ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Google Glass = « hacking » + dépendance? - Par : Abraham Gomez,

Google Glass = « hacking » + dépendance?


Abraham Gomez
Abraham Gómez est chercheur en TI. Ses intérêts de recherche incluent l’intelligence artificielle, les applications infonuagiques ainsi que les applications génétiques des mégas données. Il termine actuellement un doctorat à l’ÉTS.

Image d’entête de Thomas Hawk, licence CC, source.

« Hacking » et dépendance : ces termes font peur et normalement font fuir. Pourtant elles peuvent être une conséquence à l’utilisation des Google Glass. Ce quatrième article de cette série vous exposera les risques potentiels de suivi de vos mouvements oculaires, de ce que vous regardez, des « hackings » que vous pourriez subir, de lieux qui vous seront interdits et du risque de dépendance que ces lunettes « hi-tech » pourraient déclencher.

Introduction

Dans le premier article sur les Google Glass intitulé « Google Glass : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander », nous avons présenté les caractéristiques et fonctions de ces lunettes intelligentes. Dans le deuxième article intitulé « Google Glass : de la haute technologie! », les différentes technologies intégrées dans les Google Glass ont été présentées, soit le processeur, le système d’exploitation, le son transmis par ostéophonie, l’écran, le panneau tactile et les commandes vocales. Le troisième, intitulé « Google Glass : confidentielles, vos données? », vous a expliqué comment vos données sont gérées et quel impact ces choix de gestion ont sur la sécurité de vos données.

Et, en avant-goût, une façon parmi tant d’autres de « hacker » les Google Glass :

Enregistrement de la localisation de l’utilisateur

Pour plusieurs types d’appareils, les utilisateurs acceptent les services de géolocalisation par commodité, autorisant de ce fait le partage d’informations sur leur localisation. Les Google Glass présentent un scénario totalement différent : le dispositif assure le suivi des mouvements de l’œil de l’utilisateur et envoie des demandes de données sur la base de ce comportement. Cela implique qu’il recueille des informations sans l’autorisation expresse de l’utilisateur, parce que les mouvements oculaires sont en grande partie inconscients.

agg3eye

Source [Img1]

Suivi non autorisé d’objets que l’utilisateur regarde

AGGG$nsa

Source [Img2]

Les pouvoirs publics, les « envahisseurs de la vie privée », les « hackers » et les entreprises privées peuvent chercher à accéder aux Google Glass d’utilisateurs pour suivre les objets et les sujets qu’ils regardent. Un exemple en est l’entente récemment établie entre Microsoft et le service de police de la ville de New York pour la mise en place d’un système d’agrégation, de suivi et d’analyse de données. Ce système leur permet de recueillir et d’analyser les appels 911 et d’utiliser à leurs fins les lecteurs de plaques d’immatriculation, caméras vidéo en direct et autres. Sachant ce que l’on sait aujourd’hui à la suite des révélations d’Edwar Snowden, il est possible que les Google Glass servent éventuellement de réseau de surveillance dont les utilisateurs feraient partie bien malgré eux.

AGGG4suivi

Source [Img3]

Vulnérabilité aux « Hacking »

aggg3hacker

Source [Img4]

Les Google Glass peuvent être vulnérables face aux pirates informatiques qui pourraient être en mesure de voir et entendre ce que les utilisateurs captent, comme la vidéo au début de cet article et celle ci-dessous tendent à le montrer. Le dispositif, du moins pour le moment, n’est pas encore doté d’un système d’authentification personnel (PIN) suffisamment sûr. Les pirates peuvent accéder à toutes les informations et mises à jour faites par l’utilisateur.

Lieux interdits

AGGG4interdit

Source [Img5]

Pour protéger leur vie privée, des personnes pourraient refuser de se retrouver en présence d’utilisateurs des Google Glass. Ces utilisateurs pourraient aussi faire l’objet de poursuites pour avoir filmé ou photographié des personnes sans leur autorisation. Ce sont des raisons qui incitent déjà des restaurateurs à bannir l’usage des Google Glass dans leur établissement. Y aura-t-il un jour des espaces réservés aux utilisateurs de Google Glass pour circonscrire ce problème, comme à l’époque des zones de non-fumeurs?

Plusieurs salles de cinéma s’opposent à leur usage : l‘Angleterre les a bannis des salles de cinéma de son territoire et d’autres pays pourraient faire de même sous peu. Le personnel des aéroports d’Édimbourg en Écosse et de Copenhague au Danemark fait l’essai des Google Glass pour servir les clients tout en craignant les risques de « hacking » que pourraient subir les passagers. Comment réagiront les ambassades, bureaux gouvernementaux et services de sécurité des différents pays lorsque des personnes se présenteront avec leur Google Glass?

Mise à l'essai ddes Google Glass à l'aéroport de Copenhague au Danemark. Source [Img]

Mise à l’essai des Google Glass à l’aéroport de Copenhague au Danemark. Source [Img6]

Absence de législation appropriée

Google Glass est une nouvelle technologie qui a pris de vitesse les législations de la plupart des pays. Pour défendre les droits à la vie privée des utilisateurs et des personnes qui se retrouveront bien malgré eux dans le champ de vision des Google Glass, les groupes de défense des droits de la personne devront presser les autorités gouvernementales pour que les lois s’adaptent à ce nouveau produit. Prenons un exemple concret : vous ne pouvez pas conduire avec un téléphone mobile à la main. Pouvez-vous conduire, selon vous, en portant des Google Glass?

Dépendance

Premier cas possible de dépendance aux Google Glass : un soldat de 31 ans de l’armée américaine portait ses Google Glass jusqu’à 18 heures par jour dans le cadre de son travail. Il les enlevait seulement pour se laver et pour dormir! S’il s’en passait trop longtemps, il devenait irritable, compulsif, s’obstinait avec ses proches et se plaignait de pertes de mémoire à l’occasion. Ce patient a dû faire un sevrage de 35 jours pour soigner cette dépendance.

Source [Img7]

Source [Img7]

Lorsqu’un médecin lui posait une question, il tapait encore avec un doigt sur le côté droit de la tête comme s’il voulait mettre en marche ses lunettes. Il a trouvé beaucoup plus difficile ce sevrage des Google Glass qu’une précédente cure de désintoxication à l’alcool… C’est vous dire!

Au moment d’écrire ces lignes, une vidéo virale sur YouTube fait état d’un deuxième cas possible de dépendance aux Google Glass chez un certain Omer Simpsons…

Avoir ou ne pas avoir… de Google Glass

Malgré tous ces aspects qui posent problème et présentent des dangers importants, les Google Glass vont fort probablement connaître un succès monstre. Alors, attendez-vous à ce que plusieurs personnes se fassent filmer et photographier sans consentement, ce qui va créer de nombreux accrochages… sans parler de ce qui va se passer sur les routes!

Sachant ce que vous savez maintenant à la lecture de ces articles, voulez-vous vraiment avoir des Google Glass?

Abraham Gomez

Profil de l'auteur(e)

Abraham Gómez est chercheur en TI. Ses intérêts de recherche incluent l’intelligence artificielle, les applications infonuagiques ainsi que les applications génétiques des mégas données. Il termine actuellement un doctorat à l’ÉTS.

Programme : Génie des technologies de l'information  Génie logiciel 

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *