ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Faire sa place en ingénierie - Par : Roxane Parent-Thibeault,

Faire sa place en ingénierie


Roxane Parent-Thibeault
Roxane Parent-Thibeault Profil de l'auteur(e)
Roxane Parent-Thibeault est étudiante au baccalauréat au Département de génie de la construction. Elle s’est investie dans plusieurs clubs étudiants : Canoë de béton ÉTS, Tributerre, GéniALE et Pheonix, le club de bateau dragon de l'école.

Femme ingénieur sur un chantier de construction

L’image d’en-tête a été achetée sur Istock.com et est protégée par des droits d’auteur.

Du préuniversitaire au professionnel

J’ai toujours été une personne curieuse qui adore relever les défis et trouver des solutions. Je me suis inscrite au programme préuniversitaire des Sciences de la nature au cégep, mais ça ne fonctionnait pas pour moi. Un conseiller m’a orientée vers la technique de génie civil, qui correspondait davantage à mon profil et m’a parlé de la possibilité de poursuivre à l’ÉTS, en génie de la construction. Une fois cette technique commencée, j’ai commencé à vraiment aimer mes cours et les bons résultats scolaires ont suivi. À la fin de mon DEC, j’ai fait le saut pour venir étudier à l’ÉTS.

Mon expérience à l’ÉTS

Je ne regrette pas mon choix de venir à l’ÉTS parce qu’en plus d’obtenir un diplôme qui offre d’excellentes perspectives d’emploi, l’École me permet de m’investir dans d’autres projets comme les regroupements étudiants Tributerre, Canoë de béton, GéniALE et Phoenix, notre club de bateau dragon. Grâce aux stages en entreprise, je me sens aussi mieux préparée pour la transition vers le marché du travail. J’ai aussi pu passer une session d’études en échange en Roumanie.

Place Victoriei avec l'opéra de Timisoara au centre

Place Victoriei avec l’opéra de Timisoara au centre

La Roumanie

Bran Castle en Transylvanie

Château de Bran, réputé pour avoir appartenu à Dracula

Lorsque je suis arrivée à l’ÉTS, je souhaitais fortement vivre une expérience à l’internationale. Étant donné que j’aime les défis et le dépassement de soi, j’ai osé aller étudier en anglais. J’ai choisi la Roumanie comme destination, car j’en connaissais très peu sur ce pays. J’y ai vécu une expérience hors du commun. J’ai appris à m’adapter à une autre culture et à respecter les choix et les habitudes différentes des Roumains. Je me suis mêlée à la masse et je m’y suis fait beaucoup d’amis provenant de différent pays.

Cette session en Roumaine m’a sortie de ma zone de confort, au point d’avoir parfois envie de rentrer au pays. Par contre, j’ai su garder mon sang-froid et trouver des solutions aux problèmes qui se sont présentés, ce qui ressemble un peu au travail concret d’un ingénieur. J’ai pu visiter 15 pays européens et développer mon sens de la débrouillardise à un niveau que je n’aurais jamais espéré atteindre avant ce voyage. Je remercie grandement l’ÉTS de m’avoir donné l’opportunité de ce séjour à l’étranger : j’en ressors pleinement épanouie tant du point de vue personnel que professionnel..

.La contribution des femmes en génie

Roxane Parent-Thibeault, étudiante à l’École de technologie supérieure

Roxane Parent-Thibeault dans un laboratoire du Département de génie de la construction à l’ÉTS

Lors de cet échange en Europe, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup plus de filles en génie qu’à l’ÉTS. En effet, tant dans mes cours que dans mon dortoir rempli de futurs ingénieurs, la proportion des filles tendait vers 50 %. La quantité de filles en génie là-bas m’a impressionnée. Pour quelle raison est-ce différent ici?

Je ne vois pas ma future profession comme étant un milieu réservé aux hommes. Je crois que chaque personne qui est attirée par le métier d’ingénieur a sa place dans ce domaine, même si pour le moment, cette profession est considérée comme typiquement masculine. Honnêtement, lorsque je travaille avec des collègues, je ne nous vois pas comme des hommes et des femmes qui travaillent ensemble, mais plutôt comme une équipe d’experts à la recherche de solutions. Pour moi, le sexe ne fait aucune différence dans une profession; c’est la compétence qui est importante.

Chacun a sa place en ingénierie. Suffit de la faire et d’y croire

 

Roxane Parent-Thibeault

Profil de l'auteur(e)

Roxane Parent-Thibeault est étudiante au baccalauréat au Département de génie de la construction. Elle s’est investie dans plusieurs clubs étudiants : Canoë de béton ÉTS, Tributerre, GéniALE et Pheonix, le club de bateau dragon de l'école.

Programme : Génie de la construction 

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *