ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
L’ex-Planétarium Dow, au coeur de la stratégie de Centech - Par : Richard Chenier,

L’ex-Planétarium Dow, au coeur de la stratégie de Centech


Richard Chenier
Richard Chenier Profil de l'auteur(e)
Richard Chénier est le directeur général de Centech à l’ÉTS. Il a été directeur Entrepreneuriat technologique et innovation et directeur ÉTS formation à l’ÉTS. Il a complété un baccalauréat en psychologie et une maîtrise en communication.

L’ancien planétarium Dow de Montréal, acquis par l’ÉTS en 2013, a maintenant une vocation précise : il deviendra le prolongement du Centre de l’entrepreneuriat technologique (Centech), qui lui deviendra un écosystème de transfert d’innovations technologiques pour aider les entrepreneurs à réussir leur lancement d’entreprise. Ce bâtiment est situé dans le quartier Griffintown, au 1000 rue Saint-Jacques à Montréal, au cœur du Quartier de l’Innovation.

Après l’ajout de ce nouveau bâtiment, le Centech disposera d’une superficie totale d’environ 40 000 pieds carrés (3 716 mètres carrés). L’équipe de planification termine actuellement les plans d’aménagement. Les travaux débuteront en 2017 pour une ouverture planifiée en 2018.

À l’intérieur de cet immeuble, nous retrouverons :

  1. Le programme Accélération de Centech
  2. Les espaces corporatifs
  3. La salle d’idéation
  4. La Maison du logiciel libre
  5. Le centre des services Centech
  6. Les salles de rencontre communes
  7. Le lounge café

Le programme Propulsion, composante importante de Centech, va demeurer dans le bâtiment actuel situé sur la rue Monfort à deux pas de l’ancien Planétarium.

Pour établir l’approche Centech 4.0 (la quatrième mouture de Centech), les gestionnaires ont étudié les approches d’une multitude d’incubateurs, d’organisations, d’espaces corporatifs, de coworking et d’autres du monde entier offrant du soutien aux entreprises en démarrage. Le Centech s’est inspiré entre autres de Communitech, un écosystème d’entreprises en démarrage hors du commun situé à Kitchener/Waterloo, en Ontario, pour sa démarche d’espaces corporatifs.

1. Le programme Accélération de Centech

Le programme Accélération de Centech, le programme qui permet aux entrepreneurs de faire évoluer leur idée d’entreprises, sera situé au coeur du nouveau bâtiment, au premier étage, sous le dôme.  Les entreprises en démarrage vont travailler à peaufiner leur idée, à développer leur équipe, et à améliorer leurs prototypes et leur modèle d’affaires. Le programme Accélération pourra accueillir un maximum de 16 entreprises en démarrage par cohorte (à raison de trois cohortes par année). Les entreprises ayant les projets les plus prometteurs du programme Accélération seront invitées à joindre le programme Propulsion.

2. Les espaces corporatifs

Ces espaces corporatifs représentent la grande nouveauté de l’approche Centech 4.0. Ils offriront la possibilité à de grandes entreprises de louer annuellement un espace corporatif pour innover avec des étudiants de cycles supérieurs.  Six stagiaires provenant de l’ÉTS, de McGill, de Concordia, des HEC, de l’UQAM, etc. auront quatre mois pour trouver une solution, un produit ou un service en fonction du défi, des contraintes et des règles établis par l’entreprise. Des chargés de projets feront la coordination du travail des stagiaires à raison d’un chargé de projets pour deux équipes.

Les étudiants stagiaires auront la possibilité à la fin de leur stage de s’inscrire au programme Accélération de Centech pour démarrer une nouvelle entreprise, s’ils souhaitent poursuivre leur démarche d’innovation. Les espaces corporatifs seront des espaces ouverts d’environ 600 pieds carrés (56 mètres carrés). Les étudiants stagiaires, leur professeur et l’entreprise participante seront admissibles à une bourse Mitacs pour la durée de leur stage. Ce nouveau modèle d’affaires à courte échéance (quatre mois) devient complémentaire aux travaux de recherche faits dans le cadre d’une chaire ou d’un laboratoire de recherche, qui eux travaillent à plus longue échéance.

Les grandes entreprises viendront s’installer dans les espaces corporatifs de Centech pour quatre raisons :

  1. Sortir l’innovation de leur écosystème : les espaces corporatifs leur permettront de piloter une équipe externe pour répondre à leurs défis, réaliser un banc d’essai ou un projet  d’innovation. Beaucoup d’entreprises ont des défis, des besoins, des produits ou des services à développer, pour lesquels ils n’ont pas de temps à y consacrer ou les ressources humaines pour y travailler.  Souvent, les contraintes organisationnelles internes nuisent au développement de l’innovation.
  2. Développer un bassin de nouveaux talents qu’ils auront le loisir d’engager par la suite.
  3. Créer des entreprises en démarrage dont la mission est complémentaire à la leur.
  4. Apprendre à travailler et  à tisser des liens avec des entreprises en démarrage.

3. La salle d’idéation

La salle d’idéation, située actuellement dans le bâtiment Ingo, va être relocalisée dans le nouveau bâtiment de Centech. Elle va être fort utile pour les entreprises en démarrage qui ont besoin de  faire de l’idéation et pour les stagiaires des espaces corporatifs, qui ont besoin d’idées pour solutionner les défis soumis par les grandes entreprises des espaces corporatifs.

4. La Maison du logiciel libre

La Maison du logiciel libre (ML2) a ouvert ses portes le 1er décembre 2015 dans le pavillon A de l’École de technologie supérieure (ÉTS) avec le soutien des entreprises Google et Savoir-faire Linux. ML2 va déménager au Centech pour occuper un espace dans l’ancien Planétarium.  Les projets développés à ML2 sont faits par des étudiants qui réalisent leur projet de fin d’études (PFE), leur stage obligatoire ou leur mémoire de maîtrise au moyen de codes à source ouverts. Cette proximité permettra aux entreprises en démarrage de discuter et d’embaucher des programmeurs, des ressources fort importantes pour l’avancement de leurs travaux. Plusieurs projets en cours de développement dans les espaces corporatifs vont aussi requérir des programmeurs pour leur réalisation.

5. Le centre de service Centech

L’équipe de Centech va se déplacer à l’ancien Planétarium pour appuyer les entreprises en phase d’accélération, soutenir l’innovation dans les espaces corporatifs et coordonner l’utilisation des lieux.

L’équipe est composée de Richard Chénier, directeur, Luc Giguère, entrepreneur en résidence, Noah Redler, conseiller spécial entrepreneuriat, Ted Hill, aviseur technologique, Brigitte Stock, responsable des communications, Natasha Joseph et Sharon Lenette, soutien administratif.

6. Les salles de rencontre communes

Deux grandes salles et quatre petites salles cloisonnées seront disponibles pour tenir des réunions, des sessions de travail ou réseauter.

7. Le lounge café

Un espace café sera aménagé pour permettre de se désaltérer, prendre une bouchée et discuter. Plusieurs recherches ont démontré l’importance de ce type de lieu pour échanger, et faire naître ou évoluer des idées.

Le programme Propulsion

Les entreprises en démarrage invitées à poursuivre leur démarche pourront installer leur siège social dans l’actuel bâtiment de Centech pour une durée maximale de 2 ans . Ces entreprises auront profité de leur passage dans le programme Accélération pour se bâtir une équipe solide, développer un produit ou un service répondant à une demande du marché et élaborer un plan d’affaires possédant un potentiel de croissance à l’international.  Ces entrepreneurs auront acquis de l’autonomie à ce stade et pourront se consacrer au démarrage de leur entreprise à plein temps.

Centech 4.0

Le Centech cherche à générer des innovations de plusieurs façons par cette nouvelle approche 4.0.  D’un incubateur d’entreprises, la marque de commerce Centech évolue pour devenir un écosystème de transfert d’innovations technologiques, dans le but précis de réussir leur commercialisation. Par cette approche, le Centech devient de plus en plus un espace d’entrepreneuriat ouvert et multidisciplinaire.

 

Richard Chenier

Profil de l'auteur(e)

Richard Chénier est le directeur général de Centech à l’ÉTS. Il a été directeur Entrepreneuriat technologique et innovation et directeur ÉTS formation à l’ÉTS. Il a complété un baccalauréat en psychologie et une maîtrise en communication.

Profil de l'auteur(e)