ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Après la voiture-avion, la voiture-drone? - Par : Caroline Lecours,

Après la voiture-avion, la voiture-drone?


Caroline Lecours
Caroline Lecours Profil de l'auteur(e)
Caroline Lecours est doctorante au Département de génie mécanique de l’ÉTS. L'objectif de son projet de doctorat est de déterminer la fréquence et le risque des commotions cérébrales lors de la pratique du soccer.
Programme : Génie mécanique 

Des voitures volantes sont développées depuis plusieurs décennies, mais malheureusement elles ne sont toujours pas commercialisées. La conception de ces voitures volantes correspond généralement à une version miniaturisée des avions, mais des concepts différents ont aussi vu le jour comme la moto volante Flike. Les voitures ou motos volantes n’en sont toutefois qu’au prototype; plusieurs essais et analyses restent à faire avant de pouvoir commencer le processus de commercialisation.

Un concept différent a été proposé, il s’agit du modèle EHANG 184 de l’entreprise EHANG, qui se spécialise dans les drones, tels que les drones commerciaux et les drones jumelés à des lunettes de réalité virtuelle (RV) pour les particuliers. Cette entreprise s’est inspirée de ces drones pour proposer une voiture-drone ou « passenger drones ». Contrairement à la voiture-avion qui possède généralement des ailes d’avions, le modèle EHANG 184 est équipé de rotors.

Différences entre la voiture-drone EHANG 184 et la moto Flike

Ce système ressemble à la moto volante Flike, mais possède huit rotors, comme les drones actuels, au lieu de six. Le modèle EHANG 184 est aussi équipé d’un habitacle pour une personne, alors que la moto volante Flike n’en possède pas.

Le modèle EHANG 184 est composé principalement de matériaux composites renforcés  de fibres de carbone et d’époxy. Il pèse 240 kg et peut transporter une personne ainsi qu’une petite valise, qui peut être rangée dans le compartiment à l’arrière de 45 cm, pour une masse totale maximale de 100 kg. La moto volante Flike pèse aussi 240 kg et peut aussi transporter 100 kg. L’habitacle du modèle EHANG 184 lui permet de voler jusqu’à 3 500 mètres au-dessus du niveau de la mer, contrairement à 30 mètres pour la moto volante. La vitesse moyenne du modèle EHANG 184 serait de 60 km/h et les batteries lui permettraient d’effectuer un trajet d’une durée de 25 minutes contrairement à Flike, qui pourrait faire un trajet d’une durée estimée de 30 à 40 minutes.

La différence la plus importante entre la voiture-drone EHANG 184, et la moto Flike et les autres voitures volantes est l’autopilotage. En effet, le modèle EHANG 184 ne serait pas conduit par l’utilisateur, mais plutôt par un système automatique dans lequel les informations, telles que l’adresse de la destination ainsi que le chemin à emprunter, seraient indiquées. L’utilisateur peut donc se contenter de regarder paisiblement le paysage, sans stress.

Tout comme les drones actuels, les voitures-drones peuvent engendrer des risques d’accident avec des avions. Les règles d’utilisations restent donc à établir. Cependant, Dubaï aurait déjà choisi d’essayer le modèle EHANG 184 à titre de nouveau transport de taxi comme présenté dans la vidéo promotionnelle ci-dessous. L’entrée en fonction de ces taxis était prévue pour le mois de juillet 2017, mais nous n’avons pas pu confirmer qu’elle avait bel et bien eu lieu.

Caroline Lecours

Profil de l'auteur(e)

Caroline Lecours est doctorante au Département de génie mécanique de l’ÉTS. L'objectif de son projet de doctorat est de déterminer la fréquence et le risque des commotions cérébrales lors de la pratique du soccer.

Programme : Génie mécanique 

Profil de l'auteur(e)


commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *