ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Comment rendre les escaliers de l’ÉTS plus attrayants? - Par : Lorena Escandon,

Comment rendre les escaliers de l’ÉTS plus attrayants?


Lorena Escandon
Lorena Escandon Profil de l'auteur(e)
Lorena Escandon est doctorante au département du génie de la production automatisée de l’ÉTS de Montréal. Elle se spécialise dans l'utilisation des mégadonnées en soutien à la créativité.

Vous souvenez-vous du projet nº 17 des 24 heures de l’innovation 2014, « Comment rendre les escaliers plus attrayants »? Ce projet deviendra certainement une réalité à l’École de technologie supérieure (ÉTS). Ce sujet avait d’ailleurs été choisi par 23 équipes, dont l’équipe gagnante de l’université West Virginia.  Les « 24 heures de l’innovation » est un événement international annuel organisé par l’ÉTS.

LogoDecliQ-web

Chaque jour, l’électricité gère nos activités, allume les lumières de nos maisons et de nos lieux de travail. Nous en sommes devenus si dépendants que nous considérons cette source pour acquise. À l’ÉTS, de nombreuses initiatives ont été mises en place pour rendre l’École plus verte et le club étudiant DécliQ a mis sur pied un nouveau projet : encourager la communauté à économiser de l’énergie en prenant les escaliers. L’École de l’innovation citoyenne et le Bureau de développement durable de l’ÉTS supportent ce projet.

L’ÉTS dispose d’escaliers à côté des ascenseurs et pourtant des gens persistent à attendre l’ascenseur malgré les files d’attente, pour monter et descendre les étages. Comment pouvons-nous changer cette habitude?  Plusieurs membres de DécliQ se sont penchés sur la question. La première étape a été d’analyser l’utilisation des escaliers et des ascenseurs pour connaître les motivations quant à leur utilisation.

Pour cela, une enquête a été faite auprès de 300 personnes. Les résultats de l’enquête sont résumés dans les schémas ci-dessous :

camembert 2VFR

Pour quelles raisons je prends l’ascenseur ?

camembert 1

Pour quelles raisons je prends les escaliers?

La deuxième étape du projet a été d’organiser une séance d’idéation auprès de la communauté de l’ÉTS. La séance, encadrée par Lorena Escandón, chef de projet, a eu lieu le 12 février 2014 à l’espace INGO. Dix-sept personnes étaient présentes et des questions ont également été publiées sur les médias sociaux pour obtenir un plus grand nombre d’idées.

Après avoir soigneusement examiné les objectifs et les acteurs, le problème a été défini comme suit : « Identifier des moyens pour motiver les usagers à prendre les escaliers ». Cinquante-trois idées ont été générées. Elles allaient de « l’amélioration de l’éclairage » à la création d’un « tube Futurama-like ».

leideation

En regroupant les idées, l’équipe les a résumées en six options :

  • Développer une application mobile qui établirait le positionnement dans les bâtiments en favorisant les escaliers (un « Googlemap » pour l’intérieur de l’École)
  • Modifier l’ambiance dans les escaliers : sons et couleurs
  • Créer un système de fidélisation pour les usagers des escaliers (points pour obtenir des réductions de prix sur divers services ou autres)
  • Améliorer la visibilité des escaliers par une meilleure signalisation
  • Mettre en place un programme d’entraînement sportif en collaboration avec le Centre sportif de l’ÉTS
  • Inviter des artistes (internes ou externes à l’École) à exposer leurs œuvres sur les murs des escaliers

Des critères ont ensuite été identifiés pour déterminer la faisabilité des idées :

  • Impact sur l’infrastructure : la solutionne doit pas affecter de manière significative l’infrastructure existante
  • Ergonomie : la solution doit être adaptée aux usagers et non l’inverse
  • Comportement : l’utilisation des escaliers doit devenir une habitude pour les utilisateurs
  • Sécurité : la solution ne doit pas réduire le niveau de sécurité

Après avoir déterminé ces critères, l’idée qui a paru la plus pertinente était d’améliorer la visibilité des emplacements des escaliers.

Le simple affichage de l’emplacement des escaliers n’est pas suffisant mais reste nécessaire pour les rendre visibles. Cela est d’autant plus vrai que presque tous les escaliers sont cachés par des portes coupe-feu. Cette idée a ainsi posé un nouveau défi : comment augmenter la visibilité des escaliers sans réduire la sécurité des portes. L’équipe a tenté de résoudre cette contradiction en utilisant la matrice TRIZ de résolution des conflits.

porte 2

L’idée a évolué et a été associée à une autre solution : utiliser les escaliers comme un moyen pour orienter les gens à l’intérieur du bâtiment. L’équipe a déterminé que la meilleure façon de mettre en œuvre cette idée serait d’ajouter de la couleur et un code pour chaque escalier, associant ainsi un escalier à un lieu. Par exemple : « si vous souhaitez aller au département de génie mécanique, prenez les escaliers bleus jusqu’à l’étage et tournez à droite ». porte 1

Avec la solution proposée, il sera plus facile pour les étudiants d’obtenir une direction et ils seront invités à prendre les escaliers plus fréquemment.

Trois options seront cependant présentées à la direction de l’ÉTS pour une éventuelle mise en œuvre :

  • Amélioration de la visibilité des escaliers par une meilleure signalisation
  • Un programme d’entrainement sportif mis au point par DecliQ et le Centre sportif de l’ÉTS.
  • Inviter des artistes (internes ou externes à l’École) à exposer leurs œuvres sur les murs des escaliers.

 

 

Lorena Escandon

Profil de l'auteur(e)

Lorena Escandon est doctorante au département du génie de la production automatisée de l’ÉTS de Montréal. Elle se spécialise dans l'utilisation des mégadonnées en soutien à la créativité.

Programme : Génie de la production automatisée 

Laboratoires de recherche : NUMÉRIX – Laboratoire de recherche sur l’ingénierie des organisations dans un contexte d’entreprise numérique 

Profil de l'auteur(e)


Recevez les dernières actualités scientifiques de l'ÉTS