ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Les équipements en tant que service : beaucoup plus qu’une location! - Par : Michel Rioux,

Les équipements en tant que service : beaucoup plus qu’une location!


Michel Rioux
Michel Rioux est professeur au Département de génie des systèmes de l’ÉTS et conseiller spécial au Centre d’expertise industrielle de Montréal.

Technicien ajustant un robot

Achetée sur Istockphoto.com. Droits d’auteur.

Enjeux actuels de l’industrie québécoise

Depuis plusieurs années, la productivité manufacturière est faible au Québec faute d’investissements suffisants. La pénurie de main-d’œuvre, causée par une démographie vieillissante et amplifiée par la crise sanitaire, s’annonce maintenant chronique. Difficile d’augmenter la capacité de production dans ces conditions. L’une des stratégies préconisées est l’implantation de technologies importantes. Mais encore faut-il avoir les liquidités nécessaires ou une capacité d’emprunt suffisante pour accéder à ces technologies. La solution : l’équipement en tant que service.

L’équipement en tant que service

L’équipement en tant que service est un modèle d’affaires offrant une solution intégrale. Au lieu de fournir un équipement, une entreprise s’associe à ces clients afin de fournir le résultat d’un produit, qu’elle facturera à l’usage, en tant que service. Le client obtient ainsi une solution complète avec garantie de service sans avoir à réaliser d’investissements importants. La conséquence : un coût total du cycle de vie moindre et une exploitation de l’équipement simplifiée.

Bien que peu présent au Québec, l’équipement en tant que service existe depuis des décennies, surtout aux États-Unis et en Europe. À la base, ce modèle tire profit d’un partenariat étroit entre fournisseur et client.

Service rendu selon les modèles d’affaires

Le fournisseur, maintenant responsable de son équipement, a tout avantage à offrir des produits plus robustes, moins énergivores, nécessitant beaucoup moins de maintenance. Grâce aux technologies 4.0, il pourra comprendre le type de défaillance qui survient et être en mesure de prescrire une solution beaucoup plus adaptée que le simple remplacement de pièces.

Un modèle d’affaires gagnant-gagnant

L’utilisateur n’a pas à financer l’équipement. Il évite aussi la logistique liée à son entretien, comme la gestion des pièces de rechange, et n’a plus besoin de personnel spécialisé en maintenance. Il n’a plus à prévoir le meilleur moment pour remplacer l’équipement et évite la majeure partie des perturbations opérationnelles lorsque son fournisseur les prévient. Finalement, il peut enfin se concentrer sur ses clients plutôt que sur ses problèmes d’équipement.

Le fournisseur, quant à lui, se retrouve avec plus de clients puisqu’il facilite l’accès à son produit. Il n’a plus à faire de compromis sur la qualité des pièces et de l’équipement. D’une part, son modèle d’affaires ne comporte plus la vente de pièces de rechange ou de temps de maintenance. D’autre part, il peut recycler des composants de très bonne qualité d’une génération de produit à l’autre. En tant que spécialiste de son équipement, il analyse les données recueillies par le biais d’objets connectés pour comprendre les modes de défaillances et les prévenir (maintenance 4.0). Ses revenus s’en trouvent stabiliser dans le temps. Il est en mesure de facturer un service supplémentaire à grande valeur ajoutée pour l’utilisateur.

Et l’effet Spotify dans tout ça?

Une peur assez répandue des fournisseurs est que l’équipement en tant que service facilite la mobilité de la clientèle, les encourageant ainsi à butiner d’un fournisseur à l’autre en négociant les modalités des contrats. En fait, c’est l’effet inverse qui est observé sur le terrain : l’équipement en tant que service fidélise la clientèle. La symbiose utilisateur-fournisseur aide les clients à devenir rentables, à être plus compétitifs sur le marché international et même, à aller chercher des parts de marché supplémentaires. Ces succès se traduisent par plus de demandes pour les produits du fournisseur.

Michel Rioux

Profil de l'auteur(e)

Michel Rioux est professeur au Département de génie des systèmes de l’ÉTS et conseiller spécial au Centre d’expertise industrielle de Montréal.

Programme : Génie des opérations et de la logistique 

Laboratoires de recherche : NUMÉRIX – Laboratoire de recherche sur l’ingénierie des organisations dans un contexte d’entreprise numérique 

Profil de l'auteur(e)

Recevez les dernières actualités scientifiques de l'ÉTS