ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
SniffPhone : le diagnostic médical à portée de main - Par : Hanen Hattab,

SniffPhone : le diagnostic médical à portée de main


Hanen Hattab
Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Les usages du téléphone intelligent pour l’amélioration du bien-être et la préservation de la santé se répandent et se diversifient de plus en plus. Des podomètres, e-docteurs et calendriers du cycle menstruel aux quiz nutritionnels et bilans de santé, les applications et les objets connectés aident à suivre certains états du corps et à optimiser la qualité de vie. Un diagnostic clinique immédiat à partir du téléphone mobile révolutionnerait la santé connectée et l’autosurveillance médicale préventive : telle est l’ambition du SniffPhone, le sujet de cet article.

Les origines du SniffPhone

Le SniffPhone est un module de téléphone mobile capable d’analyser le souffle de l’usager et de détecter 17 maladies. Ce dépistage préliminaire permet au docteur de décider s’il est nécessaire de suivre un traitement ou de faire des tests diagnostiques supplémentaires. Plusieurs organismes universitaires et industriels participent au développement de ce projet financé par Horizon 2020, le plus grand programme de recherche et d’innovation de l’Union européenne (UE) :

L’idée du SniffPhone remonte aux travaux de Hossam Haick, professeur au Israel Institute of Technology, qui portent sur la composition chimique des molécules odorantes dans le cadre de ses études sur les techniques de détection du cancer. Ses recherches ont permis la réalisation d’un dispositif médical inédit qui permet le diagnostic rapide, précoce et simple (comparé aux appareils de scanographie) du cancer du poumon.

Cette innovation, nommée Na-Nose, détecte dans l’haleine humaine expirée la présence de streptocoques. Ces derniers sont des pathogènes qui signalent la présence de plusieurs maladies comme le cancer du poumon, les angines, les méningites, etc. Étant donné que ces biomarqueurs (les streptocoques) font partie de la flore humaine et animale normale, leur détection doit être associée à une analyse de la composition chimique du souffle par les algorithmes de l’appareil. L’appareil est le fruit de la collaboration entre Technion et Breathtec Biomedical. Le diagnostic de Na-Nose est presque infaillible. À titre d’exemple, l’empreinte du cancer de l’estomac dans l’haleine est unique par rapport à d’autres maladies.

Les travaux du professeur Hossam Haick ont mené au SniffPhone

Hossam Haick montrant les modules de Na-Nose

Le projet et les objectifs scientifiques du SniffPhone

Avec SniffPhone la technologie Na-Nose passera du laboratoire médical vers l’usage personnel à domicile. Les objectifs technologiques principaux consistent de fait à miniaturiser le dispositif, à simplifier son utilisation et à assurer la transmission des informations au médecin généraliste.

Le module connecté sera équipé de capteurs chimiques hautement sensibles, à base de nanomatériaux, qui réagissent au souffle du patient. Les résultats seront stockés et prétraités par une puce microfluidique et électronique intégrée. Les informations chimiques, traduites en signaux électriques pertinents, seront transférées par internet du téléphone mobile vers un serveur externe. Si les données montrent des signes de maladie, le médecin est alerté.

Les objectifs scientifiques de SniffPhone, déterminés en fonction du développement d’un premier module qui détecte le cancer de l’estomac, sont :

  • Le développement d’un collecteur de souffle miniaturisé qui assure le captage des échantillons de l’haleine à une distance de 5 à 10 cm afin d’éviter le contact entre la bouche et l’appareil. Une partie importante de cet objectif est de définir et de quantifier les différentes parties d’un même échantillon d’haleine afin de déterminer laquelle représente mieux l’état de santé de la personne (par exemple : le premier 5 ml recueilli, le dernier de 8 ml recueilli, etc.).
  • La détermination et l’optimisation des profils de composés organiques volatils (COV) typiques du cancer de l’estomac selon l’environnement de la collecte d’échantillon (intérieur contre extérieur) et la vitesse d’expiration en utilisant des méthodes de spectrométrie en temps réel.
  • La mise au point d’un procédé efficace de fabrication et d’intégration des capteurs de VOC à base de nanotubes de carbone. Une partie complémentaire à cette production de capteurs est l’analyse fiable des signaux et l’implantation d’un apprentissage automatique pour détecter avec le minimum d’erreurs la présence de COV cancéreux dans des échantillons d’haleine, qui présentent une grande complexité chimique.
  • La réalisation d’études cliniques afin de vérifier l’efficacité de l’appareil à capter les VOC cancéreux, même en présence de signaux perturbateurs.

SniffPhone créera un geste santé considérable en permettant le dépistage précoce des maladies. L’accès d’un grand nombre de personnes à cette technologie évitera les consultations inutiles et réduira la congestion des établissements de santé.

 

Hanen Hattab

Profil de l'auteur(e)

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Profil de l'auteur(e)