ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Créer son entreprise à Montréal - Par : Clarisse Bascans, Sophie Jeandel, Caroline Lau,

Créer son entreprise à Montréal


Clarisse Bascans a effectué une maîtrise recherche dans le cadre de l’entente de cursus imbriqué entre l’ÉTS et l’INSA de Lyon. Elle a également suivi avec succès le microprogramme en innovation en chirurgie de l’ÉTS.

Sophie Jeandel a effectué un échange étudiant puis une maîtrise recherche dans le cadre de l’entente entre l’ÉTS et l’Université de technologie de Compiègne. Elle s’est initiée à la recherche au cours d’un stage de recherche portant sur l’Analyse morphofonctionnelle de l’épaule, supervisé par la professeure Nicola Hagemeister.

Clarisse Bascans
Clarisse Bascans Profil de l'auteur(e)
Clarisse Bascans a terminé une maîtrise recherche, concentration technologies de la santé, à l’ÉTS. Elle est titulaire d’un diplôme d’ingénieur mécanique obtenu à l’INSA Lyon (France) et d’un certificat en innovation en chirurgie de l’ÉTS

Sophie Jeandel
Sophie Jeandel a terminé une maîtrise recherche, concentration technologies de la santé, à l’ÉTS. Elle est titulaire d’un diplôme d’ingénieur biologique obtenu à l’UTC (France). Elle est cofondatrice d’Avisio Qualité.

Caroline Lau
Caroline Lau est titulaire d’une maîtrise recherche, concentration technologies de la santé, à l’ÉTS et d’un baccalauréat en génie électrique à McGill. Elle a travaillé au LIO comme professionnelle de recherche et responsable qualité.

Ville de Montréal

L’image d’en-tête a été achetée sur Istock.com et est protégée par des droits d’auteur.

Introduction

Nous sommes deux jeunes Françaises diplômées de l’ÉTS en août 2018, d’une maîtrise recherche en génie technologies de la santé. Durant la fin de notre maîtrise, nous avons créé une entreprise avec Caroline Lau, Québécoise et aussi diplômée en maîtrise recherche de l’ÉTS en 2010. Titulaires d’un diplôme d’ingénieur en France, nous avons souhaité commencer notre carrière professionnelle en choisissant la voie de l’entrepreneuriat. Avec cet article, nous souhaitons expliquer ce qui a guidé notre choix de rester à Montréal ainsi que ce que nous a apporté notre maîtrise recherche.

Montréal, notre ville d’adoption

Nos deux ans d’études supérieures nous ont permis d’apprécier le charme de Montréal et de nous attacher à cette ville multiculturelle, restant à taille humaine et ayant une atmosphère chaleureuse bien à elle grâce aux influences américaines et européennes. De plus, Montréal est une ville très dynamique et très axée sur l’innovation, particulièrement en santé ces derniers temps, grâce à des initiatives du gouvernement, notamment  la Stratégie québécoise des sciences de la vie, lancée en 2017. La ville de Montréal permet à des initiatives en tout genre d’émerger et des événements relatifs à l’innovation en santé fleurissent chaque jour, ce qui permet de réseauter facilement. Aussi, la mentalité québécoise fait que nous nous sentons en confiance dans cet écosystème, alors que nous pourrions penser que nous manquons d’expérience. Le fait d’être tout fraîchement diplômées n’est pas un problème pour nos interlocuteurs qui, au contraire, sont heureux d’entendre de nouvelles idées de la part de jeunes et de nous laisser notre chance.

Les retombées de notre maîtrise recherche à l’ÉTS

Sophie a découvert le milieu de la recherche lors d’un stage de fin d’études, qu’elle a effectué sous la direction de Nicola Hagemeister au LIO. Ce projet lui a donné envie d’approfondir ses connaissances dans le milieu de la santé et ainsi d’acquérir des compétences complémentaires à son diplôme d’ingénieure en biologie, tout en ayant une expérience concrète de gestion de projet sur deux ans. Sophie a finalement décidé de faire une maîtrise recherche pendant laquelle elle a acquis des données sur des patients arthrosiques pour faire un lien entre douleur et muscles. Clarisse, quant à elle, prévoyait, suivant son parcours en génie mécanique, faire une carrière en aérospatiale. Après avoir découvert le dynamisme de Montréal dans le milieu de la santé, elle a souhaité découvrir ce domaine par le biais de la recherche.

Pendant les deux ans de notre maîtrise recherche, nous avons géré chacune un projet de A à Z : de la définition du problème et des objectifs à la création de la méthode, sa vérification ainsi que l’analyse des résultats. La recherche, c’est aussi le partage des découvertes : nous avons donc participé à des conférences scientifiques nationales et internationales, effectué des présentations orales et par affiche, et écrit un mémoire. La gestion de projet, l’autonomie et la capacité à écrire et à vulgariser nos travaux sont toutes des compétences que nous avons développées durant notre maîtrise. Ce parcours donne aussi une meilleure confiance en soi, car on se rend compte qu’on est capable de mener à bien un projet plus long et comprenant plus d’embûches que ce qu’on a pu connaître avant, en tant qu’étudiant.

Le Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie (LIO) de l’ÉTS

En arrivant à l’ÉTS, nous avons tout de suite apprécié la disponibilité des professeurs et la confiance qu’ils nous ont témoignée. Nous avons fait notre maîtrise au Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie (LIO), dirigé par le professeur Jacques de Guise C’est d’ailleurs dans ce laboratoire que travaillait Caroline lorsque nous nous sommes rencontrées. Ce laboratoire, regroupement de plusieurs professeurs dont la professeure Nicola Hagemeister, notre directrice de recherche, est un laboratoire d’innovation ouverte qui place le patient au centre de la réflexion et qui entretient de nombreux partenariats industriels. Il est aussi le premier au Canada à posséder un système de gestion de la qualité certifié ISO 13485. Le caractère vivant du laboratoire nous a permis de rencontrer et de travailler avec des professionnels de la santé aux profils divers ainsi que des patients, et d’être au courant des nouveautés et opportunités.

De plus, cette confiance donnée par les professeurs nous a permis de nous investir dans la vie étudiante de l’ÉTS, au sein de l’association étudiante, notamment, et plus précisément au Comité étudiant des cycles supérieurs. Nous avons fait partie de l’équipe qui a créé, en novembre 2017, le premier congrès des étudiants chercheurs de l’ÉTS. En plus de cela, Sophie a été, durant sa maîtrise, représentante des étudiants de 2e cycle de l’ÉTS et Clarisse a effectué un microprogramme en innovation en chirurgie conjoint à l’ÉTS et aux universités McGill et Concordia. Ces différentes expériences nous ont permis de développer des compétences appréciées dans le monde professionnel : la prise d’initiatives, la gestion des difficultés et des imprévus, l’autonomie, etc.

Avisio Qualité, notre entreprise

 

Caroline Lau, Clarisse Bascans et Sophie Jeandel, les fondatrices d’Avisio Qualité

Caroline Lau, Clarisse Bascans et Sophie Jeandel, les fondatrices d’Avisio Qualité

Avisio Qualité est une entreprise de service-conseil en gestion de la qualité dans le domaine des dispositifs médicaux. Nous offrons des services personnalisés d’accompagnement pour l’implantation et le maintien de systèmes de gestion de la qualité selon la norme internationale ISO 13485 et des services ponctuels de formations et d’audits. Ces services sont offerts à tous les acteurs de l’écosystème de l’innovation en santé comprenant des laboratoires de recherche universitaires, des start-ups et des PME. Créée en avril 2018, notre entreprise en démarrage possède déjà deux clients.

 

Le fait d’avoir évolué dans un environnement certifié ISO 13485 nous a montré l’importance de la certification des laboratoires de recherche en santé autant pour l’homogénéisation des méthodes de travail et la traçabilité des résultats que pour faciliter le transfert vers l’industrie. Le besoin d’accompagnement pour les questions de qualité lors de la conception et du développement de dispositifs médicaux est grandissant autant chez les entreprises que dans les centres de recherche. Avec Avisio Qualité, nous voulons nous placer au cœur de l’écosystème de l’innovation en santé pour accélérer le transfert de technologies médicales innovantes et simplifier  leur arrivée au chevet du patient.

Nous avons été grandement soutenues pour la création de l’entreprise, et le sommes encore, par les professeurs du LIO ainsi que par nos mentors : Richard Chénier, directeur du Centech, Eric Szmutny, lui-même consultant et partenaire industriel du LIO (EMOVI) et Jacques  de Guise, directeur du LIO. Attirées par de nouvelles compétences externes au génie, nous faisons maintenant partie de la cohorte 2018-2019 du programme EntrePrism de l’incubateur d’HEC Montréal.

Conclusion

Depuis notre arrivée à Montréal, nous ne cessons d’apprendre et c’est ce qui nous pousse à saisir les opportunités et à ne pas avoir peur de prendre des risques. Faire une maîtrise recherche ou démarrer une entreprise peut faire peur, mais ce sont des formations sur le terrain qui permettent d’apprendre sur soi-même, sur son domaine de prédilection et sur le monde du travail. Nous recommandons vivement à chacun de suivre ses envies, de se donner les moyens et de se lancer dans de nouvelles aventures, et encore plus, de le faire dans un milieu propice comme Montréal!

Clarisse Bascans

Profil de l'auteur(e)

Clarisse Bascans a terminé une maîtrise recherche, concentration technologies de la santé, à l’ÉTS. Elle est titulaire d’un diplôme d’ingénieur mécanique obtenu à l’INSA Lyon (France) et d’un certificat en innovation en chirurgie de l’ÉTS

Programme : Génie technologies de la santé 

Laboratoires de recherche : LIO – Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie 

Profil de l'auteur(e)

Sophie Jeandel

Profil de l'auteur(e)

Sophie Jeandel a terminé une maîtrise recherche, concentration technologies de la santé, à l’ÉTS. Elle est titulaire d’un diplôme d’ingénieur biologique obtenu à l’UTC (France). Elle est cofondatrice d’Avisio Qualité.

Programme : Génie technologies de la santé 

Laboratoires de recherche : LIO – Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie 

Profil de l'auteur(e)

Caroline Lau

Profil de l'auteur(e)

Caroline Lau est titulaire d’une maîtrise recherche, concentration technologies de la santé, à l’ÉTS et d’un baccalauréat en génie électrique à McGill. Elle a travaillé au LIO comme professionnelle de recherche et responsable qualité.

Programme : Génie technologies de la santé 

Laboratoires de recherche : LIO – Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie 

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *