ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Google Glass : confidentielles, vos données? - Par : Abraham Gomez,

Google Glass : confidentielles, vos données?


Abraham Gomez
Abraham Gómez est chercheur en TI. Ses intérêts de recherche incluent l’intelligence artificielle, les applications infonuagiques ainsi que les applications génétiques des mégas données. Il termine actuellement un doctorat à l’ÉTS.

Image d’entête courtoisie de SimonBanville, auteur de la bande dessinée Asymptote.

Ce troisième article se concentre sur la sécurité des données… de vos données. Nous allons vous expliquer comment vos données sont gérées et quel impact ces choix de gestion ont sur la sécurité de vos données.

Introduction

Dans le premier article sur les Google Glass intitulé « Google Glass : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander », nous avons introduit les caractéristiques et fonctions de ces lunettes intelligentes. Dans le second article intitulé « Google Glass: de la haute technologie! », les différentes technologies intégrées dans les Google Glass ont été présentées, soit le processeur, le système d’exploitation, le son transmis par ostéophonie, l’écran, le panneau tactile et les commandes vocales.

AGGG3asymptote2Le quatrième article de cette série vous exposera aux risques potentiels de suivi de vos mouvements oculaires, de ce que vous regardez, des « hackings » que vous pourriez subir, de lieux qui vous seront interdits et du risque de dépendance que vos lunettes hi-teck pourrait déclencher.

 Gestion des données

Les données prises par les Google Glass sont gérées selon deux architectures distinctes :
1. Une architecture de gestion locale des données
2. Une architecture de gestion infonuagique (cloud) des données

Figure 1 : comparaison des formats de cartes SIM et micro SIM. Source [Img1]

Figure 1 : comparaison des formats de cartes SIM et micro SIM. Source [Img1]

Les deux architectures utilisent les mêmes éléments :

  •  Les Google glass
  • L’application «MyGlass» qui permet de gérer toutes les options des Glass
  • Le téléphone intelligent de l’utilisateur
  • Différentes ressources d’enregistrement des données : la carte micro-SD des Google Glass et le dispositif d’enregistrement local de chaque téléphone qui peut être des cartes SIM et micro-SIM (figure 1).

Gestion locale des données

La figure 2 illustre le mode de gestion locale des données. Lorsque l’utilisateur prend une photo ou une vidéo, l’application MyGlass lui offre la possibilité de l’enregistrer :

  • sur la carte micro-SD des Google Glass
  • dans les cartes SIM ou micro-SIM du téléphone
  • directement sur le téléphone
Figure 2 : Architecture Google Glass sur un support de données locales. Source [Img2]

Figure 2 : architecture Google Glass sur supports locaux de données. Source [Img2]

Dans ce contexte, MyGlass utilise le moteur de base de données SQLite pour sauvegarder les fichiers dans des dossiers selon une structure d’enregistrement qui peut ressembler à ces deux exemples :

  • image/mnt/sdcard/DCIM/camera
  • image/fs/media/DCIM/camera

Ce système de mémoire est simple : lorsque le dispositif d’enregistrement est plein, il faut soit changer la carte pour une carte similaire qui dispose d’espace mémoire, soit effacer des fichiers existants pour récupérer de l’espace mémoire. Il est important de mentionner que SQLite gère tous les dossiers, que vous preniez une photo manuellement ou à l’aide d’une commande par la voix. SQLite va enregistrer les fichiers, mais dans des arborescences différentes.

Gestion infonuagique des données

LogoGoogleImagesLa gestion infonuagique des données (figure 3) offre les mêmes options d’enregistrement que la gestion locale des données illustrée à la figure 2, mais elle inclut une option qui permet de sauvegarder les fichiers dans Google Images via l’Internet. L’utilisateur n’aura pas de problèmes à envoyer les images ou les vidéos en utilisant MyGlass. Le problème (s’il y en a un) sera chez Google qui devra gérer les images transmises par des millions de personnes dans Google Images, si les Google Glass connaissent un succès planétaire comme plusieurs le pensent.

Figure 2 : Architecture Google Glass sur un support de données infonuagiques. Source [Img3]

Figure 3 : architecture Google Glass sur un support infonuagique de données. Source [Img2]

Sécurité des données

aggg3lock

Source [Img3]

La sécurité des données dépend en premier lieu de l’endroit où elles seront sauvegardées. Si elles sont conservées localement (mémoire SD des lunettes et mémoires des téléphones intelligents), la sécurité est assurée par l’utilisateur et par les options de sécurité offertes dans les Google Glass. Si les données se retrouvent dans l’infonuagique, la sécurité des données est régie selon les règles de confidentialité et conditions d’utilisation de Google qui dit que :

« Lorsque vous importez, soumettez, stockez, envoyez ou recevez des contenus à ou à travers de nos Services, vous accordez à Google (et à toute personne travaillant avec Google) une licence, dans le monde entier, d’utilisation, d’hébergement, de stockage, de reproduction, de modification, de création d’œuvres dérivées (des traductions, des adaptations ou d’autres modifications destinées à améliorer le fonctionnement de vos contenus par le biais de nos Services), de communication, de publication, de représentation publique, d’affichage public ou de distribution publique desdits contenus. Les droits que vous accordez dans le cadre de cette licence sont limités à l’exploitation, la promotion ou à l’amélioration de nos Services, ou au développement de nouveaux Services. Cette autorisation demeure pour toute la durée légale de protection de votre contenu, même si vous cessez d’utiliser nos Services (par exemple, pour une fiche d’entreprise que vous avez ajoutée à Google Maps). »

Vous ne le saviez pas que vos données étaient, sont et seront partagées? Nous vous recommandons de prendre le temps de lire et bien comprendre cette entente de service avant de faire usage du dit service. Vous serez ainsi en mesure de faire les bons choix de stockage selon le niveau de confidentialité recherché. Ces types d’espaces infonuagiques ont d’ailleurs fait l’objet de piratage de photos de célébrités en 2014 sur des serveurs Google et Apple.

 

Abraham Gomez

Profil de l'auteur(e)

Abraham Gómez est chercheur en TI. Ses intérêts de recherche incluent l’intelligence artificielle, les applications infonuagiques ainsi que les applications génétiques des mégas données. Il termine actuellement un doctorat à l’ÉTS.

Programme : Génie des technologies de l'information  Génie logiciel 

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *