ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
L’idée d’une expérience universitaire complète - Par : Jacob Cossette,

L’idée d’une expérience universitaire complète


Cet article a été écrit dans le cadre du cours Leadership et responsabilité citoyenne offert aux étudiants de l’ÉTS à la session d’hiver 2022, grâce au soutien de la Fondation Jarislowksy. Le thème retenu cette année était : Agir dans un Québec mondialisé.

Jacob Cossette
Jacob Cossette est étudiant au Baccalauréat au Département de génie logiciel. Il s’intéresse à l’innovation dans le domaine des technologies d’infonuage et les outils de virtualisation d’infrastructure logiciel.
Programme : Génie logiciel 

Entrée de l’ÉTS

L’image appartient à l’ÉTS. Droits d’auteur.

Une « expérience universitaire complète » est loin d’être composée principalement des moments passés à dévorer de la matière théorique nécessaire à l’obtention d’un diplôme. Selon ma propre expérience, la vie universitaire se divise en trois concepts clés, tous égaux : les cours, l’implication et le réseau de contacts.

Bien qu’ils ne représentent idéalement qu’une partie des activités des étudiants.es au sein de l’école, les cours proposés sont la raison pour laquelle les élèves sont inscrits.es à l’ÉTS et sont présents.es sur le campus. Les résultats scolaires sont souvent mis de l’avant comme étant le point le plus prestigieux d’un parcours universitaire. Ils permettent une certaine reconnaissance et l’accès à une formation complémentaire ou à un emploi.

Ainsi, l’expérience ÉTS, on a l’impression que ce sont d’abord les cours pour lesquels les étudiants.es s’inscrivent. Plusieurs jours par semaine, les élèves se rendent sur le campus pour suivre leurs classes (lorsque la pandémie permet que celles-ci se déroulent en présentiel). Ils investissent les différents pavillons de l’école, remplissent les salles de cours et apprennent des professeurs. Mais durant leurs temps libres ou leurs pauses, iels font également vivre le campus.

Bien que très importants et présentés comme activité principale de tout étudiant.e, les cours sont loin d’être le seul concept leur profitant. Je crois fermement que le réseau de contacts que les élèves de l’ÉTS ont l’occasion de créer est unique. C’est souvent bien trop tard que les professionnels.les réalisent l’ampleur de la force du réseautage, qui peut déboucher sur des opportunités tant inattendues qu’exceptionnelles.

Étudiants de l’ÉTS

Le cours LRC100, proposé à la session d’hiver 2022 à l’ÉTS par M. Gérard Bouchard et M. Stéphane Paquin accompagnés par les maîtres d’enseignement Hanan Smidi et Michel Lejeune, est un excellent exemple de la capacité de l’ÉTS à montrer une vision proche de l’industrie, complémentaire aux cours plus théoriques. Je m’explique : en plus du contenu du cours, de nature sociale et économique, l’opportunité de nouer des liens avec des sphères professionnelles est offerte. Cette proximité avec l’industrie illustre l’importance que les jeunes professionnels.les doivent porter à leur réseau. Il est plutôt rare que de réelles innovations naissent seules. Ce lien entre la théorie et la pratique, illustré par le monde de l’entreprise, n’est pas explicité aussi fermement dans toutes les écoles. Nous avons la chance de pouvoir en profiter à travers plusieurs conférences données par des professionnels.les. Et nous avons bien compris, lors de la présentation de Marie-Josée Gagnon au sujet de la fondation de son entreprise, que les opportunités, aussi insignifiantes semblent-elles, peuvent se révéler salvatrices. Parfois, on ne pense rien pouvoir gagner de certaines situations, et l’on découvre au détour d’une difficulté qu’elles peuvent nous apporter de l’aide ou des solutions inattendues.

Depuis quelques années, grâce au réseau de contacts que j’ai bâti, j’ai eu la chance de travailler dans des domaines incroyables, que ce soit la conception de réseau de fibre optique à 1300 mètres sous terre ou encore le développement de solutions de virtualisation multinœuds pour des simulateurs. Ces expériences m’ont permis de définir ce qu’est l’ingénierie pour moi : c’est avant tout une discipline d’innovation qui se doit d’être agile et consciente de l’environnement qui l’entoure.

Membre du club Éclipse de l’ÉTS

L’Implication est également au cœur de mon expérience étudiante. En tant que président par intérim de l’AÉÉTS, l’Association étudiante de l’école de technologie supérieure, je suis constamment mis au défi par 11 000 futurs ingénieurs d’acquérir de nouvelles compétences et de me perfectionner. Je cherche continuellement à améliorer mon environnement en créant un lien entre le développement logiciel, les enjeux économiques et les enjeux sociaux. De la mise en œuvre de la méthodologie agile pour optimiser considérablement l’efficacité de mes équipes à la prise de cours supplémentaires pour m’améliorer, je cherche constamment à donner le meilleur de moi-même. Être impliqué, ce n’est pas seulement travailler pour soi, c’est participer à un objectif commun à plusieurs milliers d’étudiants.

L’implication étudiante fait partie des éléments qui rythment et partagent le temps des membres de l’école. Elle apporte également des opportunités futures, des éléments « intéressants » sur un CV, mais surtout intéressants pour le développement personnel de tout un chacun. Une expérience universitaire complète, ce sont des rencontres, des aventures et des expériences uniques qui ne se seraient probablement jamais présentées hors du cadre universitaire. S’impliquer dans un club étudiant, c’est se découvrir certaines compétences et en apprendre d’autres, parfois par la force des choses. C’est se trouver dans des situations parfois étonnantes, plutôt positives et parfois moins avantageuses, dans lesquelles on ne se serait jamais imaginé.e quelques mois plutôt. C’est apprendre à vivre ensemble, à faire partie d’une équipe, voire à gérer cette équipe. C’est appartenir à une entité, un groupe dans lequel on se sent bien et avec lequel on est prêt.e à réaliser des projets. C’est se donner à fond pour réaliser des idées parfois un peu folles, et être fier de son travail. L’implication étudiante, ce sont aussi des rencontres. C’est apprendre à connaître de nouvelles personnes, avec lesquelles des affinités ne se seraient pas forcément créées sans cela. Mais c’est également se créer un réseau, tisser des liens professionnels et se faire connaître, faire déjà un grand pas dans le monde du travail.

Étudiants de l’association étudiante de l’ÉTS

La vie étudiante de l’ÉTS (et de toute université) est donc pour moi divisée en trois parties : les cours, évidemment, mais aussi l’implication et le réseau de contacts. Il s’agit là, à mes yeux, d’une expérience universitaire complète et complémentaire. Que serait un.e jeune travailleur.se sans une expérience (même sous la forme d’un club étudiant) de la vie en entreprise? Tant au niveau humain que pratique, le parcours universitaire ne peut se résumer aux cours suivis par l’étudiant et par les notes qu’il y a obtenues.

L’expérience étudiante ÉTS se définit par l’amalgame d’implication, de réseautage et d’apprentissage théorique. Elle forme des ingénieurs.es complets.es qui sauront surmonter les défis de demain à l’aide de leur audace et de leur désir intrinsèque d’innover.

Jacob Cossette

Profil de l'auteur(e)

Jacob Cossette est étudiant au Baccalauréat au Département de génie logiciel. Il s’intéresse à l’innovation dans le domaine des technologies d’infonuage et les outils de virtualisation d’infrastructure logiciel.

Programme : Génie logiciel 

Profil de l'auteur(e)


Recevez les dernières actualités scientifiques de l'ÉTS
commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.