ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Redwood Forest, une ville durable sur Mars - Par : Hanen Hattab,

Redwood Forest, une ville durable sur Mars


Hanen Hattab
Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

mars-ville-durable-redwood

L’image d’en-tête a été achetée sur Istock.com. Des droits d’auteur s’appliquent.

La prospection architecturale a les yeux rivés sur Mars, des projets astronomiques d’Elon Musk aux groupes de recherche universitaires. Lancée en 2016, Mars City Design est une initiative de l’architecte et cinéaste Vera Mulyani, à Silicon Beach, à Los Angeles, afin d’imaginer comment habiter la planète rouge.

C’est une compétition internationale ouverte aux artistes, aux designers et aux scientifiques. Les idées partagées sur cette plate-forme mettent en œuvre les dernières technologies de construction et de conception architecturale et urbaine, et les découvertes de la recherche spatiale. L’équipe gagnante de la catégorie architecture de l’édition 2017 a mis la barre très haut et a donné un air on ne peut plus terrien à Mars.

L’air est irrespirable sur Mars (95 % de dioxyde de carbone) et le climat rivalise avec les conditions polaires terrestres, sa température moyenne avoisinant le  -65 oC. Pourtant l’équipe gagnante a décidé de faire de son concept architectural un espace ouvert. Quelles solutions cette équipe a-t-elle trouvées pour protéger les colonisateurs de l’espace des radiations cosmiques et des rayonnements ultraviolets mortels?

Redwood Forest

Le projet s’intitule « Redwood Forest ». Il a été réalisé par un groupe du Massachusetts Institute of Technology (MIT) rassemblant neuf étudiants et codirigés par Valentina Sumini, chercheure au Civil and Environmental Engineering Department (MIT) et Caitlin Mueller, professeure assistante au Building Technology Program (MIT).

L’équipe a créé une petite cité pour dix mille habitants. C’est une approche pluridisciplinaire qui a réuni des compétences en aéronautique, en astronautique, en génie civil et de l’environnement, en architecture, et en design. Afin de répondre à l’enjeu principal de Mars City Design, à savoir créer une ville durable, le projet a tiré profit des conditions géoclimatiques de la planète.

Une ville souterraine

Les habitats imaginés par l’équipe pousseront comme des champignons sur la surface de la planète rouge. En effet, la structure urbaine de Redwood Forest est composée de dômes géodésiques qui abritent chacun cinquante personnes. Comme un arbre, chaque unité possède une partie souterraine sous forme de tunnels communicants qui relient les sphères. Les espaces privés sont situés dans la partie sous terre qui protège contre le froid, les radiations, les micrométéorites et les autres conditions surfaciques hostiles. Le transport est assuré par des véhicules électriques qui circulent dans le réseau souterrain à plusieurs niveaux. Les sphères seront boisées. Elles représenteront le poumon de la cité et un espace commun en plein air.

Ressources de production

La cité imite la forêt des points de vue physique et fonctionnel, en utilisant les ressources martiennes locales, telles que la glace, l’eau, le régolite, le sol et le soleil pour créer la vie. Cette idée de naissance symbolise également le potentiel de croissance sur d’autres planètes étant donné que la nature se propagera dans le paysage martien. La conception d’un habitat est générée par un programme computationnel de génération des formes créé par l’équipe. Il s’agit d’un design paramétrique, ce qui signifie que chaque habitat possédera une structure unique.Les dômes forment ainsi une forêt diversifiée composée d’espaces urbains uniques.

L’eau transportée dans la cité sera conservée dans des réservoirs souples à l’intérieur des dômes. Elle servira aux fermes hydroponiques qui fourniront des poissons et des légumes frais. Des panneaux solaires seront installés à la surface. L’énergie produite servira à séparer l’eau stockée pour la production de carburant et d’oxygène et aussi à alimenter les piles à hydrogène nécessaires aux véhicules.  De l’énergie de secours sera aussi stockée pour pallier les tempêtes de poussière.

Selon l’équipe du projet, les idées utilisées dans Redwood Forest peuvent aussi inspirer des solutions urbaines de villes durables sur la planète bleue.

Les membres de l’équipe sont : Samuel Wald, Matthew Moraguez, Alejandro Trujillo, Alpha Arsano, Kam-Ming, Mark Tam, Meghan Maupin, John Stillman et Zoe Lallas.

La participation à cette compétition annuelle se fait au moyen de la plate-forme en ligne https://www.marscitydesign.com/. Les personnes ou groupes invités à déposer leur candidature sont les concepteurs et les étudiants dans les domaines de l’ingénierie, de la robotique, de l’architecture et du design urbain. La compétition de 2018 s’intitule « Mars Sample Un(Return) Imagine We Are In The Year 2043 ». On s’est adressé notamment aux créateurs dans les domaines du sport, de la santé et de la mode. Les inscriptions sont malheureusement déjà fermées. Les résultats seront annoncés à la fin d’août 2018.

Hanen Hattab

Profil de l'auteur(e)

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *