ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Climatologie et changements climatiques 101 - Par : Charles Alexandre,

Climatologie et changements climatiques 101


L’École d’été en sciences du climat avait lieu du 26 mai au 1er juin 2019 à Saint-Irénée, dans Charlevoix.

Charles Alexandre
Charles Alexandre Profil de l'auteur(e)
Doctorant en génie de l’environnement à l’ÉTS, Charles Alexandre s’intéresse aux changements climatiques et au perfectionnement de l’analyse du cycle de vie (ACV).

Réchauffement climatique

Achetée sur Istock.com. Droits d’auteur.

L’École d’été en sciences du climat

La curiosité a beau avoir tué le chat, elle demeure tout de même un excellent vecteur d’apprentissage. J’aime comprendre les choses qui m’entourent. Au départ, mon projet de mémoire m’attirait par l’opportunité que j’y voyais de mieux comprendre l’analyse du cycle de vie et la façon dont les impacts liés aux changements climatiques sont considérés. Mon baccalauréat étant en génie de la construction, j’ai par contre rapidement compris qu’il me faudrait un manuel « Pour les nuls » en climatologie.

Ici entre en scène l’École d’été en science du climat, qui est une formation d’appoint organisée conjointement par les professeurs Alain Mailhot (INRS, Centre Eau Terre Environnement) et François Brissette (ÉTS). Cette formule intensive d’une semaine est organisée tous les deux ans et s’adresse aux étudiants et aux chercheurs qui œuvrent dans ce domaine de près ou de loin, ou dont le projet y a trait. Ses objectifs étaient de :

  • Présenter les concepts de base de la climatologie;
  • Se familiariser avec les notions, les concepts de base et la terminologie en sciences du climat utilisés dans l’analyse des impacts et de l’adaptation aux changements climatiques;
  • Donner un aperçu de l’état actuel des connaissances en matière de tendances historiques et de projections climatiques pour les principales variables climatiques;
  • Comprendre les grands mécanismes en jeu dans l’évolution du climat;
  • Décrire les principaux impacts appréhendés des changements climatiques sur divers secteurs d’activités.

Terre se liquéfiant sous l’effet du réchauffement climatique

La journée typique se déroule en deux temps. Des formateurs aguerris (dont plusieurs ont des postes en recherche à Ouranos) donnent d’abord des séances magistrales durant lesquelles ils nous transmettent un maximum d’informations, sur par exemple la paléoclimatologie ou la modélisation et les projections climatiques. Viennent ensuite des séances de travail en équipe, où l’on assimile les compétences acquises auprès des experts, qui, eux, restent disponibles pour répondre à nos questions (en lien avec les travaux ou même avec nos projets respectifs).

Le décor est aussi intéressant que les sujets. Nous étions au Domaine Forget, à Sainte-Irénée – juste avant La Malbaie. Ainsi, durant nos pauses, nous pouvions nous perdre dans la contemplation béate du passage d’un navire et relativiser certains des faits troublants que nous apprenions en classe.

Motivations

Mon intérêt pour cette formation résidait (on le devine) dans le sujet de mon mémoire : intégrer à l’analyse dynamique du cycle de vie d’un produit forestier la modification de l’albédoProportion réfléchie du flux solaire engendrée par une coupe forestière. J’ai donc côtoyé pendant sept jours des personnes, jeunes et moins jeunes, aux racines et parcours variés. Nous avons échangé, calculé, rédigé, argumenté, lu, bu beaucoup de café et grillé quelques-unes des guimauves « énormes, collantes et rigolotes » offertes par les coordonnateurs (juré, ce sont les mots écrits sur l’emballage!)

Fleuve Saint-Laurent dans Charlvevoix

Vue sur le fleuve Saint-Laurent durant les pauses de l’école d’été sur le Climat 2019

 

Bilan de la semaine

Mon expérience en a été une très riche, même étourdissante. Mais qui ne serait pas dérouté par la masse de connaissances n’était vraisemblablement pas la cible de cet appoint. J’ai rapidement été submergé par l’intensité et la spécificité des connaissances. Par contre, j’ai été rassuré par la réalisation que nous étions tous dans cet état, à différents degrés. Effectivement, même en rédigeant une troisième version du travail 3 sur les rétroactions, avec les yeux exorbités et le cerveau encore empêtré dans la palynologieDef : « Étude de l’abondance et de la composition des assemblages polliniques du passé afin de reconstituer l’histoire de la végétation ou du climat à l’échelle régionale » (N. Roy, 2019), je n’avais pas de regret. D’une part, je gardais à l’esprit que mes collègues vivaient les mêmes expériences. D’autre part, les notions acquises s’avèrent très pratiques : j’ai par exemple relevé a posteriori quelques faiblesses en ce qui a trait aux hypothèses climatiques émises dans un article lu la semaine précédant la formation.

Et convenons que le tableau dressé par cinq personnes complètement exténuées qui chantent à tue-tête Bohemian Rapsody avec un des coordonnateurs en franchissant le pont Champlain sur le retour, ça n’avait pas de prix! Le FDDAÉÉTS a d’ailleurs soutenu ma démarche et j’en suis reconnaissant, puisque j’en retire d’inattendus apprentissages sur le plan personnel. Ainsi, mes échanges avec les autres participants m’ont aidé à réaliser que la recherche m’attire pour de bonnes raisons et m’ont convaincu de passer directement au doctorat en élargissant mon projet passionnant.

J’arrive à tâtons dans mon domaine de recherche, mais je suis motivé et suffisamment curieux pour récupérer les compétences qui me seront essentielles dans mon nouveau parcours. L’école d’été en sciences du climat est l’un des nombreux exemples d’appoints offerts pour approfondir son sujet. Il suffit de rester curieux et à l’affût!

Charles Alexandre

Profil de l'auteur(e)

Doctorant en génie de l’environnement à l’ÉTS, Charles Alexandre s’intéresse aux changements climatiques et au perfectionnement de l’analyse du cycle de vie (ACV).

Programme : Génie de l'environnement 

Laboratoires de recherche : STEPPE - Station expérimentale de procédés pilotes en environnement 

Profil de l'auteur(e)


commentaires
  1. Hamdi elleuch dit :

    j’adore l’environnement et tous ceux qui ont des contributions dans la recherche pour améliorer , lutter et préserver la nature <3
    pour ces raisons que je me suis inscrit à l'ETS dans le cadre d'une maîtrise en génie de l'environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *