ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE
ET INNOVATION DE L'ÉTS
Les jeux d’action pour prévenir les effets des troubles neuro-visuels chez l’enfant - Par : Hanen Hattab,

Les jeux d’action pour prévenir les effets des troubles neuro-visuels chez l’enfant


Hanen Hattab
Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Certaines déficiences oculaires entraînent chez l’enfant des problèmes de neuro-vision. Ceux-ci ont une incidence sur les processus cognitifs en phase de développement à cet âge. Les répercussions des troubles neuro-visuels touchent aussi bien la lecture, l’écriture et les autres acquisitions scolaires, que l’appréhension de l’espace environnant. Les problèmes de vision altèrent les capacités attentionnelles et causent des dysfonctionnements cognitifs. Une nouvelle étude expérimentale (publiée le 28 novembre 2016) menée par des groupes de chercheurs de l’Université de Rochester (New York) et de l’Université Vanderbilt (Tennessee) a réussi à améliorer ces capacités attentionnelles.

Développer la vision périphérique

Les chercheurs ont remarqué que les enfants qui souffrent de troubles oculaires très aigus se fatiguent en voulant regarder tout droit et utilisent très peu leur vision périphérique. Cette observation les a amenés à prendre en considération l’apport de la vision périphérique dans l’amélioration des capacités visuelles lorsque celle-ci n’est pas affectée. Notons aussi que le rôle de la vision périphérique est de donner des impressions globales au champ de vision total.

vision périphérique

La vision périphérique

Duje Tadin, professeur associé du département du cerveau et des sciences cognitives de Rochester, souligne que leur recherche est partie du constat, assez inattendu, que les jeux d’action (Action Video Game (AVG) améliorent la vision.

Ils ont, de fait, commencé par isoler les séquences où l’interaction avec l’image a un effet positif sur la perception. Il s’agit, en effet, des séquences pendant lesquelles les joueurs prêtent attention au champ visuel global de l’image. Autrement dit, les scènes d’AVG qui sollicitent très peu la vision fovéale (vision des détails). Les joueurs d’AVG concentrent leur attention sur une vaste zone, tout en restant vigilants à l’apparition inopinée de cibles mobiles et en ignorant les stimuli non pertinents.

En prenant en considération ces caractéristiques, les chercheurs ont créé un jeu de formation comportant des tâches précises, mais aucune composante narrative interactive , qui font appel à la coordination accélérée des mains et des yeux, ni de scènes violentes ou d’autres événements non adaptés aux enfants.

Expérimentation des AVG

Vingt-quatre jeunes des écoles du Tennessee et d’Oklahoma, atteints de cécité partielle, ont participé à l’expérience. Le dépistage, préalable et nécessaire à l’étude, a montré que la plupart de ces enfants, qui avaient une acuité visuelle centrale inférieure à la limite de la basse vision, c’est à dire égale ou inférieure à 20/200, sous-utilisaient leur vision périphérique. Selon l’auteur principal de l’étude, Jeffrey Nyquist, fondateur et PDG de NeuroTrainer, les enfants qui utilisent mal leur vision périphérique ont aussi des problèmes attentionnels. Jeffery Nyquist a précisé que ces exercices ne guérissent pas les problèmes physiques liés à la vision, par exemple le grossissement des muscles de l’œil et le décollement de la rétine, mais qu’ils contribuent à développer des habitudes perceptuelles visuelles qui rétablissent le fonctionnement des processus cognitifs en améliorant l’attention sélective.

Amélioration de l’attention sélective

Les élèves ont été divisés en trois groupes: un groupe de contrôle qui a joué à un jeu de type « Tetris », un groupe qui a joué au jeu Ratchet & Clank offert dans les commerces et un troisième groupe qui a expérimenté le jeu de formation conçu par les chercheurs. Tous les jeux ont été joués sur un grand écran de projection pour solliciter davantage la périphérie visuelle.

Le jeu développé par les chercheurs est basé sur une composante interactive à double tâche. Les élèves devaient suivre plusieurs objets simultanément en mouvement tout en étant à l’affût d’un autre objet qui apparaît brièvement et nécessite une réponse. Duje Tadin a expliqué que le but est de porter attention à un certain nombre d’objets disposés sur une grande surface, et d’être prêt à réagir à des événements inattendus survenant en périphérie et ainsi forcer les joueurs à étendre leur champ visuel en détournant leur attention vers les zones négligées du champ visuel. Ces exercices visent, en effet, à améliorer l’attention sélective qui permet à l’être humain de faire des choix pertinents et en adéquation à ces attentes ou à ses besoins dans un espace comportant plusieurs éléments visuels captivants.

vision périphérique

Une scène du jeu Ratchet & Clank qui sollicite l’attention sélective

Grâce aux jeux, les élèves peuvent désormais apercevoir les objets en mouvement à l’extrême périphérie de leur champ de vision et l’enregistrer en tant qu’information visuelle pertinente et nécessaire. Ils apprennent en outre à gérer un champ visuel surchargé. En effet, trouver une lettre dans un espace rempli d’autres lettres devient plus facile. Ils apprennent aussi à distinguer rapidement des objets lorsque leur champ visuel est très encombré, par exemple, une agrafeuse sur un bureau désordonné. Une amélioration de la vision périphérique des enfants a été constatée après huit heures de jeu. Après un an, l’étude rapporte des résultats très impressionnants : l’acuité neuro-visuelle des élèves s’est améliorée de 50 %.

 

Hanen Hattab

Profil de l'auteur(e)

Hanen Hattab est doctorante en sémiologie à l’UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art et de design subversifs et contre culturels comme le vandalisme artistique, le sabotage et les détournements culturels.

Profil de l'auteur(e)