ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Un fuselage d’avion intelligent - Par : Darine Ameyed,

Un fuselage d’avion intelligent


Darine Ameyed
Darine Ameyed est postdoctorante au Département de génie de la production automatisée à l’ÉTS. Ses intérêts de recherche portent sur l’informatique ubiquitaire et omniprésente, l’intelligence artificielle et l’interaction homme-machine.

L’avion intelligent de demain s’inspire des avancées en matériaux intelligents qu’une équipe du constructeur aéronautique britannique BAE Systems a mis au point : un revêtement intelligent qui pourrait aider à surveiller les conditions de vol et prévenir en cas de problème.

Les conditions atmosphériques et les chocs avec un objet ou un animal en plein vol ou au décollage sont souvent à l’origine d’accidents aériens. Si les pilotes aériens était avertis à temps des dégâts subis, ils pourraient avoir le temps de réagir et sécuriser l’avion et ses passagers.

avions oiseaux

Créer un avion intelligent

Pourquoi ne pas suivre en temps réel toutes les données relatives à un avion en lui offrant une peau intelligente? C’est sur ce principe que travaille depuis plusieurs années une équipe de chercheurs et ingénieurs du Advanced Technology Centre de BAE System à Chelmsford en Angleterre. Ils ont créé le concept de Smart Skin (peau intelligente) de l’avion intelligent, fruit du travail de recherche de Lydia Hyde, chercheure senior chez BAE. L’idée lui est venue en observant son sèche-linge qui évitait le surchauffage grâce à un capteur de chaleur intégré. Elle a donc appliqué le concept de capteurs intelligents au domaine aéronautique en se disant que si un capteur dans une sécheuse à linge permet d’éviter un incident, alors des milliers de minuscules capteurs pourront prévenir des accidents d’avions.

Cette peau intelligente prend la forme d’une structure en fibre optique, couvrant le fuselage d’un avion, agissant comme un système nerveux de détection et de communication d’informations en temps réel. L’idée est de créer un revêtement intelligent pour le fuselage de l’avion qui peut aussi remplacer les tubes de Pitot, les thermomètres et autres instruments classiques. Le concept consiste à envelopper le fuselage de l’avion de dizaine de milliers de micro-capteurs connectés de moins d’un millimètre de diamètre et dotés de leur propre système d’alimentation.

aircraft sensors

Une fois installés, les capteurs permettraient de mesurer plusieurs paramètres : localisation par GPS, vitesse, température, distance vis-à-vis du sol, force du vent, pression atmosphérique, force du champs magnétique, obstacle, détection de lumière, etc. Ces capteurs communiquent les données à un ordinateur central qui les analyse et traite les résultats, initie l’action appropriée et informe l’équipage de l’état de l’avion intelligent.

Grâce à cette technologie, nous pourrions voir dans le futur des plateformes de défense plus robustes qui seraient capables de faire des missions complexes.

Un jour, cette peau intelligente pourra aussi s’auto-réparer. D’ici là, cette technologie permettra de réduire le nombre d’accidents aériens par le fait de pouvoir avertir en temps réel des dommages et risques en cours, tout en réduisant le temps nécessaire pour l’inspection et la maintenance des avions une fois au sol. Cette technologie pourra aussi être utilisée dans les avions civils, les véhicules et autres.

[accordion title= »Référence des images » close= »1″]

  • L’image d’entête provient du site elkiwi.mx : sans restriction d’usage connue, source;
  • L’image des oiseauxsur la piste de décollage d’un avion provient du site arkitera.com : sans restriction d’usage connue, source;
  • Le diagramme décrivant les types de capteurs provient du site australianmanufacturing.com : sans restriction d’usage connue, source.

[/accordion]

Darine Ameyed

Profil de l'auteur(e)

Darine Ameyed est postdoctorante au Département de génie de la production automatisée à l’ÉTS. Ses intérêts de recherche portent sur l’informatique ubiquitaire et omniprésente, l’intelligence artificielle et l’interaction homme-machine.

Profil de l'auteur(e)