ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Optimiser les implants vertébraux par modélisation - Par : Yann Facchinello, Martin Brummund, Jean-Marc Mac-Thiong, Yvan Petit, Vladimir Brailovski,

Optimiser les implants vertébraux par modélisation


Yann Facchinello
Yann Facchinello Profil de l'auteur(e)
Yann Facchinello est titulaire d'un doctorat de l’ÉTS depuis 2015. Sa thèse porte principalement sur la fabrication des implants et l’évaluation de leurs capacités de stabilisation sur spécimens porcins.
Programme : Génie mécanique 

Martin Brummund
Martin Brummund Profil de l'auteur(e)
Martin Brummund est stagiaire postdoctoral à l’ÉTS. Son travail porte sur l’implantation et la validation du modèle numérique de la colonne instrumentée et la mise en œuvre d’études de sensibilité pour l’optimisation de l’implant vertébral.

Jean-Marc Mac-Thiong
Jean-Marc Mac-Thiong Profil de l'auteur(e)
Le docteur Jean-Marc Mac-Thiong est chirurgien orthopédiste à l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal et professeur adjoint de clinique en faculté de médecine à l’Université de Montréal.

Yvan Petit
Yvan Petit est professeur au département de génie mécanique de l’ÉTS. Ses intérêts de recherche portent sur la conception assistée par ordinateur, la biomécanique, les dispositifs médicaux et de protection et la fabrication additive.

Vladimir Brailovski
Vladimir Brailovski Profil de l'auteur(e)
Vladimir Brailovski est professeur au département de génie mécanique de l’ÉTS. Il est spécialiste en conception et en fabrication de dispositifs en alliages à mémoire de forme et de l'ingénierie des procédés pour la fabrication additive.
Programme : Génie mécanique 

Implants vertébraux
RÉSUMÉ:

Les opérations de fusion vertébrales sont couramment utilisées pour traiter des scolioses, des fractures, ou encore soulager des blessures à la moelle épinière. La dégénérescence des segments adjacents concerne jusqu’à 40 % des patients opérés à l’aide d’instrumentations vertébrales postérieures. Ces problèmes sont principalement causés par la grande rigidité des implants qui entraîne de fortes concentrations de contrainte aux extrémités de l’instrumentation. Ce projet propose l’utilisation de tiges aux propriétés variables pour diminuer les contraintes aux segments adjacents tout en gardant une grande stabilité là où nécessaire. Les traitements thermiques localisés, appliqués sur des tiges en alliages à mémoire de forme biocompatibles Ti-Ni permettent une forte variation locale de la rigidité. Les tests biomécaniques ont montré que les tiges aux propriétés variables associées à des crochets transverses en fin d’instrumentation permettent de soulager les segments adjacents tout en minimisant les efforts appliqués sur les ancrages.

Introduction

En raison de l’augmentation de l’espérance de vie, le nombre de problèmes liés au dos tend à croître de façon importante. Les pathologies fréquemment observées sont les scolioses, les problèmes lombaires, les blessures neurologiques, ou bien encore des douleurs subsistantes malgré un traitement approprié. Pour pallier ces problèmes, certains patients doivent subir une intervention chirurgicale (Deyo , Nachemson , and Mirza 2004). Une technique courante permettant le traitement de ces symptômes est la fusion osseuse ou arthrodèse qui consiste en l’immobilisation d’un segment de colonne afin de faire fusionner plusieurs vertèbres (Bederman et al. 2009).

Au prix d’une légère perte de mobilité, le patient peut voir son inconfort diminuer de façon importante. Afin de provoquer la fusion, le chirurgien orthopédique immobilise un segment de colonne en utilisant des tiges métalliques rigides faites de titane, de cobalt-chrome ou encore d’acier. Ces tiges sont fixées aux vertèbres au moyen de vis pédiculaires. L’efficacité de la procédure a été prouvée et le taux de réussite de la fusion est élevé (Fathy et al. 2010).

Cependant, la grande rigidité de ces implants vertébraux pose des problèmes aux vertèbres adjacentes à l’instrumentation. Ces zones sont en effet fortement contraintes, ce qui provoque la dégénérescence des disques adjacents ou encore des fractures (DeWald and Stanley 2006; Park et al. 2004).

Implants vertébraux

Figure 1 Comparaison entre une colonne vertébrale inactive et une colonne vertébrale instrumentée à l’aide d’implants vertébraux

Description du projet

logo lamsiUn projet de recherche dirigé par le professeur Vladimir Brailovski du Laboratoire sur les alliages à mémoire et systèmes intelligents (LAMSI), le professeur Yvan Petit du Laboratoire de recherche en imagerie et en orthopédie (LIO), tous deux du Département de génie logo liomécanique de l’École de technologie supérieure (ÉTS) et le docteur Jean-Marc Mac Thiong, chirurgien orthopédiste de l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal a pour but de développer des implants vertébraux pouvant répondre aux problèmes observés. Dans le cadre des travaux réalisés en logo hotel-Dieucollaboration avec la compagnie montréalaise Spinologics, un nouveau concept d’implant spinal est proposé et protégé par une demande de brevet. Ce projet est mené sur deux axes complémentaires qui sont l’approche expérimentale et l’approche numérique. Il est réalisé de façon conjointe : les simulations numériques sont effectuées à l’ÉTS, tandis que les aspects expérimentaux sont couverts par le Centre de recherche de l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal (CR-HSCM).

Implants vertébraux

Figure 2 Vue générale sur la démarche suivie

Les tests biomécaniques sont faits in vitro sur des segments lombaires de colonnes vertébrales de porcs matures. Une fois le spécimen biologique disséqué et instrumenté à l’aide des vis et des tiges, ce dernier est numérisé afin d’obtenir un empilement d’images CT (Computed Tomography). Le traitement de ces images va permettre de reproduire numériquement la géométrie d’un spécimen particulier muni de son instrumentation. À partir de cette géométrie, un modèle par éléments finis est conçu en intégrant les vertèbres, les disques intervertébraux ainsi que les ligaments sans oublier les vis et les tiges. En parallèle, du côté expérimental, le spécimen est soumis à divers chargements mécaniques comme la flexion-extension ou l’inflexion latérale qui simulent des mouvements classiques de la vie quotidienne. Durant ces chargements, les déplacements de chaque vertèbre sont suivis par un système de caméras. Les pressions dans les disques intervertébraux adjacents et au sommet de l’instrumentation sont mesurées à l’aide de capteurs de pression miniatures. Enfin, chaque vis servant de lien entre les tiges et les vertèbres est équipée de jauges de déformation afin de mesurer les efforts subis par ces ancrages.

Implants vertébraux

Figure 3 Banc d’essai utilisé pour l’étude expérimentale

Les résultats expérimentaux sont alors comparés aux résultats des simulations numériques en ce qui a trait aux mouvements, à la pression intradiscale et à la force dans les ancrages. Une fois validé, le modèle devient un outil extrêmement puissant permettant d’expérimenter de nouveaux implants vertébraux et d’optimiser leur design afin de répondre à la problématique énoncée en début d’article. Une fois l’implant conçu de façon numérique, ce dernier peut être fabriqué et testé à nouveau expérimentalement pour vérifier ses capacités de stabilisation.

Domaines d’application

Dans le domaine médical, ces travaux contribuent à développer des implants vertébraux permettant de diminuer les concentrations de contraintes dans le disque adjacent à l’instrumentation, tout en assurant une stabilité adéquate pour la fusion. En ce qui concerne le domaine de la recherche, les outils numériques développés seront utilisés dans d’autres projets qui touchent de près ou de loin la colonne lombaire porcine ainsi que l’instrumentation vertébrale. Enfin, en combinaison avec la fabrication additive, le modèle numérique peut être utilisé pour créer des échantillons réalistes de vertèbres qui peuvent servir comme outils d’apprentissage et de planification d’intervention chirurgicale. Ce projet constitue un bon exemple de collaboration entre l’ÉTS et l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal. Également, il rappelle l’importance et la complémentarité des approches expérimentale et numérique.

Auteurs

Y.FacchinelloYann Facchinello est titulaire d’un doctorat depuis 2015. Sa thèse porte principalement sur la fabrication des implants et l’évaluation de leurs capacités de stabilisation sur spécimens porcins. Ses travaux de recherche ont été effectués au laboratoire LAMSI de l’École de technologie supérieure de Montréal (ÉTS).

 

.

M.BrummundMartin Brummund est stagiaire postdoctoral au laboratoire LAMSI de l’École de technologie supérieure de Montréal (ÉTS). Son travail porte principalement sur l’implantation et la validation du modèle numérique de la colonne instrumentée ainsi que la mise en œuvre des études de sensibilités nécessaires pour l’optimisation de l’implant vertébral.

 

J.M. Mac-ThiongLe docteur Jean-Marc Mac-Thiong est chirurgien orthopédiste à l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal et professeur adjoint de clinique en faculté de médecine à l’Université de Montréal.

 

 

 

Y PetitLe professeur Yvan Petit est chef d’axe traumatologie-orthopédie du CR-HSCM, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génie pour l’innovation en traumatologie spinale et membre du laboratoire de recherche en imagerie et en orthopédie (LIO) de l’École de technologie supérieure de Montréal (ÉTS).

 

 

V.BrailovskiLe professeur Vladimir Brailovski œuvre dans plusieurs projets multidisciplinaires exigeant une expertise dans les domaines des matériaux, de la conception et des procédés de fabrication. Depuis 20 ans, il s’intéresse plus particulièrement à la conception et la fabrication des dispositifs en alliages à mémoire de forme et dans ce domaine, il jouit d’une forte reconnaissance internationale. La fabrication additive représente une extension naturelle de ses activités de recherche dans le domaine des procédés de la mise en forme. Il est professeur titulaire au département de génie mécanique de l’École de technologie supérieure de Montréal (ÉTS).

.

.Financement

Ce projet est financé par le fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FQRNT).

[accordion title= »Références » close= »1″]Bederman, S. Samuel, Hans J. Kreder, Iris Weller, Joel A. Finkelstein, Michael H. Ford, and Albert J. M. Yee. 2009. ‘The who, what and when of surgery for the degenerative lumbar spine: a population-based study of surgeon factors, surgical procedures, recent trends and reoperation rates’, Canadian Journal of Surgery, 52: 283-90.

DeWald, C. J., and T. Stanley. 2006. ‘Instrumentation-related complications of multilevel fusions for adult spinal deformity patients over age 65: surgical considerations and treatment options in patients with poor bone quality’, Spine (Phila Pa 1976), 31: S144-51.

Deyo , Richard A., Alf Nachemson , and Sohail K. Mirza 2004. ‘Spinal-Fusion Surgery — The Case for Restraint’, New England Journal of Medicine, 350: 722-26.

Fathy, Mostafa, Mohamed Fahmy, Mazen Fakhri, Khaled Aref, Khaled Abdin, and Ihab Zidan. 2010. ‘Outcome of instrumented lumbar fusion for low grade spondylolisthesis; Evaluation of interbody fusion with & without cages’, Asian Journal of Neurosurgery, 5: 41-47.

Park, P., H. J. Garton, V. C. Gala, J. T. Hoff, and J. E. McGillicuddy. 2004. ‘Adjacent segment disease after lumbar or lumbosacral fusion: review of the literature’, Spine (Phila Pa 1976), 29: 1938-44.[/accordion]

[accordion title= »Référence – Images » close= »1″]Image d’entête achetée de la banque d’images Istock, protégée par des droits d’auteur.
Autres images provenant des auteurs. La licence CC de Substance ÉTS s’applique.[/accordion]

Yann Facchinello

Profil de l'auteur(e)

Yann Facchinello est titulaire d'un doctorat de l’ÉTS depuis 2015. Sa thèse porte principalement sur la fabrication des implants et l’évaluation de leurs capacités de stabilisation sur spécimens porcins.

Programme : Génie mécanique 

Laboratoires de recherche : LAMSI – Laboratoire sur les alliages à mémoire et les systèmes intelligents  PHI_lab - Laboratoire de photonique innovante 

Profil de l'auteur(e)

Martin Brummund

Profil de l'auteur(e)

Martin Brummund est stagiaire postdoctoral à l’ÉTS. Son travail porte sur l’implantation et la validation du modèle numérique de la colonne instrumentée et la mise en œuvre d’études de sensibilité pour l’optimisation de l’implant vertébral.

Laboratoires de recherche : LAMSI – Laboratoire sur les alliages à mémoire et les systèmes intelligents 

Profil de l'auteur(e)

Jean-Marc Mac-Thiong

Profil de l'auteur(e)

Le docteur Jean-Marc Mac-Thiong est chirurgien orthopédiste à l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal et professeur adjoint de clinique en faculté de médecine à l’Université de Montréal.

Profil de l'auteur(e)

Yvan Petit

Profil de l'auteur(e)

Yvan Petit est professeur au département de génie mécanique de l’ÉTS. Ses intérêts de recherche portent sur la conception assistée par ordinateur, la biomécanique, les dispositifs médicaux et de protection et la fabrication additive.

Programme : Génie mécanique  Génie technologies de la santé 

Chaire de recherche : Chaire de recherche du Canada en génie pour l'innovation en traumatologie spinale 

Laboratoires de recherche : ÉREST – Équipe de recherche en sécurité du travail  LIO – Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie 

Profil de l'auteur(e)

Vladimir Brailovski

Profil de l'auteur(e)

Vladimir Brailovski est professeur au département de génie mécanique de l’ÉTS. Il est spécialiste en conception et en fabrication de dispositifs en alliages à mémoire de forme et de l'ingénierie des procédés pour la fabrication additive.

Programme : Génie mécanique 

Chaire de recherche : Chaire de recherche ÉTS sur l'ingénierie des procédés, des matériaux et des structures pour la fabrication additive 

Laboratoires de recherche : LAMSI – Laboratoire sur les alliages à mémoire et les systèmes intelligents 

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *