ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Le libre accès : grand allié des chercheurs - Par : Held Barbosa De Souza, Marie Stewart, Félix Langevin-Harnois,

Le libre accès : grand allié des chercheurs


Held Barbosa De Souza
Held Barbosa De Souza Profil de l'auteur(e)
Held Barbosa de Souza est bibliothécaire à l’ÉTS. Titulaire d’une maîtrise de recherche en Sciences de l’information de l’Université de Montréal, son mémoire a porté sur la contribution des postdoctorants à l’avancement des connaissances.

Le libre accès est une thématique de plus en plus discutée dans le milieu scientifique, particulièrement depuis les changements dans les politiques de financement des organismes fédéraux canadiens prévoyant le libre accès pour les articles résultant de recherches financées. Ainsi, saviez-vous qu’il existe deux moyens possibles de diffusion d’un article en libre accès? Ou encore, saviez-vous que la voie verte est le meilleur allié des chercheurs?

Mise en contexte

logo1Le libre accès est un mouvement mondial visant à promouvoir la diffusion gratuite sur Internet de la littérature scientifique et ainsi permettre à tous de l’utiliser à toute fin légale (Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert, 14 février 2002).

Ainsi, ce mouvement favorise l’accès à la connaissance pour toute la communauté mondiale et se révèle un allié important des chercheurs comme alternative aux grandes maisons d’édition scientifique commerciales qui exercent un grand contrôle sur le système de diffusion de l’information scientifique, avec des coûts d’abonnement de plus en plus exorbitants pour les bibliothèques universitaires (voir davantage sur L’oligopole des grands éditeurs savants).

Les revues en libre accès, qui rendent leurs articles accessibles gratuitement sur Internet, facturent généralement des frais de publication aux auteurs pour couvrir les coûts entraînés par le processus de gestion et de publication du contenu. Malheureusement, certains nouveaux « éditeurs » exploitent ce modèle de publication à des fins strictement lucratives. Ils contactent des chercheurs de manière très cordiale et flatteuse en les invitant à publier dans leur revue. En réalité, il peut s’agir d’un « éditeur prédateur » qui publiera des articles sans les faire passer par un processus sérieux d’évaluation par des pairs.

Mais il faut aussi retenir que des revues très réputées, telles que PLoS One et Scientific Reports, sont adeptes du modèle de publication en libre accès. Donc, comment évaluer la crédibilité des revues et reconnaître de possibles éditeurs prédateurs? En somme, les principales actions à entreprendre sont :

Modes de diffusion : voie dorée et voie verte

Le libre accès est souvent associé uniquement aux revues gratuites disponibles entièrement en ligne et dont les frais de publication peuvent s’avérer assez élevés pour l’auteur – or il ne s’agit là que d’une des voies du libre accès : la voie dite « dorée », où la diffusion en libre accès est assurée par l’éditeur.

Il existe un autre moyen de diffuser en libre accès, qui consiste en l’auto-archivage par l’auteur de ses publications dans un dépôt institutionnel – il s’agit de la voie verte du libre accès.

Il existe deux méthodes pour connaître le mode de diffusion permis par une revue donnée. La première consiste à consulter le site web de l’éditeur pour y trouver des informations sur leur politique de diffusion. La seconde consiste à consulter le répertoire Sherpa/Romeo ou Héloïse qui regroupent des informations sur les modes de diffusions permis par un grand nombre de revues. Si l’information n’est pas disponible à ces endroits, contacter un responsable de la revue qui pourra vous renseigner.

Voici un tableau succinct des principales différences entre ces deux modes de diffusion en libre accès :

libre accès

Pour plusieurs chercheurs, c’est la voie verte du libre accès qui pose des éléments nouveaux ou méconnus en ce qui concerne le processus de diffusion d’une publication. Le schéma ci-dessous élaboré par l’équipe gestionnaire d’Espace ÉTS (le dépôt institutionnel de l’ÉTS) présente de façon synthétique le chemin à parcourir pour les auteurs qui souhaitent mettre à profit ce mode de diffusion de leur publication.

libre accès

Les revues adeptes de la voie verte prévoient des politiques particulières concernant l’auto-archivage des articles dans un dépôt institutionnel, dont les détails sont également disponibles sur le site Internet de l’éditeur ou dans le répertoire Sherpa/Romeo. Chaque éditeur indique habituellement la version de l’article qu’il est permis d’auto-archiver et si un embargo doit être appliqué (par exemple, si on ne peut rendre disponible un article que 12 mois après sa publication chez l’éditeur).

Quelle version de mon article puis-je diffuser?

Voici les différentes versions des articles en fonction des étapes par lesquelles passe un texte lors du processus d’édition scientifique :

libre accès

Un grand nombre de revues indexées par les bases de données Scopus et Web of Science sont adeptes de la voie verte du libre accès, ainsi les chercheurs choisissent parfois naturellement ces revues pour soumettre leurs articles. Dans le cas de l’ÉTS, en 2015, une proportion importante des articles ont été publiés dans des revues de la voie verte du libre accès, sans même que l’institution ne dispose d’une politique d’orientation sur le dépôt de publications en libre accès.

libre accès

Proportion des articles publiés par les professeurs de l’ÉTS en 2015 selon la voie du libre accès permise par la revue

Le libre accès et l’impact des articles

Plusieurs experts considèrent la voie verte comme le meilleur moyen de diffusion du savoir pour plusieurs raisons : c’est gratuit pour l’auteur, l’article touche un public plus vaste puisqu’il bénéficie de la repérabilité des dépôts institutionnels par les moteurs de recherches, ce qui augmente ses chances d’être cité. Des études scientifiques ont démontré que les articles disponibles dans des dépôts institutionnels sont généralement plus cités que ceux qui ne le sont pas (voir par exemple Gargouri et al. 2010). De plus, trois des actions suggérées dans l’article Dix éléments pour augmenter la visibilité de vos publications sont directement liées à l’auto-archivage (voie verte du libre accès).

Les citations sont utilisées pour estimer l’impact scientifique d’un chercheur ou d’une communauté scientifique. Cet impact représente le pilier central de la bibliométrie et de l’évaluation de la recherche.

Lire davantage sur ce sujet dans l’article Analyser et évaluer la recherche : la bibliométrie et ses effets pervers.

Les articles disponibles dans des dépôts institutionnels sont généraleme