ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Faire une partie de vos études à l’étranger - Par : Marie-Laure De Boutray,

Faire une partie de vos études à l’étranger


Marie-Laure De Boutray
Marie-Laure De Boutray Profil de l'auteur(e)
Marie-Laure de Boutray s’occupe du développement et de la promotion des programmes de Mitacs à l’ÉTS. Elle détient une maîtrise en génie civil de Polytechnique Montréal et termine actuellement un doctorat en génie de l’environnement.

globalink

Une nouvelle ressource Mitacs à l’ÉTS

Méconnus de plusieurs étudiants, les programmes Mitacs (Mathematics of Information Technology and Complex Systems) ont comme objectif d’appuyer la recherche dans tous les secteurs d’activités en créant des partenariats entre les universités et les entreprises grâce aux appuis financiers des gouvernements fédéral et provinciaux du Canada. Durant les 16 dernières années, Mitacs a financé plus de 16 000 stages de recherche, formé plus de 29 000 étudiants et postdoctorants et appuyé plus 1 300 collaborations de recherche internationales.

Depuis quelques mois, l’École de technologie supérieure de Montréal (ÉTS) bénéficie d’une représentante Mitacs à temps plein au sein de son établissement afin de guider les étudiants et les professeurs dans leurs demandes de financement.

Le programme de bourses de recherche Globalink

Le programme de bourses de recherche Globalink vise à encourager les étudiants à effectuer des stages à l’international et à créer des relations internationales de recherche. Les stages durent de 12 à 24 semaines et les bourses varient de 5 000 $ à 10 000 $. Actuellement les destinations offertes sont le Brésil, la Chine, la France, l’Inde, la Tunisie, le Mexique et le Japon.

globalink

Admissibilité au programme Globalink recherche

Cette bourse est offerte aux étudiants des cycles supérieurs. Certaines destinations sont aussi ouvertes pour les finissants du 1er cycle. Le prochain appel de proposition est ouvert jusqu’au 9 novembre 2016, 17 h HNP (heure normale du Pacifique). Pour la majorité des destinations, l’étudiant peut être citoyen canadien, résident permanent ou étudiant étranger, mais ne peut entreprendre un projet dans le pays où il est citoyen, ni dans une université où il a déjà achevé un programme d’études ou a été employé. Il doit étudier à temps plein dans une université canadienne et être âgé de 18 ans et plus. Pour connaître toutes les conditions, consulter le site de Mitacs.

Les professeurs superviseurs de l’université d’attache doivent occuper un poste de professeur dans une université canadienne, être habilités à superviser des étudiants des cycles supérieurs et à recevoir des fonds des trois Conseils (Instituts de recherche en santé du Canada, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines du Canada). Les professeurs superviseurs de l’université d’accueil doivent être reconnus comme professeurs par leur établissement et être habilités à accueillir des étudiants des cycles supérieurs.

Pour plus d’information sur le programme Globalink recherche

Il est possible d’obtenir plus d’information sur le programme Globalink recherche en allant au kiosque Mitacs tenu le 2e jeudi de chaque mois dans le hall d’entrée du pavillon A, près de la cafétéria et de l’ascenseur No 1. Vous pouvez aussi contacter la ressource Mitacs de l’ÉTS, Marie-Laure de Boutray.

Auteure

mlb140Marie-Laure de Boutray s’occupe du développement et de la promotion des programmes de Mitacs à l’École de technologie supérieure (ÉTS) depuis mai 2016. Elle détient un baccalauréat de l’Université de Montréal en biologie ainsi qu’une maîtrise en génie civil de Polytechnique Montréal. Elle termine actuellement un doctorat en génie de l’environnement, en cotutelle de thèse entre Polytechnique Montréal et l’École des Ponts ParisTech.

Marie-Laure De Boutray

Profil de l'auteur(e)

Marie-Laure de Boutray s’occupe du développement et de la promotion des programmes de Mitacs à l’ÉTS. Elle détient une maîtrise en génie civil de Polytechnique Montréal et termine actuellement un doctorat en génie de l’environnement.

Profil de l'auteur(e)