ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Incidences du numérique sur le travail - Par : Sylvie Nadeau, Kurt Landau,

Incidences du numérique sur le travail


Sylvie Nadeau
Sylvie Nadeau est professeure au Département de génie mécanique de l’ÉTS. Ses intérêts de recherche comprennent la prévention des lésions musculo-squelettiques, la gestion de la SST et la gestion intégrée des risques (opérationnels et SST).
Programme : Génie mécanique 

Kurt Landau
Kurt Landau est professeur associé à l’ÉTS et professeur émérite à la TU Darmstadt (Allemagne). Ses intérêts de recherche portent sur les sciences du travail, l’analyse des risques de SST et leur prévention.

Écran numérique

L’image d’en-tête a été achetée sur Istock.com et est protégée par des droits d’auteurs.

Le rôle de l’ingénieur est, entre autres, d’améliorer la qualité de vie de l’humain de façon créative. Quand il est question de développements technologiques, les connaissances en ingénierie nous apprennent que faire les bonnes choses dès le début de la conception, autrement dit agir de façon préventive, est la voie à adopter.

L’industrie 4.0

Le nouveau paradigme de production Industrie 4.0 vise, entre autres, à soutenir ou à rehausser les capacités et les compétences humaines, de même qu’à assister les travailleurs dans leur formation. La littérature nous démontre que des changements importants auront lieu dans nos organisations (et sont d’ailleurs déjà enclenchés dans certains milieux) quant à la conception, la gestion, l’organisation du travail et les interactions tâches-équipements. L’humain demeurera essentiel dans nos systèmes de production et nos conceptions doivent être centrées sur ses besoins. Tous les acteurs sociaux concernés par ces changements devront être consultés et participer activement aux dits changements.

Appareil de fabrication

Le secteur manufacturier, par exemple, fait face à des défis de sur-mesure de masse, de productivité, de compétitivité, de pénurie de main-d’œuvre, d’attractivité de métier et de vieillissement de sa population de travailleurs et de travailleusesDans cet article, le masculin est utilisé comme générique dans le seul but de ne pas alourdir le texte.. L’ensemble des systèmes de production est visé par Industrie 4.0. Les activités les plus étudiées à ce jour dans la littérature sont l’assemblage, la maintenance et la préparation de commandes. En santé et en sécurité du travail (SST), les intérêts de développement se situent dans la mitigation de l’erreur humaine, des risques de lésions musculo-squelettiques et de l’hygiène industrielle (p. ex. exposition à divers contaminants), le développement et l’utilisation d’équipements de protection intelligents, la transmission d’alertes et l’identification de zones de dangers permettant aux travailleurs de se retirer de certaines situations. Des objets intelligents, tels que des exosquelettes soutenant la manutention manuelle ou faisant office de postes assis-debout, des gants intelligents et des lunettes intelligentes font, entre autres, leur entrée sur les lignes d’assemblage. En 4.0, nos systèmes de production deviennent de plus en plus intégrés, complexes (interdépendance des différents processus, nombre considérable de variables et d’arbitrages à gérer), centrés sur des produits à haute valeur ajoutée et conçus à partir de technologies ou connaissances de pointe. Une entreprise durable doit équilibrer ses impératifs de performance et le bien-être de ses travailleurs. Comment faire cet arbitrage?

Des projets de recherche pour favoriser la transition

Des équipes de recherche allemandes (TU Darmstadt) ont développé des outils d’évaluation de la préparation aux changements que le 4.0 amène dans les organisations. Elles ont également proposé des outils pour faire un suivi de l’implantation. Néanmoins, beaucoup de questions d’utilité, d’utilisabilité, de risques, et d’acceptabilité demeurent. La professeure Nadeau compte plus de 25 ans d’expérience d’interventions ou de recherche appliquée avec divers secteurs industriels, dont les secteurs manufacturiers, miniers et de maintenance d’aéronefs. Avec ses collaborateurs et leurs étudiants du Laboratoire de génie des facteurs humains appliqué, elle  se consacre aux aspects d’utilisabilité et de gestion intégrée des risques liés aux systèmes complexes et aux technologies numériques.

Voiture découlant de l’industrie 4.0

L’utilisation de mannequins virtuels, des études de terrain, des essais en laboratoire ou l’élicitation d’experts permettent de trouver des solutions à des problématiques de charge de travail, d’interface humain-équipement, de compatibilité avec le travail et son environnement, d’erreur humaine ou de décision complexe en situation d’incertitudes et conditions réelles d’utilisation. Il ne suffit pas d’avoir accès à beaucoup de données. Il faut les récolter de façon efficace et efficiente, ensuite mettre en relation les données utiles (quantitatives et qualitatives) à moindre coût en intégrant les nouveaux outils technologiques aux processus actuels et en tenant compte des divers enjeux et contraintes, dont la santé et sécurité au travail (SST). Les modèles de gestion intégrée des risques (opérations et SST) proposés aux partenaires reposent, par exemple, sur l’intelligence artificielle, l’ingénierie de la résilience ou l’ingénierie systémique.

Conclusion

Les technologies numériques auront une incidence importante sur le travail, et ce, rapidement. Plusieurs usages restent à être définis. Les opportunités et les gains sont sans pareils (améliorations de la qualité, des temps de cycles et autres). Les défis devront être surmontés avec toute la rigueur technique et scientifique dont savent faire preuve les ingénieurs et les ingénieures et pour lesquelles ils sont formés. Les développements devront se faire en équipes multi voir interdisciplinaires et de façon systémique afin d’assurer à nos travailleurs une qualité de vie au travail, tout au long de leur parcours professionnel.

Sylvie Nadeau

Profil de l'auteur(e)

Sylvie Nadeau est professeure au Département de génie mécanique de l’ÉTS. Ses intérêts de recherche comprennent la prévention des lésions musculo-squelettiques, la gestion de la SST et la gestion intégrée des risques (opérationnels et SST).

Programme : Génie mécanique 

Laboratoires de recherche : Laboratoire de génie des facteurs humains appliqué 

Profil de l'auteur(e)

Kurt Landau

Profil de l'auteur(e)

Kurt Landau est professeur associé à l’ÉTS et professeur émérite à la TU Darmstadt (Allemagne). Ses intérêts de recherche portent sur les sciences du travail, l’analyse des risques de SST et leur prévention.

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *