ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
L’intelligence artificielle est-elle créative? - Par : Hanen Hattab,

L’intelligence artificielle est-elle créative?


Hanen Hattab
Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

L’intelligence artificielle est-elle donc créative?

Image achetée du site Istock.com : protégée par des droits d’auteur

En 1984, une nouvelle ère de créativité attendait les designers lorsque le premier logiciel graphique PageMaker, conçu par l’entreprise Aldus, devint accessible sur le tout nouvel ordinateur Apple Macintosh. La création numérique fut à l’origine de l’émergence de l’esthétique numérique dans les arts de l’illustration, de la photographie, de l’image animée, etc.

Les technologies que nous présentons dans cet article ouvrent un nouveau chapitre sur le design : leurs systèmes intelligents remplaceront les concepteurs humains. L’intelligence artificielle est-elle donc créative?

Depuis quelques années, de nouveaux logiciels intelligents de création de sites web ont été inventés. Ils sont capables d’analyser le secteur d’activité du client, ses textes, ses médias (photos, animations, vidéos, etc.) et ses attentes afin de lui proposer un design de site approprié.

Les réseaux de neurones intégrés à ces logiciels sont capables de reconnaître et d’analyser un contenu textuel et visuel. Ces types de logiciels qui peuvent concevoir un site web ont de facto compris comment élaborer la composition graphique d’une page et structurer le contenu selon une arborescence bien déterminée.

Les plates-formes intelligentes

 C’est le cas de The Grid, une des premières plates-formes intelligentes de conception de site. Il suffit ici de télécharger le contenu et de préciser le type de site web à concevoir (site vitrine, blogue ou autres), la fonction du site recherché (professionnel, ludique, etc.) et le tour est joué : sa structure évolutive s’adapte au besoin du propriétaire en rajoutant à tout moment n’importe quel nouveau contenu. Le design de The Grid s’ajuste à tous types d’ordinateurs, de téléphones intelligents, de tablettes, etc. De plus, le client peut suivre le travail du système intelligent pendant la construction du site web.

Le système intelligent de la plate-forme The Grid est un réseau de neurones appelé Molly. Selon Dan Tochini, le fondateur de The Grid, Molly peut créer 200 000 designs uniques à partir d’une palette de cinq couleurs.

 

Cependant, selon les utilisateurs du réseau social Reddit, The Grid présente certaines faiblesses : des sites générés sont difficiles, voire impossibles à personnaliser, et coûtent cher. De plus, le logiciel de démonstration ressemble beaucoup aux systèmes de gestion de contenu WordPress, Squarespace et Weebly dont la plupart n’ont plus recours au code de programmation.

Pour ce qui est de la plate-forme intelligente Wix, elle utilise le réseau de neurones Wix ADI (Artificial Design Intelligence). Firedro, quant à elle, est dotée d’un assistant virtuel accompagnant le client dans la conception de son site. Cet assistant pose des questions et propose des solutions. Selon Marc Crouch, le PDG de Firedro, cette plate-forme permet de se passer d’un concepteur web professionnel.

Les plates-formes intelligentes permettent aux petites entreprises de se créer facilement un site web.

Les logiciels de conception

Sous peu, les fabricants de logiciels de conception intégreront aussi l’intelligence artificielle dans les outils de mise en page et les applications utilisées pour la création de produits d’impression.

Adobe, par exemple, dispose du réseau de neurones Adobe Sensei qui fonctionne dans les logiciels et les outils d’Adobe. Cet outil utilise la reconnaissance faciale pour permettre aux utilisateurs de sélectionner et d’éditer des visages humains sur des photos. Actuellement, Adobe Sensei est intégré à l’outil Face-Aware Liquify des logiciels Adobe Creative Cloud et Photoshop Fix.

Conclusion

Selon certains experts, l’intelligence artificielle révolutionnera le travail des bureaux de conception en remplaçant partiellement les créateurs humains. Certes, les plates-formes intelligentes ne peuvent pas encore émettre un jugement esthétique même si elles sont capables de reproduire des compositions et des structures de sites. Décider de la valeur artistique et ergonomique du visuel revient donc encore à l’être humain. Mais pour combien de temps?

Hanen Hattab

Profil de l'auteur(e)

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *