de véhicules automatisés fonctionnant en réseau.

La Serpentine

Mathias Glaus a eu l’occasion – après ses études d’ingénieur en Suisse – de travailler avec Bernard Saugy, concepteur de la Serpentine, un système composé d’une flotte de véhicules autonomes de quatre places munis de moteurs-roues et alimentés par induction à partir d’une voie active enfouie sous la chaussée, sans contact direct avec les véhicules. Ce système permet de déplacer les capsules en réseau (itinéraires personnalisés) par l’intermédiaire d’un système de gestion des demandes individuelles. Le chercheur estime que cette approche de la mobilité est un élément clé du développement des milieux urbains, car elle favorise la complémentarité des modes de transport dans un esprit d’amélioration des services offerts aux citoyens.

Mathias Glaus a une vision systémique de la mobilité, axée sur la multifonctionnalité des besoins. Il s’intéresse notamment à la recirculation des matières résiduelles vers les différentes filières de recyclage et de valorisation disponibles sur un territoire, une des prémisses de l’économie circulaire, en intégrant la recherche de solutions de collecte adaptées aux différents contextes urbains (densité, clientèle, débouchés).

 

Un outil de planification du territoire

Flexible, adaptable et axé sur la réponse aux divers besoins de mobilité de proximité (porte-à-porte), le système Serpentine permet de concrétiser une planification urbaine basée sur une plus grande diversité des fonctions du territoire.  Ainsi, la multifonctionnalité du milieu et la mobilité multimodale de proximité, développées sur le principe d’une offre diversifiée et dynamique, établissent un contexte urbain à partir duquel l’individuation des besoins peut s’exprimer dans le temps et dans l’espace.