ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Le papier intelligent, une nouvelle interface interactive numérique - Par : Hanen Hattab,

Le papier intelligent, une nouvelle interface interactive numérique


Hanen Hattab
Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Prise de note sur papier intelligent

L’image d’en-tête a été achetée sur Istock.com et est protégée par des droits d’auteur.

Il existe certes d’innombrables outils numériques qui permettent de parfaire nos activités récréatives, ludiques et professionnelles. Or parfois on revient involontairement aux anciennes méthodes. On a, par exemple, souvent tendance à prendre des notes sur un bout de papier qui traîne sur le bureau et oublier le fait même de l’avoir fait. Des chercheurs ont imaginé une solution qui marie les habitudes de travail acquises dans le monde concret et les solutions numériques.

Yang Zhang et Chris Harrison du Human-Computer Interaction Institute à la Carnegie Mellon University à Pittsburgh, aux États-Unis ont créé un papier tactile. Il s’agit d’une feuille de papier ordinaire qui est sensible au toucher et communique avec des appareils informatiques. Les deux chercheurs travaillent sur l’interaction personne-machine et les technologies de détection.

Leurs échantillons de papier ont été présentés lors de la Conference on Human Factors in Computing Systems 2018  qui a eu lieu cette année au Palais des congrès à Montréal du 21 au 26 avril. Leur présentation s’intitule « Pulp Nonfiction: Low-Cost Touch Tracking for Paper »

Appelé « Pulp Nonfiction », ce papier a trois avantages :

  • Il ne coûte pas cher
  • Il peut être jeté et rangé comme un papier ordinaire
  • Il conserve les propriétés graphiques des croquis et de l’écriture tracés sur sa surface en les transmettant instantanément à un ordinateur

Matériaux, technique de fabrication et système

Pour rendre le papier sensible au toucher, l’équipe a collé sur sa surface un matériau conducteur qui s’appelle Velostat. C’est un film fin et résistant, utilisé comme revêtement, emballage et dans les composants électroniques. Il est fait à partir d’une feuille de polymère (polyoléfines) imprégnée de particules de carbone qui le rendent conducteur. Les chercheurs rappellent qu’il existe d’autres matériaux qui possèdent cette propriété grâce, par exemple, à une couche conductrice pulvérisée et d’autres revêtements utilisés dans le projet Electrick de Zhang.

 

Le projet Electrick

La surface sensible de la feuille est connectée à un dispositif de réception de signaux composé d’électrodes, qui, à son tour, est lié à l’ordinateur. Cette technique de fabrication sera plus tard remplacée par un processus plus efficace qui participe à améliorer l’opacité du papier, réduire son épaisseur et à le rendre tactile recto verso. En conséquence, le dispositif de transmission gagne en simplicité comme le montre la vidéo. En effet, le revêtement en feuille sera remplacé par des grilles à base de matériaux conducteurs imprimées directement sur la feuille.

Fonctionnement de la surface tactile

La technique s’appuie sur la méthode de la tomographie électrique. C’est une méthode qui permet d’imager en 2D et en 3D les variations de résistivité électrique sur une surface. Les électrodes émettent un petit courant électrique qui se propage sur toute la surface. Elles permettent aussi de mesurer la tension électrique sur différents points du papier. Lorsque le doigt (ou un crayon) touche le revêtement conducteur, il réduit la tension des électrodes, lesquelles transmettent cette information à l’ordinateur. L’algorithme de reconstruction tomographique traduit les changements du flux électrique en tracés et points à partir desquels on peut aussi évaluer la force d’appui sur la surface sensible. Le dispositif permet aussi de représenter des points de contact éloignés simultanément.

Applications

En plus des applications en arts et en design, le papier tactile peut être utilisé dans des interfaces personne-machine complexes. Il peut ainsi réinventer l’usage du matériel ludo-pédagogique numérique ou permettre aux lecteurs de journaux ou de magazines papiers de partager les articles et leurs commentaires sur les réseaux sociaux. Dans la présentation, les chercheurs ont énuméré d’autres applications bureautiques interactives et des domaines de l’éducation et du divertissement.

Hanen Hattab

Profil de l'auteur(e)

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *