ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Impartition et protection de la propriété intellectuelle - Par : Xiaoguang Deng, Greg Huet, Suo Tan, Clément Fortin,

Impartition et protection de la propriété intellectuelle


Xiaoguang Deng
Greg Huet a été professeur adjoint au département de génie des opérations et de la logistique à l’ÉTS. Il a participé à l’implantation d’une approche Lean d’optimisation des processus de travail.

L’image d’entête est de Timothy B. MCormack, licence CC, source.

Note de l’éditeur

L’impartition, bien que nécessaire dans certaines situations, entraîne un risque de vol de la propriété intellectuelle. Les auteurs ont développé une méthode visant à décomposer un produit en sous-éléments et ainsi diminuer le risque de fuites de renseignements confidentiels par inférence.

Risques et bénéfices de l’impartition

En période de récession généralisée, l’impartition est une question de survie pour la plupart des directeurs de nombreux secteurs industriels (l’aviation, l’automobile, les télécommunications ou les technologies de l’information, par exemple), qui doivent restaurer la rentabilité et la croissance de leur entreprise. Parmi les problèmes qu’entraîne l’impartition, l’un des plus critiques est la fuite de renseignements confidentiels causée par des fournisseurs et des partenaires communs à plusieurs entreprises. Cette recherche propose une nouvelle manière de décomposer un produit en plusieurs sous-éléments afin de réduire le risque de fuites relatives à la propriété intellectuelle causées par des inférences dans les chaînes logistiques.

impartition

Source [Img1].

Les fuites implicites et explicites

Les fuites de renseignements peuvent être explicites ou implicites [1]. Les fuites explicites découlent de renseignements confidentiels malencontreusement échangés au moyen du réseau de transfert de l’information de la chaîne logistique. Les fuites implicites, quant à elles, concernent des renseignements découverts par inférence, par conclusion ou par déduction logique à partir de données plutôt qu’à partir d’une information claire. La cause principale d’une telle inférence réside dans les différentes relations et interactions, inhérentes à l’ingénierie, entre les éléments d’un produit. Ces relations peuvent être d’ordre physique, mécanique, électrique, etc.

À notre connaissance, le gros de la documentation existante à ce sujet porte sur les fuites explicites. Elle vise à proposer des moyens légaux, organisationnels, sociaux et techniques de prévention de la fuite directe d’information. Les laboratoires de Zeng et de Wang ont rendu compte de la manière dont se produisent les fuites d’information implicites et de la manière de diminuer les risques de fuite [1-5]. Cet article se base sur ces recherches pour se concentrer spécifiquement sur les mesures et les outils méthodologiques de réduction des fuites de renseignements confidentiels par inférence.

Matrice structurelle de conception (DSM)

Une approche originale de décomposition de la structure d’un produit (sa nomenclature) a été élaborée au moyen d’une matrice structurelle de conception (DSM, de l’anglais Design Structure Matrix), laquelle est une matrice carrée dont le nombre de lignes et de colonnes est identique (figure 1). Cette matrice permet de représenter les paramètres liant chacun des éléments. L’approche par décomposition est donc parfaitement adaptée à la protection des renseignements relatifs à la conception d’un produit. Elle tient compte des différentes interactions entre les éléments en fonction d’un modèle conceptuel de chaîne logistique.

La structuration de la conception au moyen d’une matrice sert à illustrer les relations de dépendance de deux éléments associés à l’application d’une conception technique [6].

Impartition

Figure 1 Modèle simple de représentation par matrice structurelle de conception. Source [Image 2].

Nous nous concentrons, pour cette recherche, sur un problème de décomposition de type  « deux modes », qui vise à former les sous-éléments d’une conception en regroupant adéquatement les sous-ensembles de fonctions et de paramètres d’une conception. Normalement, un problème de décomposition d’une conception se fait en trois étapes [7] :

1.   Décomposition en éléments de la structure du produit;

2.   Compréhension et description des différentes interactions entre les éléments;

3.   Analyse de l’intégration des éléments décomposés.

Étude de cas : conception du mât d’un avion

Impartition

Figure 2 : Avion de la série CRJ de Bombardier Canadair utilisé pour l’étude de cas. Ses moteurs sont montés à l’arrière du fuselage. Source [Image 3].

Cette étude de cas sur la conception du mât d’un avion [figure 2] sert à illustrer les applications pratiques de notre méthodologie. Dans le domaine de l’aviation civile, le mât est un système structurel essentiel. Il relie le moteur au reste de l’avion lorsque le moteur est installé sous l’aile, au-dessus de l’aile ou sur le fuselage.

Impartition

Figure 3 Structure détaillée du mât d’un moteur monté à l’arrière du fuselage. Source [Image 4].

Les données employées pour cette étude de cas sont tirées d’un projet de conception effectué par des étudiants qui visait à réaménager la configuration d’un moteur pour le monter à l’arrière du fuselage (figure 3).

La figure 4 illustre les détails de l’attache avant et de l’attache arrière du moteur. Il s’agit des principales structures de raccordement du mât au moteur.

Impartition

Figure 4 Attache avant du moteur (gauche) et attache arrière du moteur (droite). Source [Image 5].

L’arborescence de la structure du produit

impartition

Figure 5 : Aperçu de l’attache avant du moteur. Source [Image 6].

Les principaux systèmes structuraux du mât se composent de l’attache avant et de l’attache arrière du moteur, ce qu’illustrent les figures 5 et 6. La figure 5 illustre l’attache avant du moteur, laquelle comprend quatre éléments : un étrier allongé, une pièce de raccordement (link) et deux plaques de renfort.

L’attache arrière du moteur sert à fixer le moteur au fuselage de l’avion. Il se compose de trois éléments : un étrier, une pièce de raccordement et une plaque de renfort (figure 6).

impartition

Figure 6 Aperçu de l’attache arrière du moteur. Source [Image 6].

La figure 7 présente une arborescence détaillée de la structure du produit, elle décrit les relations les plus importantes entre les éléments de la structure d’un mât. Par définition, une telle arborescence n’a qu’un seul ensemble d’éléments essentiels. Voici l’ensemble du cas présent : {FY, FL, FP, MPB, PEB, RY, RL, RP, PB, MEB}.

impartition

Figure 7 Arborescence de la structure du mât d’un aéronef. Source [Image 2].

Dans le cas présent, la « résistance en tension », la « résistance en cisaillement » et la « résistance à la température » sont les paramètres secrets qu’il faut protéger pour chaque élément. Ce sont des paramètres essentiels qui représentent les interactions physiques, aérodynamiques et de température entre les éléments. L’attache avant et l’attache arrière n’ont pas d’interface avec des circuits de fluide (interaction matérielle) ou avec des systèmes électroniques (interaction d’information). Si ces trois paramètres secrets sont inférés, d’éventuels concurrents pourraient découvrir les matériaux et les méthodes utilisés pour le traitement thermique. L’attache du mât court donc un grand risque d’être copiés par ingénierie inverse. En outre, si un seul élément est imparti à un fournisseur, on tient pour acquis que ce dernier est au courant de tous les paramètres de fabrication associés à cet élément. Ici, l’ensemble des éléments essentiels, {FY, FL, FP, MPB, PEB, RY, RL, RP, PB, MEB}, est considéré comme le composant de l’arborescence de la structure du produit.

Impartition

Tableau 1 Catégories de fonctions des éléments de l’étude de cas sur un mât. Source [Image 2].

Pour notre étude, le composant est grossièrement divisé en deux catégories, pièce et connecteur. La fonction Fce de catégorie de ce composant est illustrée au tableau 1.

impartition

Tableau 2 Degré de regroupement de l’étude de cas (premier niveau). Source [Image 2].

Le premier niveau de regroupement est présenté au tableau 2. La valeur accordée à  α est de 0,20. Le second niveau de regroupement est présenté au tableau 3.

Impartition

Tableau 3 Matrice structurelle de conception du niveau 2 de l’étude de cas (α = 0,20). Source [Image 2].

En résumé, cette approche peut être représentée par une arborescence hiérarchisée (figure 8). Selon la méthode que nous proposons, cette figure illustre le procédé de regroupement. Ici, selon les expériences du développeur du produit, le seuil de tolérance aux fuites relatives à la propriété intellectuelle est établi à 0,20. Ainsi, il convient de décomposer la structure du produit de cette manière : {FY, RY}, {FL, RL}, {FP}, {RP}, {MPB, PEB, PB, MEB}. Chacun de ces regroupements est imparti à un fournisseur différent.

Impartition

Figure 8 Arborescence de la structure des regroupements hiérarchisés. Source [Image 2].

Pour en découvrir davantage sur la protection de la propriété intellectuelle dans les chaînes logistiques d’impartition grâce à la décomposition d’un produit au moyen d’une matrice structurelle de conception, nous vous invitons à lire cet article de recherche dans la revue Computers in Industry :

Deng X., G. Huetb , S. Tana and C. Fortin (2012). Product decomposition using design structure matrix for intellectual property protection in supply chain outsourcing. Computers in Industry, 63, pp.: 632–641. (PDF)

 

 

 

Xiaoguang Deng

Profil de l'auteur(e)

Greg Huet a été professeur adjoint au département de génie des opérations et de la logistique à l’ÉTS. Il a participé à l’implantation d’une approche Lean d’optimisation des processus de travail.

Programme : Génie des opérations et de la logistique 

Profil de l'auteur(e)

Greg Huet

Profil de l'auteur(e)

Programme : Génie de la production automatisée 

Profil de l'auteur(e)

Suo Tan

Profil de l'auteur(e)

Profil de l'auteur(e)

Clément Fortin

Profil de l'auteur(e)

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *