ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Pour des TIC vertes - Par : Substance,

Pour des TIC vertes


L'infonuagique pour des TIC vertes

Achetée sur Istock.com. Droits d’auteur.

professeur au Département de génie électrique de l’École de technologie supérieure

Kim Khoa Nguyen, professeur au Département de génie électrique de l’ÉTS

On estime que les technologies de l’information et des communications (TIC) génèrent autant de gaz à effet de serre (GES) que l’ensemble du secteur des transports aériens et que cette empreinte pourrait quintupler d’ici 2040.

Chaque recherche Google, chaque « j’aime » sur Facebook, chaque envoi de courriel – ou ouverture de pourriel! – sollicite un réseau complexe et hétérogène de télécommunications qui achemine ces « requêtes » à des centres de données partout dans le monde, la plupart du temps en utilisant de l’électricité produite à partir de combustibles fossiles.

Titulaire d’un doctorat de l’Université Concordia en génie électrique et informatique, Kim Khoa Nguyen, aujourd’hui professeur-chercheur au Département de génie électrique, s’intéresse aux TIC vertes.

GreenStar Network

L’avantage de l’informatique en nuage repose principalement sur le principe de la délocalisation, source de gains colossaux sur les plans de l’espace et de l’économie d’énergie. L’essentiel de l’énergie consommée par les TIC sert à alimenter et à refroidir les serveurs de données. Le professeur Nguyen a été l’architecte et le principal développeur du projet GreenStar Network, le premier réseau mondial de centres de données écologiques carbone neutre.

Avec l’aide du chercheur émérite de l’ÉTS Mohamed Cheriet, il a mis sur pied et testé le premier réseau entièrement alimenté par de l’énergie renouvelable (solaire, éolienne et hydroélectrique) et fonctionnant sur la base d’un paradigme de gestion des réseaux connu sous le nom de Follow the Wind, Follow the Sun. N’étant plus statiques, les centres de données virtuels se déplacent près des ressources renouvelables, tantôt dans l’Arctique, tantôt dans le désert, grâce à un réseau international de nouvelle génération.

Le défi : la collecte et le traitement de données massives des objets connectés

De grands défis subsistent, notamment pour la planification des réseaux de télécommunications de cinquième génération (5G) et le traitement des données provenant des milliards d’objets connectés. Le professeur Nguyen a dirigé la R-D sur ces problématiques dans le cadre de plusieurs projets financés par Ericsson, Ciena, Telus, Vidéotron, InterDigital ainsi que par le gouvernement canadien.

Vignes en ville : l’Internet des objets au service de l’agriculture urbaine

Son expertise en matière de technologies IoT (Internet of Things) étant reconnue, il s’est vu confier le mandat de concevoir l’architecture technologique du projet d’agriculture urbaine Vignes en ville, dans le cadre duquel seront étudiés le comportement et les avantages des vignes rustiques en milieu urbain. Il aimerait à cette occasion appliquer les principes appris dans certaines régions aux prises avec de sérieuses difficultés sur le plan agricole, notamment en Afrique.


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *