ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
L’internet des objets au service du traitement contraceptif - Par : Hanen Hattab,

L’internet des objets au service du traitement contraceptif


Hanen Hattab
Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

pilules contraceptives

L’image d’en-tête a été achetée sur Istock.com et est protégée par des droits d’auteur.

Même si les boîtes de médicaments compartimentées permettent de faire le suivi des prises par semaine ou plus, on peut toujours oublier de prendre ses comprimés. Une entreprise en démarrage qui s’est formée au sein du Massachussetts Institute of Technology (MIT) a créé une solution pour rappeler aux femmes la prise des pilules contraceptives.

Étude du projet et développement

L’équipe a choisi le suivi de ce type de traitement, car il présente deux problématiques. D’abord, l’oubli peut engendrer une grossesse non désirée. De plus, en cas de retard, il faut s’assurer de bien calculer l’heure de la prochaine prise. Avant de choisir le cas particulier de la pilule contraceptive, l’équipe a effectué des sondages auprès de professionnels de la santé et du grand public. Les résultats ont notamment montré que la gestion des contraceptifs oraux stresse beaucoup de femmes. La solution peut ainsi agir sur les aspects pratiques et psychologiques du traitement contraceptif.

Aagya Mathur, l’étudiante de la MIT Sloan School of Management qui a eu l’idée du projet, a donc décidé de concevoir une technologie plus optimale que les solutions numériques existantes. Elle a lancé l’entreprise nommée Aavia avec les cofondateurs Aya Suzuki, étudiante au MIT Department of Mechanical Engineering et Alexis Wong, diplômé de l’Electrical Engineering Program de l’Université de Hong Kong, en juin 2017.

Mathur a constaté que les applications basées sur des alarmes ne sont pas assez efficaces. Une alarme peut par exemple sonner lorsque la personne est occupée. Le fait de reporter peut engendrer un autre oubli. Les applications qui demandent aux usagers de confirmer la prise de la pilule et d’indiquer l’heure sont contraignantes. La technologie proposée par l’entreprise serait plus intuitive puisqu’elle module le comportement de l’utilisateur grâce à l’internet des objets.

Aavia, un étui connecté

L’entreprise a envoyé les premiers modèles bêta qui seront testés par certains utilisateurs. Cette version est notamment commercialisée en ligne.

Il s’agit d’un étui de rangement intelligent connecté à une application. Il a été conçu dans un des laboratoires du MIT Department of Mechanical Engineering. L’étui est muni de capteurs qui détectent la présence ou l’absence des pilules dans les 21 compartiments de la plaquette. Le système commence à fonctionner ainsi dès l’ouverture de la boîte mensuelle. Il enregistre la première prise en détectant le comprimé retiré de l’emballage.  Il faut donc remettre la plaquette de pilules à l’intérieur de l’étui pour que le système se déclenche et fonctionne de nouveau. Celui-ci se programme automatiquement pour rappeler à l’utilisatrice les prochaines prises en envoyant des notifications. Il est possible de régler au préalable l’heure de la prise. Si la personne prend la pilule avant l’heure enregistrée, l’application n’envoie pas de notification puisque l’étui détecte le compartiment vidé. Le système possède un réglage de fuseau horaire et permet d’ajuster les prises lors des voyages.

Au cas où l’utilisatrice ne prendrait pas un comprimé à temps, l’application continue d’envoyer des notifications toutes les trente minutes jusqu’à ce que l’étui détecte la zone d’emballage vide. Le réglage personnalisé des prises permet ainsi l’ajustement des prochaines prises en fonction des retards.

Les prochaines versions permettront aux femmes de désactiver les notifications pendant les semaines de prise de pilules placebo. Ce type de comprimés fait partie du traitement des pilules « en continu ». Les comprimés placebo servent aussi à diminuer le risque d’oubli. Le temps de rappel sera aussi modifiable en fonction des préférences de l’usager.  Cette dernière pourra ainsi modifier le délai de notification de 30 minutes. L’application actuelle permet aux utilisatrices de consulter les heures et les jours de prise pendant une semaine. Dans une prochaine version, le calendrier affichera la totalité de l’historique. L’équipe prévoit également intégrer plus d’espaces de commentaires des utilisateurs.

 

Hanen Hattab

Profil de l'auteur(e)

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *