ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
AquaHacking 2016 pour préserver le fleuve St-Laurent - Par : Substance,

AquaHacking 2016 pour préserver le fleuve St-Laurent


Qu’est-ce qu’un AquaHacking ?

L’AquaHacking est un sommet rassembleur et un hackathon étalé sur plusieurs semaines. Les acteurs clés du domaine de l’eau travailleront de concert avec de jeunes experts en technologie (des hackers) pour résoudre les enjeux liés au fleuve Saint-Laurent. Le thème de cette compétition initiée par la fondation De Gaspé Beaubien est « Unis pour le Saint-Laurent ».

Ce fleuve est l’un des plus long au monde. Il relie les Grands Lacs de l’Amérique du Nord à l’océan Atlantique au Canada. Il coule dans une région densément peuplée.

aquahacking St-Laurent1

Philippe de Gaspé Beaubien III, président de la fondation de Gaspé Beaubien, est venu présenter à l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal, partenaire de cet évènement, la deuxième édition du Sommet AquaHacking en compagnie de son père et de son fils Louis-Alexandre, l’instigateur du projet. Pour eux, « avec les Grands Lacs, le Saint-Laurent forme le troisième réseau hydrographique le plus important en Amérique du Nord. Cependant, le bilan de santé du fleuve demeure fragile, que l’on pense à la dégradation de la qualité de l’eau, l’érosion des rives ou encore, le déclin de certaines communautés végétales et animales. C’est pourquoi nous voulons mobiliser les citoyens et les décideurs pour trouver des solutions concrètes afin de mieux protéger ce patrimoine collectif ».

AquaHacking : de nouvelles idées pour préserver la qualité de l’eau

La population est conviée à soumettre dès maintenant un enjeu du fleuve qui les préoccupe. Un panel d’expert sélectionnera au printemps 2016, les enjeux qui feront l’objet de l’AquaHacking 2016.

Par la suite, deux volets se dérouleront en parallèle : un sommet de deux jours réunira les acteurs clés de l’eau, les décideurs, les experts de terrain, les chercheurs, les OBNL et les citoyens pour discuter des défis les plus pressants associés aux problèmes de pollution, de déversement, d’accès aux rives et d’adaptation aux changements climatiques. Cette conférence se déroulera au Palais des congrès de Montréal les 6 et 7 octobre 2016.

Le second volet mobilisera de jeunes experts en technologie, des experts de l’eau, des ingénieurs et des concepteurs pour trouver des solutions technologiques aux enjeux sélectionnés pour l’AquaHacking 2016. À l’ÉTS, les enjeux choisis seront soumis à plus de 3 000 participants provenant des quatre coins de la planète, les 24 et  25 mai 2016 lors de la compétition des 24 heures de l’innovation. Lors de cet événement, les participants auront 24 heures pour trouver une solution technologique à l’un des enjeux proposés.

Par la suite, environ 50 participants des 24 heures de l’innovation participeront à l’École d’été internationale sur l’innovation et le design technologique du 30 juin au 29 juillet 2016. Ce cours intensif d’un mois leur permettra de parfaire la solution choisie et l’expérimenter à l’aide de prototypes. Les professeurs et les chercheurs du groupe de recherche en développement et recherche appliquée en modélisation de l’eau (DRAME) et de la Station expérimentale des procédés pilotes en environnement (STEPPE) participeront à cet événement en offrant du soutien technique aux participants.

Une séance de travail tenue à la Fédération des caisses Desjardins du Québec .

Une séance de travail tenue à la Fédération des caisses Desjardins du Québec lors de l’École d’été 2015.

Les lauréats seront honorés lors de la conférence AquaHacking, les 6 et 7 octobre 2016 au Palais des congrès de Montréal. Cinquante mille dollars seront remis en prix par la fondation De Gaspé Beaubien. Les équipes gagnantes pourront bénéficier d’un accompagnement pendant un an par les experts de la compagnie IBM et le Centech, le centre d’incubation de l’ÉTS, pour que leur solution atteigne leur plein potentiel.

 


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *