ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Découvrir le métier d’ingénieur sur la côte ouest canado-américaine - Par : Cédrick Pipitone,

Découvrir le métier d’ingénieur sur la côte ouest canado-américaine


Cédrick Pipitone
Cédrick Pipitone Profil de l'auteur(e)
Cédrick Pipitone est étudiant de 4e année en génie des technologies de l’information. Il a participé à la mission 2018 en tant que membre du comité communication, avec notamment pour rôle les publications sur les médias sociaux et le site web.

la côte ouest américaine

L’image principale provient de l’auteur. La licence CC de Substance s’applique.

Cette année, le regroupement des missions technologiques a eu l’opportunité de visiter une grande partie de la côte ouest, avec pour mission de :

  • Découvrir comment le métier de l’ingénieur y était pratiqué;
  • Comprendre le marché du travail et les différences culturelles;
  • En apprendre un peu plus sur les formations d’ingénieur données par les universités de cette région.

Un vrai périple, d’une durée de 15 jours, durant lequel notre équipe aura visité des entreprises comme Tesla, Facebook, Apple, et des universités comme UBC et Stanford University!

Les missions technologiques de l’ÉTS

Les missions technologiques, c’est un regroupement d’une douzaine d’étudiants qui, chaque année, se donnent l’objectif de préparer un voyage à l’étranger afin de mieux comprendre l’ingénierie sur le plan international.

Cette année, nous formions une équipe de quatorze personnes : douze étudiants, une personne du BRECI et un professeur du Département LOG/TI, Luc Duong. Notre voyage consistait à visiter les villes de Vancouver, Seattle et San Francisco, de même que la Silicon Valley du 14 au 29 avril 2018, à la rencontre d’entreprises et d’universités voisines.

Cinq mois de préparations intensives

Préparer un voyage comme celui-ci, c’est tout sauf un parcours de santé! En effet, au-delà des tâches qui nous étaient assignées (nous avions plusieurs comités : communication, logistique, partenariats et événements), il s’agissait avant tout que chacun des membres fasse preuve d’une excellente organisation. Entre les cours, les examens, la mission, les activités personnelles, le travail et l’implication pour certains, notre énergie et notre mental ont été mis à rude épreuve.

réunion d’équipe pour préparer la mission technologique 2018 LETS GO de l’ÉTS

Voyager, c’est aussi s’assurer d’avoir les budgets suffisants et la recherche de commanditaires était une charge commune à tous les membres de la mission. C’était une tâche difficile, mais qui se sera plutôt bien déroulée dans l’ensemble grâce à une forte coordination entre les membres.

Enfin, voyager c’est bien, mais savoir où aller c’est mieux! Partant de rien, l’équipe a dû s’organiser pour trouver des entreprises et des universités disponibles pour nous accueillir, tout en respectant de fortes contraintes de temps et de logistiques.

Premier arrêt : Vancouver

Notre premier arrêt aura été la ville de Vancouver avec à l’horaire les visites suivantes :

  • Université de Colombie-Britannique
  • Université Simon Fraser
  • Molson Coors (et sa microbrasserie Granville Island)
  • Magil Construction

L’Université de Colombie-Britannique a été visitée par la mission technologique 2018 LETS GO de l’ÉTS

Ce premier stop, c’était à la fois un échauffement mais aussi une journée de mise dans le bain intensive pour notre équipe. En effet, dès la première journée, ce n’est pas moins de quatre rendez-vous qui avaient été programmés!

Magil Construction a été visitée par la mission technologique 2018 LETS GO de l’ÉTS

À l’issue de ce lundi intensif, c’était chose faite : notre équipe savait que le voyage ne serait pas de tout repos!

Arrivée aux USA : Seattle, 2e ville

Dès mercredi, nous partions destination Seattle, ville en pleine expansion technologique, où les opportunités d’affaires ne manquent pas. Au programme :

  • Weyerhaeuser
  • Nordstorm
  • Starbucks
  • Incubateur d’entreprises en démarrage de l’Université de Washington

Premier constat : Seattle est une ville où il fait bon vivre! Des vélos libre service partout (mais vraiment partout, pas de bornes à Bixi), des transports en commun relativement efficaces et de grandes entreprises de plus en plus nombreuses à s’installer dans la métropole, au vu d’un coût de la vie beaucoup moins élevé que celui d’autres régions du pays.

 

Panneau lu à Seattle

Nous avons eu plaisir à visiter des entreprises que nous ne connaissions pas ou peu avant de se lancer dans le projet, notamment Weyerhaeuser et Nordstorm, mais qui regorgeaient de projets passionnants et innovants. Concernant Starbucks, entreprise bien connue, il a été très intéressant de voir « l’envers du décor » et comprendre les enjeux technologiques auxquels l’entreprise fait face, ainsi que sa forte culture d’entreprise.

Ville de Seattle

Enfin, nous avons visité un incubateur d’entreprises en démarrage typiquement américain, dont le modèle d’affaires diffère beaucoup de notre incubateur à l’ÉTS (CENTECH).

Pour terminer : la Silicon Valley et San Francisco

Comme cette région est historiquement connue pour sa forte concentration d’entreprises technologiques, de même que son beau temps et ses paysages magnifiques, c’est avec beaucoup d’excitation que nos membres arrivaient à l’aéroport de San José pour cette troisième partie du voyage. Voici le portrait de cette dernière semaine riche en rebondissements :

  • Université de Stanford
  • Apple Center
  • Centre d’expérience CISCO
  • Tesla
  • Netflix
  • Santa Cruz
  • Facebook
  • Meyer Sound
  • Cruise
  • Antenne du Québec
  • Yelp

visite de Santa Cruz par la mission technologique LETS GO de l’ÉTS

Comme vous pouvez le voir, la liste d’entreprises est longue! Il ne faut cependant pas oublier que nos visites étaient partagées entre la région de la Silicon Valley et San Francisco.

Cette dernière semaine, les visites furent majoritairement orientées logiciel et technologies de l’information, au plus grand bonheur de mes deux collègues, notre professeur et moi, tous les quatre du Département LOG/TI.

Nos collègues des autres départements, bien moins familiarisés avec le domaine pour la plupart, ont tout de même eu plaisir à découvrir ces entreprises qui, à notre grand étonnement, nous ont expliqué qu’au-delà de la technique, la culture d’entreprise était quelque chose de très important dans la baie de San Francisco.

Visite de San Francisco par la mission technologique LETS GO de l’ÉTS

Vous pouvez consulter notre site Internet pour en apprendre plus sur les différentes étapes de notre voyage.

Ce que nous avons appris

Il serait très difficile de tout écrire dans les détails en un seul article, mais globalement voici ce que nous avons tiré comme apprentissages de ce voyage.

Tout d’abord, sur le plan professionnel, nous avons appris que le métier de l’ingénieur sur la côte ouest était vu globalement de la même manière qu’au Québec : nous partageons cette vision de responsabilité, cette envie d’innover dans nos domaines respectifs et le goût de relever des défis. Autre remarque intéressante, et principalement dans le domaine de l’informatique : en Californie, le titre d’ingénieur n’est pas protégé comme au Québec : les employés peuvent facilement être en fonction au poste de « ingénieur logiciel » ou bien « ingénieur infrastructure » sans études en génie. Après discussion avec les entreprises sur place, celles-ci nous ont expliqué que l’important était que l’employé possède les qualités humaines et techniques pour s’intégrer dans l’entreprise.

Sur le plan universitaire, nous avons réalisé à quel point la recherche était un domaine primordial pour l’avancement de notre génération et de celles à venir. Dans l’ombre, ce sont des milliers de doctorants et de futurs doctorants qui travaillent à trouver des solutions à nos problèmes de la vie courante et à comprendre un peu mieux le monde qui nous entoure.

Enfin, et c’est sur ce point que l’équipe s’accorde le plus, nous avons découvert à quel point la coordination et la communication étaient cruciales dans un projet d’équipe tel que le nôtre. Nous avons eu des hauts et des bas, des frustrations et des problèmes de compréhension, tout ne s’est pas passé sans embûches. Avec du recul, nous avons compris que cela venait principalement d’un manque de communication. La communication, c’est primordial! Quels que soient les problèmes rencontrés, il s’agit d’en parler, avec le respect que chacun mérite, en gardant en tête l’objectif commun comme priorité pour avancer.

Membre de la mission technologique LETS GO 2018 de l’ÉTS

Le mot de la fin… jusqu’au prochain voyage

Bref, si je n’ai qu’un conseil à vous donner c’est de postuler pour l’an prochain. C’est une expérience très enrichissante et tous les étudiants de l’ÉTS au baccalauréat ont la possibilité de poser leur candidature.

Ce genre de voyage ne nécessite que deux choses : de la motivation et de la détermination. Le reste viendra tout seul tout le long du projet.

 

Cédrick Pipitone

Profil de l'auteur(e)

Cédrick Pipitone est étudiant de 4e année en génie des technologies de l’information. Il a participé à la mission 2018 en tant que membre du comité communication, avec notamment pour rôle les publications sur les médias sociaux et le site web.

Programme : Génie des technologies de l'information 

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *