ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Aider les cliniciens à sauver plus de grands brûlés - Par : Adrien Desbois, Jacques De Guise, Isabelle Perreault,

Aider les cliniciens à sauver plus de grands brûlés


Adrien Desbois
Adrien Desbois est étudiant en double diplôme au doctorat au Département de génie des technologies de la santé de l’ÉTS. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur français, il effectue son doctorat au Laboratoire d’imagerie et Orthopédie.

Jacques De Guise
Jacques De Guise Profil de l'auteur(e)
Jacques de Guise est professeur au Département de génie de la production automatisée à l’ÉTS et professeur associé au Département de chirurgie de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Isabelle Perreault
Isabelle Perreault Profil de l'auteur(e)
Dre Isabelle Perreault est chirurgienne plasticienne spécialisée en grands brûlés à l’Hôtel-Dieu de Montréal et spécialiste des soins aigus aux grands brûlés et sur la reconstruction secondaire de séquelles associées aux brûlures graves.

grands brûlés

Les brûlures sont un cas exceptionnel d’agression du LIOcorps humain qui entraîne de nombreuses altérations métaboliques. Leur potentiel dévastateur est aussi bien physique que psychologique; elles n’épargnent aucune population. Des brûlures suffisamment graves pour nécessiter des soins médicaux touchent près de 11 millions de personnes et en tuent plus de 300 000 chaque année dans le monde. L’incidence des brûlures est plus élevée que celles de la tuberculose et des infections du VIH combinées [1].

Dans la prise en charge initiale d’un grand brûlé, peu de temps après l’admission du patient à l’unité, l’étendue des brûlures est évaluée. Les brûlures impliquent une perte de fluide dramatique qui doit être remplacée pour maintenir l’homéostasie (équilibre de fonctionnement) du corps et assurer la survie du patient. La quantité de fluide dont le patient a besoin dépend du pourcentage ou ratio (RBSA) de la superficie brûlée (BBSA) sur la superficie totale (TBSA). La précision de cette évaluation est donc essentielle. Les cliniciens effectuent une estimation visuelle sur des schémas en 2D (deux dimensions) pour estimer ce pourcentage (RBSA).

Grands brûlés

Figure 1 Exemple des méthodes cliniques 2D. Règle des 9 à gauche et schéma de Lund & Browder à droite

Cependant, ces méthodes « papier et crayon » peuvent sous-estimer ou surestimer les calculs en raison des variations morphologiques des patients et de la variabilité entre les observateurs [2] [3] [4] [5]. C’est encore plus vrai pour les enfants et les situations cliniques fréquentes ou les patients présentent une obésité tronculaire [6]. Des erreurs dans le calcul du RBSA peuvent entraîner des complications médicales et chirurgicales importantes [5] [7] et dans certains cas, la mort du patient.

Pour pallier ces inconvénients, certains auteurs [8] [9] se sont tournés vers le développement de programme de modélisation 3D (trois dimensions) des brûlures pour une évaluation en 3D du RBSA. Cependant, les modèles 3D fournis par ces logiciels ne sont pas représentatifs des constitutions corporelles des patients et introduisent donc des erreurs dans le calcul du RBSA. Ils ne prennent pas en compte la corrélation existante entre les différentes parties du corps. Or les caractéristiques typiques du corps ainsi que les différences de morphologies ont une influence notable dans l’évaluation du RBSA.

Afin d’optimiser la prise en charge initiale des grands brûlés, nous proposons de concevoir et de valider une méthode numérique permettant l’évaluation quantifiée de la taille des superficies corporelles brûlées à partir de modélisation 3D du corps entier obtenue à partir d’un nombre limité de mesures anthropométriques.

En collaboration avec une équipe d’expert en chirurgie des grands brûlés, cette méthode originale s’inscrira dans le processus clinique en prenant en compte les exigences cliniques associées. À partir d’un nombre limité de mesures anthropométriques prises sur le patient, les cliniciens pourront modéliser un modèle 3D personnalisé à la morphologie et aux mensurations du patient. Avec un modèle adapté au patient, le calcul du RBSA sera précis et se fera en « peignant » directement sur le modèle les régions brûlées (Figure 2).

Grands brûlés

Figure 2  structure de la méthode proposée

La modélisation 3D des modèles personnalisés se fera grâce à une interface simple d’utilisation basée sur le logiciel MakeHuman [10] tandis que l’évaluation du RBSA se fera par une interface de rendu. La simplicité et la rapidité d’utilisation de cet outil qui se veut multiplateforme (Figure 3) permettront d’améliorer la prise en charge initiale, ce qui saura faire la différence entre des séquelles débilitantes évitables et une bonne récupération.

Grands Brûlés 3

Figure 3 outil d’évaluation du RBSA développé dans le cadre de ce projet.

Nous validerons cet outil dans des conditions réelles d’utilisation, en clinique, sur de vrais patients.

Les cliniciens auront donc un outil pour les aider dans la planification du traitement des grands brûlés, aussi bien pour les adultes que les enfants ou encore les personnes obèses. Ceci devrait permettre de réduire leurs erreurs de calcul, particulièrement lorsque les patients présentent des morphologies particulières. Les impacts visés sont la diminution des complications médicales à la suite d’une évaluation sous-optimale, le raccourcissement du séjour hospitalier des patients et l’optimisation des soins aux patients souffrant de brûlures graves.

Cet outil pourra également être appliqué à l’estimation de traumatismes, de divers traumatismes de la peau tels que les cicatrices, les maladies de la peau, les plaies et autres lésions superficielles.

 

Adrien Desbois

Profil de l'auteur(e)

Adrien Desbois est étudiant en double diplôme au doctorat au Département de génie des technologies de la santé de l’ÉTS. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur français, il effectue son doctorat au Laboratoire d’imagerie et Orthopédie.

Programme : Génie technologies de la santé  Génie de la production automatisée 

Chaire de recherche : Chaire de recherche du Canada en imagerie 3D et ingénierie biomédicale 

Laboratoires de recherche : LIO – Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie 

Profil de l'auteur(e)

Jacques De Guise

Profil de l'auteur(e)

Jacques de Guise est professeur au Département de génie de la production automatisée à l’ÉTS et professeur associé au Département de chirurgie de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Programme : Génie de la production automatisée 

Chaire de recherche : Chaire de recherche en orthopédie Marie-Lou et Yves Cotrel de l'Université de Montréal et de l'ÉTS  Chaire de recherche du Canada en imagerie 3D et ingénierie biomédicale 

Laboratoires de recherche : LIO – Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie 

Profil de l'auteur(e)

Isabelle Perreault

Profil de l'auteur(e)

Dre Isabelle Perreault est chirurgienne plasticienne spécialisée en grands brûlés à l’Hôtel-Dieu de Montréal et spécialiste des soins aigus aux grands brûlés et sur la reconstruction secondaire de séquelles associées aux brûlures graves.

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *